Corvophobie
notation: +4+x

19 octobre

Halloween était presque arrivé au Midwest des États Unis. Avec lui vint le changement des feuilles, les squelettes de mousse accrochés, les fournées de tourtes aux goûts variés et, dans la petite ville de Soth's Pit, dans le Wisconsin…

"Des épouvantails," s'exclama Christopher Hastings, exaspéré. "Des épouvantails ! Il apparaissent partout dans la ville ! Vingt la nuit dernière, vingt autres la nuit d'avant !" grogna-t-il alors qu'il soulevait un sac d'apparence très lourd.

Il passa devant une rangée d'épouvantails se faisant inventorier par les membres de Sigma-10. "Pourquoi des épouvantails ? Pourquoi ?!"

"Tu m'as bien eu," dit Tristan Bailey en haussant les épaules, sirotant un chocolat chaud dans un gobelet en carton. Ce n'était absolument pas proche de son département, mais Hastings lui a demandé de le suivre ; le jumeau Bailey ne pouvait s'empêcher de se demander si c'était uniquement pour garder Hastings sain d'esprit. C'était techniquement la timonerie du Département de Botanique, mais uniquement une petite bordure. "Quoi, c'est un signe de l'apocalypse ou un truc du genre ?"

"Ça pourrait très bien l'être !" Le Dr Hastings sortit un bloc-note rempli croquis et de gribouillis des épouvantails. "Regarde, la position des épouvantails au travers de la ville ont l'air de former un pentagramme— une étoile à cinq branches inversées. J'ai essayé d'en parler au Dr Sinclair, mais elle ne m'a pas cru."

Tristan se frotta le front. "Chris, je veux pas te vexer, mais à chaque fois que quelque chose de ce genre a lieu, tu deviens zinzin. Tu l'as fait pour le sapin de Noël, tu l'as fait pour le golem de dinde du Thanksgivukkah, tu le fais maintenant."

"Et j'avais raison pour les deux premières fois," Hastings fronça les sourcils, en croisant les bras. "C'est comme si vous faisiez tous une amnésie très sélective."

"Je le dis juste, c'est peut être un peu de bizarrerie du Nexus, rien de plus." Il regarda par dessus le bloc-note. "Oh. Le motif est étrange, mais je ne pense pas que ce soit un pentagramme."

"Quoi, alors ?" demanda Chris.

"Tu le tiens d'un angle bizarre." Il arracha le bloc-note des mains d'Hastings et le fit tourner plusieurs fois jusqu'à avoir un bon angle. "T'es trop sélectif dans tes données, Hastings. C'est peut-être pour ça que t'es pas physicien."

"C'est quoi, alors ?" dit Chris d'un air renfrogné.

"Attends, voyons-voir… Ce sont deux segments distincts… formant des triangles… C'est un genre de drôle d'éclair— oh mon Dieu." Tristan soupira. "Bordel." Il tourna le bloc-note vers Chris.

Les épouvantails apparaissaient dans la forme d'un sourire de citrouille-lanterne.


Les deux hommes s'avancèrent dans la ville, puis s'arrêtèrent alors qu'ils virent un épouvantail apparaître horizontalement sur le côté de ce qui était auparavant le Buffet Vegan, désormais fermé pour cause de "santé et sécurité". Servir de la viande humaine comme étant végane était certainement une violation sanitaire.

Chris siffla à sa vue. "Eh bien, c'est nouveau ça."

"Comment tu vas descendre ça ?" demanda Tristan. "C'est un peu haut pour une échelle."

"Les pompiers vont sûrement s'en occuper," Chris fronça les sourcils. "Quand même, ça soutient la théorie du Dr Partridge que ces trucs sont des genres de plantes ; ça pourrait très bien être un organisme grimpant, qui prend racine dans les creux du ciment."

"Peut-être," dit Tristan, levant la tête pour le regarder. "Hey, hum. Tu sais si Weiss va bien ?"

"Sigma-10 a perdu une équipe de six à son appel. Entre ça et ce qu'il s'est passé en mars…" Chris secoua la tête. "Weiss est une vieille à la peau dure, mais je pense que tout le monde a ses limites."

"Mmm," Tristan se frotta le visage. "Claire est techniquement la plus apte pour le boulot."

"Donc, tu passes de galocher la tête du Multi-U à la directrice d'un site. Tu parles d'une rétrogradation." lança Chris

Tristan lui frappa l'arrière de la tête. "Pas drôle."

"Désolé," dit Chris en riant et se frottant le crâne. "Quand même, sérieusement. Tout le monde est au courant. T'as juste à remplir le foutu formulaire de déclaration de couple."

"On le remplit. On continue de le remplir, et à chaque fois qu'on le remplit, il 'disparaît' mystérieusement." Tristan secoua la tête et se tira les cheveux. "Je pense que quelqu'un dans l'administration l'a récupéré. Peut-être énervé à propos de ce qu'a fait Trevor."

"C'était… il y a littéralement une demi-décennie." Chris grimaça. "Qui pourrait en vouloir à ta famille après tant de temps ?"

"Probablement des gens qui recherchent le Keter que Trev a jeté dans un univers de poche. Il devrait être O5, pas employé de bureau." Tristan se secoua la tête, puis leva la tête vers l'épouvantail. "Pourquoi je suis là déjà ?"

"Parce que je crois que ces trucs sortent d'un espace extra-dimensionnel." Chris marcha plus loin avec Tristan. "L'un d'entre eux est apparu au Rudy dans la remise. Il est isolé, donc c'est celui qu'on va inspecter."

"D'accord, c'est un bon moyen d'identifier le truc. J'ai de quoi faire ça sur moi. T'as juste à le regarder de la bonne manière."

Ils descendirent la route, rejoignant le Café Rudy, le meilleur café dans tout Sloth's Pit. Starbuck n'arrivait pas à sa cheville face à ses boissons chaudes, toujours avec une douce saveur mélangée à de l'amertume et infusées de bon café moulu toutes les vingt minutes. Pendant la seconde moitié de l'année, le chocolat chaud servi réchauffe le coeur de tous ceux qui le fréquentent, surtout s'il est servi mélangé avec un dose de bourbon.

Dorénavant, l'endroit était inoccupé, à cause de l'anomalie dans la remise. Tout ce que l'on pouvait trouver autour n'était que la barricade de police et dans l'arrière boutique, l'épouvantail. Chapeau de paille, peau de paille, habits de coton.

Hastings recula tandis que Tristan sortit une caméra et ajusta l'objectif . "Tu, heu, as entendu que Pike était enfin fiancée ?"

"Sans déc' ?" demanda Tristan, pointant son viseur vers l'épouvantail. "Elle et Mattings ? C'est quand le mariage ?"

"Le 14 février prochain. Mattings ne veut pas oublier l'anniversaire." Chris fit craquer son cou. "Alors, c'est quoi la méthode pour détecter l'activité extra-dimensionnelle ?"

"Le filtre sur cet objectif récupère les particules exotiques associées à des objets croisant des barrières entropiques— tout ce qui transgresse la loi de conservation de masse s'allume comme un sapin de Noël." Il tendit la caméra à Hastings et mit sa main devant l'objectif. L'afficheur numérique montrait toute la main de Tristan comme une géante masse jaune et luisante. "Dont les gens travaillant au Multi-U."

"Cool." Chris sourit, seulement peu de temps avant qu'il ne regarde l'épouvantail au travers de l'afficheur. Ce dernier avait quelques luminescences sur lui, mais rien de comparable à Bailey. "Heu. Ça veut dire quoi ?"

"Qu'il a quelques particules sur lui. Probablement des bizarreries extra-dimensionnelles." Tristan tapota ses lèvres avec ses doigts. "Je vais le toucher."

"Attends," dit Chris, sortant une paire de gants. "Mets ça d'abord, au moins." I sortit deux masques à gaz. "Ça aussi."

"… Tu les gardais où ces trucs ?" demanda Tristan en enfilant les gants.

"Je trimbale pas ce sac pour être à la mode," Chris souleva son sac à bandoulière en mettant son masque à gaz. "Tu sais jamais dans quoi tu te lances."

"J'espère que cette protection suffira." Tristan s'avança, les mains tendues, plissant les yeux derrière son masque. "… Chris ?"

"Ouais ?"

Tristan recula sa main. "Qui a appelé pour ce truc ici ? C'était Rudy ?"

"C'était Cait, sa fille. Elle travaille la matinée." Il sortit un sac à échantillons et des pincettes. "Pourquoi ?"

Tristan recula. "Est-ce que.. quelqu'un a vu Rudy aujourd'hui ?"

"Je vois où tu veux en venir avec ça," Chris avança, déglutissant et tendant ses pincettes, "Et j'espère que tu as tort."

"Et moi donc." Tristan se dirigea vers la porte. "Si quelque chose arrive… trace."

"D'accord." La main de Chris se tendit vers l'épouvantail, tremblante, prenant une brève inspiration. Il arracha un brin de paille du bras droit.

Toute la main tomba, révélant un bras humain sous la paille, qui pendit mollement, heurtant le côté de l'épouvantail dans un humide et répugnant slap. Chris couru, échantillon en main, suivi par Tristan. Avant qu'ils n'aient passé la porte, le frère Bailey entrevu l'anneau caractéristique sur le doigt : un anneau en or de la classe d'Harvard de 76, celui étant porté par Rudolf Dyer, patron du Café Rudy.


Trois heures plus tard, Christopher Hastings s'assit au bout d'une table dans une des salles de repos du Site-87, face au Dr Partridge et Tristan Bailey. Hastings avait la tête dans ses mains et essuyait les larmes sur son visage suite à la nouvelle qu'il avait reçu. "Vous êtes sûr, Docteur ?" demanda-t-il au Docteur Partridge.

"Oui. Il contenaient tous au moins un cadavre." Sa voix était douce et sombre. "Certains avaient des parties. Heureusement ce…" Il déglutit. "N'est plus le problème de notre département. Le forensique et les agents d'investigation prennent le relais maintenant, avec les études occultes et… mon Dieu." Il se frotta le visage.

"Tous ?" demanda Tristan. Il était secoué parce que qu'il venait d'entendre. "Même— même celui qui pendait sur le côté du vieux restau' vegan ?" demanda-t-il.

"C'était Ted Mason, l'ancien propriétaire du buffet, qui devait couler de beaux putains de jours à la Prison Columbia de Portage." Le Dr Partridge soupira et prit une gorgée de la flasque accrochée à sa ceinture. "Les opérateurs de couverture galèrent comme pas possible là dessus. Disant qu'il est tombé dans sa cellule et s'est brisé la nuque."

"Quinze morts…" Chris se mordit la lèvre. "Et d'autres devraient suivre. Comment la ville ne panique pas ?"

"Ils ne paniquent pas parce qu'ils sont en train d'évacuer." dit le Dr Partridge. "Il y a une heure, le Dr Weiss a donné un ordre d'évacuation à tous les civils non-essentiels."

"Comme si ça allait aider !" lança Chris. "Manson s'est fait choper dans une prison à 500 kilomètres pour avoir son corps cloué sur le côté de ce restau' vegan de malade mental !"

"S'il vous plaît, Hastings. Calmez-vous." soupira le Dr Partridge. "Je suis aussi secoué que vous là dessus. C'est le plus grand nombre de morts que cette ville a eu depuis—"

"1976," dirent les trois simultanément.

"Vous ne pensez pas…" commença Tristan.

"Ils font des recherches." dit le Dr Partridge. "On va finir par avoir une veillée en face du site pour toutes les personnes en ville qui…"

"Je serai là," lui assura Chris. "J'ai juste… besoin de temps."

"On en a tous besoin." Le Dr Partridge se leva et sortit de la pièce, se frottant le visage. "Bordel."

"Doc ?" demanda Chris.

"J'ai été transféré ici parce que cet endroit avait l'un des— l'un des plus bas taux de putain de mortalité dans tous les sites américains de la Fondation. En 2009 j'ai vu la moitié d'une force d'intervention forcée de s'offrir en pâture à une plante carnivore, puis j'ai étudié combien de temps ça leur prenait à être digérés. J'ai… eu besoin d'une pause après ça." Il regarda le plafond.

Tristan Bailey leur souhaita une bonne nuit et marcha hors de la pièce. Avant de sortir, il défoula sa colère sur une lanterne-citrouille souriante en plastique accrochée au mur, l'arrachant et lâchant un juron.

Les yeux de Partridge s'écarquillèrent, une idée lui ayant traversé l'esprit. "Hastings ? Rejoignez-moi cette nuit. Ramenez autant de personnes du département que vous le pouvez. J'ai… eu une idée sur ce qu'il se passe. Et j'aime pas ça."

"Oui, monsieur," acquiesça Chris en le contournant pour sortir. Il donna mollement un coup de pied dans la citrouille.

Le Dr Keith Partridge prit une grande gorgée de sa flasque, avant de se prendre la suite de Chris hors de la pièce. La lumière ne se rallumera pas de la semaine dans la salle de repos.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License