Chapitre 1 : Verset 1
notation: +5+x

Au début, il y avait les ténèbres. Tout était déchet sans forme et néant vide - Le rien silencieux sans temps ou lieu, le doux sommeil qui n’a pas de réveil.

Tout était calme.

Rien ne s’agitait dans les ténèbres.

████████████████████████████████████████████████████████████████████████████
████████████████████████████████████████████████████████████████████████████
████████████████████████████████████████████████████████████████████████████
████████████████████████████████████████████████████████████████████████████
████████████████████████████████████████████████████████████████████████████
████████████████████████████████████████████████████████████████████████████
████████████████████████████████████████████████████████████████████████████
████████████████████████████████████████████████████████████████████████████

Puis la lumière fut.

La lumière sépara les Ténèbres Au-Dessus des Ténèbres En-Dessous, et il y avait de la disparité entre elles. Entre les ténèbres et la lumière il y avait aussi de la disparité, et des ombres vacillaient là.

La lumière brilla dans les ténèbres, et ne fut pas vaincue. De même les ténèbres ne furent pas détruites, mais une forme lui fut donnée Au-Dessus et En-Dessous.

Des Ténèbres vint l’Aîné, la Toute-Mort. Il vint des ténèbres et était de ténèbres et était les ténèbres, et rien à venir ne pourrait le dépasser. Il était si grand et puissant, qu’aucun autre ne pourrait comprendre la portée de ses bras, ou la longueur de son regard.

L’Aîné s’assit près de la lumière et la regarda un instant, car il la trouvait bonne.

La Toute-Mort n’était pas fier, tout premier né qu’il était. Il englobait tout ce qui était et sera dans la lumière et les ténèbres, et savait donc la manière de ses rouages et l’heure de son décès. Seul il pourrait se soucier de la lumière et de ce qui était à venir, car seule la Mort de Toutes Choses pourrait parvenir aussi loin et être si juste.

La lumière grandit dans le regard de la Toute-Mort et devint feu. Comme le feu il brûla et se répandit aux alentours, et avec le feu vint une chanson : une chanson du martelage de la forge de la création, le rugissement de brames nucléaires, le chœur de cristal des quarks, les tons sombres des puits gravitationnels, les vagues chatoyantes de plasma déchargé d’étoiles enfants.

La Mort écouta la musique, et la trouva bonne.

Des ténèbres vint ensuite la Grande Mort, le Frère Cadet. Il n’était pas aussi puissant et grand que l’Aîné, bien que sa portée était bien étendue. Son domaine sera la catastrophe, et donc son visage était masqué par des métaux ouvrés et de la pierre. Telle une montagne il vint, la Mort des multitudes, et ses hérauts vinrent avec lui - leurs noms étaient Conquête et Guerre et Famine et Maladie.

“Salutations et bienvenue, Frère !” parla le Cadet à l’Aîné.

“Salutations, Frère,” parla l’Aîné au Cadet. Il fit un geste, que la Grande Mort puisse s’asseoir à son côté, mais le Cadet resta debout dans l’ombre de l’Aîné, car il ne supposait pas être égal à son frère, et craignait les étendues inconnaissables de l’esprit de son frère.

L'Aîné n'en fut pas insulté, et souffla sur le feu pour l'attiser.

Dans le feu pouvait maintenant être vus les légers contours d'un tronc et de racines et de branches, comme si fait du plus beau cristal. Le feu s'écoula à travers l'arbre et dans l'arbre et autour de l'arbre, et la chanson fut portée toujours plus fort dans les branches brillantes et les fortes racines.

“Il est bon, n'est-ce pas ?” demanda l'Aîné au Cadet.

“Je ne peux dire s'il est bon ou pas,” parla le Cadet à l'Aîné. “Ce n'est pas mon rôle de déclarer de telles choses.”

“Pour ceci tu es mon frère véritable, et tu m'aideras à porter le poids,” parla l'Aîné au Cadet.

Des ténèbres vint maintenant la Petite Mort, le Frère Benjamin, pâle de visage et sombre de robe, dur de regard et strict de main. Une faux d'argent il portait, et c'était par cet outil que chaque âme née sera collectée.

“Salutations, frères,” parla le Benjamin.

“Salutations. Nous sommes enfin ensemble,” parla le Cadet.

“En effet,” parla le Benjamin.

Le Benjamin n'approcha pas ses frères aînés, mais resta à l'écart d'eux. Il était petit de portée et d'esprit, et ses pensées étaient étroites, tel que l'esprit du Cadet était terrible pour lui, et l'esprit de l'Aîné encore plus horrible. Il regarda le feu avec des yeux froids d'argent, mais ne dit rien.

“Il est bon, n'est-ce pas ?” demanda l'Aîné au Benjamin.

“Par quelle mesure fait-on de la cruauté de la bonté ?” parla le Benjamin. “Par quel prix de douleur la vie doit être achetée ? Par la disparité nous sommes faits, et par la disparité nous sommes rendus nécessaires, pourtant pourquoi doit-ce être ainsi ?”

L'Aîné ne répondit pas. Il connaissait l'esprit de la Petite Mort, et connaissait ses peurs et ses doutes. Aucune réponse qu'il pourrait donner n'aiderait son frère, ni aucune vérité ne lui donnerait du réconfort. Les réponses qu'il cherchait n'étaient connues que de l'Aîné, et lui seul pouvait les comprendre.

L'Aîné se leva, et surplomba ses frères. Son expression était aussi sombre que le vide de sa naissance et ses robes aussi blanches que lui aussi. Au-dessus de sa tête, des ombres tourbillonnaient dans les sombres coffres des cieux - les premiers des dieux anciens frappaient dans leur ventre, et pareillement dans l'abysse sous ses pieds ils nageaient. L'arbre poussa grand et large, rayonna brillamment et chanta fort.

“Venez, mes frères,” dit l'Aîné. “Allons à nos halls et installons-y notre résidence. Un grand travail nous attends.”

Il y eut un accord entre le Grand et le Petit, et les Trois Frères passèrent de la lumière de l'arbre à l'ombre.

Plus tard, il y eut le claquement de talons raisonnables, et une femme sortit des ténèbres. Elle contempla l'arbre pendant un instant, avant d'entrer dans sa lumière et de passer au-delà.

L'arbre devint fort, et les coffres des cieux et les profondeurs des abysses donnèrent naissances.

C'est ainsi que la création fut créée.

Auteur original : DjoricDjoric
Titre du conte : Chapter 1: Verse 1
Source Originale : The SCP Foundation
Date : 23/07/2015

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License