D'un Iota
notation: +3+x

Dans les profondeurs des catacombes, sous la Cathédrale de la Surveillance, se trouvait une pièce caverneuse, isolée au bout d'un long couloir. Les historiens de la Sainte Fondation n'avaient que des hypothèses quant à l'usage qu'elle avait pu avoir avant la Grande Brèche - certains pensaient qu'il s'agissait d'un entrepôt, d'autres d'un auditorium, d'autres encore que c'était un abri, ou une cellule de confinement pour l'un des démons que les anciens avaient capturés avant que le monde ne fut consumé. Aucun son ne traversait ses murs, et il fallait cinq hommes forts pour ouvrir ou fermer la puissante porte d'acier (qu'elle fut présente à l'origine était un sujet de débat) qui constituait sa seule entrée comme sa seule sortie. Personne, hormis les membres les plus éminents du clergé, ne soupçonnait son existence, et encore moins la manière de s'y rendre. Le seul moyen qu'un membre avait de franchir son seuil était de prouver à la Garde Oméga qu'il en avait le droit, car il s'agissait du cœur même de la Surveillance - le lieu de réunion du Conseil des Treize, les Docteurs de l'Église, les vicaires de Bright.

Celui qui franchissait cette grande porte voyait d'abord les trois murs devant lui couvert d'immenses tapisseries, brodées par des générations de membres de la Caste D, surveillés par autant de diacres dans leur tâche de relater l'histoire de la Sainte Fondation. Sur le mur de gauche, les tapisseries représentaient les légende de l'ancien monde, avant la Grande Brèche. St Alto toisant le grand dragon, et donnant à manger aux gens le contenu d'un pot de soupe fumant, St Konn le Tueur de Vampire mettant son acier à l'épreuve face au duc des striges, St Canis Corvin éduquant le Faux Dieu de la Guerre, et, au centre du mur, la Cinquième Résurrection du Seigneur Bright, brandissant la Sainte Amulette au-dessus de Sa tête. À droite, les tapisseries décrivaient la Grande Brèche et les malheurs qui survinrent durant cette période, la chute de l'ancien temple, et l'avènement de la Sainte Fondation, avec le Seigneur Bright, là encore au milieu, entouré de Ses saints, qui se tenaient, triomphants, devant le corps du grand dragon et les restes de la statue que de rage Il avait Lui-même mise à terre et démolie, après la mort de Ste Agatha. Sur le mur d'en face, la Sainte Fondation était présentée dans ses missions actuelles - éduquant les civils, répandant les Procédures de Confinement Sacrées aux quatre coins du monde, et maintenant prisonniers les anciens maux. Au centre de ce mur se trouvait l'espoir pour le futur - une cité d'argent brillante, plus grande que tout ce qui avait existé avant la brèche, que le Seigneur Bright contemplait avec un sourire.

Sous cette tapisserie, contre le mur, se dressait un grand trône d'acajou et de cuir, orné de gemmes et d'icônes sacrées, qui avait été préservé et restauré au long des siècles pour le Père de la Fondation, Sa Sainteté le Seigneur Jack Bright. Son amulette, dans une boîte de verre, occupait Sa place sur le trône. Treize chaise de moindre importance lui faisaient face, accompagnées de treize bureaux arrangés en demi cercle autour de lui. Aujourd'hui, dix de ces chaises étaient occupées par de vieux hommes et de vieilles femmes. Les Cardinaux Docteurs, qui avaient servi toute leurs vies, et avaient gravi les échelons de l'église jusqu'à devenir membres du Conseil des Treize. Deux membres de la Garde Oméga encadraient la porte, s'assurant que personne ne dérange la réunion. L'un des hommes, qui se trouvait près de l'extrémité gauche du demi cercle, se leva et s'adressa aux autres.

"Moi, le Deuxième", dit-il, car la coutume voulait que, dans cette assemblée, on se désignât par le nombre plutôt que par le nom, "j'ai réuni aujourd'hui le Conseil au nom du Premier, qui est décédé au cours de l'hiver, et qui est absent. Les Cardinaux Docteurs Deux, Trois, Quatre, Six, Sept, Neuf, Dix, Onze, Douze et Treize sont présents. La Douzième a accepté de mener la prière."

Le Deuxième se rassit tandis que la Douzième se levait et baissait la tête. "Seigneur Bright", commença-t-elle alors que les autres baissaient à leur tour la tête, "pardonnez-nous aujourd'hui la transgression que nous nous apprêtons à commettre à Votre encontre. Sachez qu'au fond de nous, nous ne souhaitons pas Vous déshonorer ni Vous manquer de respect, et que nous accomplissons ces actes afin de comprendre Votre gloire, et porter plus loin Votre volonté, comme nous le faisons toujours. Pardonnez ceux qui nous servent en ce jour, et qui prennent part à ces actions sous notre commandement, car ils ne cherchent qu'à Vous servir et Vous honorer, ainsi que Votre Fondation. Bénissez-nous par Votre sagesse, et gardez-nous en sécurité, afin que nos enfants puissent connaître un monde libéré de la peur des Supprimés. Amen."

"Amen," reprirent les neuf autres alors que la Douzième se rasseyait. Le silence régna un moment, chacun des dix membres attendant qu'un autre agisse. Il y avait plus d'un siècle que le Conseil des Treize n'avait pas jugé ce type d'action nécessaire, et bien qu'ils fussent d'accord pour dire qu'il n'y avait pas d'autre moyen, tous doutaient.

"Peut-être," suggéra timidement le Sixième, "que nous devrions reconduire le vote avant de commencer ?"

"En effet", répondit le Deuxième, "il serait ennuyeux de découvrir tardivement que ce procédé n'est pas nécessaire. Veuillez présenter vos voix sur la question courante de la manière habituelle." L'un des gardes quitta son poste et prix une grande boîte dont le dessus était percé d'une fente. Tandis qu'il passait autour de la table, chaque cardinal écrivait son vote sur un morceau de papier et le glissait dans l'urne. Après quelques minutes, le garde retourna près de la porte et ouvrit la boîte. Là, avec l'aide de son collègue, il sortit les papiers et compta les voix une par une.

"C'est une égalité," annonça le garde. "Cinq d'un côté, cinq de l'autre."

"Alors nous devons le faire," dit le Deuxième, "et Bright ait pitié de nous tous. Garde ! Notre invité peut maintenant entrer."

Le garde approcha de la porte, et la frappa selon un schéma convenu - trois coups légers se suivant rapidement, suivis d'une brève pause, puis d'un coup fort, d'un coup léger, un autre coup fort, un autre coup léger, puis après une seconde pause, un coup léger, deux coups forts et un coup léger. La porte grinça et s'ouvrit lentement, poussée de l'autre côté. Une demi douzaine de Gardes Oméga entrèrent. Deux d'entre eux portaient une table, deux autres portaient des chaînes et des cordes, et les deux derniers conduisaient un membre de la Caste D qui ne portait qu'un pagne. Le membre de la Caste D avait été préparé spécialement pour le rituel de ce jour. Affamé et émacié, ses dents et ses ongles arrachés, il semblait aux cardinaux qu'il était à l'article de la mort. Les chefs de la Sainte Fondation observèrent en silence la mise en place de la table, entre le demi cercle de bureaux et le trône. Le membre de la Caste D fut couché sur la table, et attaché avec les chaînes, et les gardes relevèrent les capuches de leurs robes noires, et les serrèrent jusqu'à ce que seuls leurs yeux soient visibles.

"Savez-vous pourquoi vous avez été amené ici en ce jour, D-34029132 ?" demanda le Treizième.

"Oui, mon seigneur," répondit l'homme attaché.

"Et avez-vous consenti à ce rituel ?"

"Oui, mon seigneur."

"Êtes-vous prêt à sacrifier votre vie pour l'église et pour votre Seigneur ?"

Le membre de la Caste D marqua une pause. "Oui, mon seigneur."

Le Treizième se tourna vers les gardes. "Assurez-vous que les cordes et les chaînes restent tendues, et qu'il n'essaie pas de se faire du mal. N'hésitez pas à le restreindre physiquement, si vous pensez que c'est nécessaire. Vous ne péchez pas en faisant ce que l'on vous demande aujourd'hui - et bien qu'Il puisse vous tester avec Ses cris et ses protestations, rappelez-vous que le Seigneur vous aime et vous pardonnera."

Le Deuxième acquiesça. "Maintenant, veuillez poursuivre." Les cardinaux se levèrent de leurs sièges et observèrent attentivement. Cinq gardes se positionnèrent autour du membre de la Caste D. Le sixième garde s'approcha du trône et prit révérencieusement la boîte contenant l'amulette du Seigneur Bright avant de se placer au bout de la table. Un autre garde retira le couvercle. Pendant que les cinq autres gardes cachaient leurs mains sous leurs robes afin d'éviter tout contact intempestif, celui qui tenait la boîte la retourna, faisant tomber la Sainte Amulette sur la poitrine de l'homme enchaîné.

Feu le Cardinal Docteur Anders Clef, qui était présent lors de l'invocation du Seigneur Bright au cours du Synode de Nouvelle Denver en 237, avait écrit dans ses mémoires qu'Il semblait toujours confus lorsqu'Il apparaissait - sous le choc d'être dans un nouvel hôte, et cherchant à savoir où et quand Il se trouvait. Les hommes et les femmes qui observaient la scène ne l'auraient sûrement pas contredit, car à l'instant où l'amulette toucha le membre de la Caste D, son comportement changea. L'homme immobilisé grogna, et tira en vain sur ses entraves, ses yeux parcourant rapidement toute la pièce pour prendre connaissance des personnes et des décorations autour de lui. Les cardinaux l'observèrent en silence tenter de se mordre la langue, déboîter ses articulations, briser ses os contre la table - toutes ses tentatives étaient vaines, les autorisations accordées par les amendements faits plusieurs siècles auparavant aux Procédures Sacrés permettaient d'empêcher le Seigneur Bright de se retirer si Sa présence en ce monde était requise. Il finit par se résigner à occuper à nouveau un corps en chair et en os. Il posa Ses yeux sur le Neuvième, qui avait tiré de sous ses robes un parchemin contenant la plus sacrée des Procédures Sacrées, celle qui concernait la Sainte Amulette elle-même, et Il prit la parole.

"J'aime ce que vous avez fait de la cafétéria."

"Pouvez-vous me donner votre nom, s'il vous plaît ?" demanda le Neuvième en lisant le parchemin. "D'après moi, vous êtes Tom Higly, et vous travaillez pour nous dans le cadre de votre condamnation à perpétuité."

"Abrégez les conneries", dit l'homme enchaîné dans un soupir. "Vous savez qui je suis, et vous savez que j'ai du subir cette petite cérémonie assez souvent pour espérer ne plus jamais y participer."

Le Neuvième regarda ses collègues, qui lui signifièrent d'un hochement de tête leur accord. "Le rituel est accompli !" proclama-t-il, "Loué soit le Seigneur Bright !"

"Loué soit le Seigneur Bright !" crièrent les cardinaux et les gardes en chœur.

"Aaah !" cria le Seigneur Bright. "Pas si fort. Ce corps doit avoir la plus grosse de toutes les gueules de bois."

"Pardonnez-nous, Seigneur Bright", dit le Deuxième. "Les Procédures stipulent que les réflexes du corps d'accueil doivent être amoindris par l'alcool avant le rituel."

"Uh-huh" fit le Seigneur Bright. "Nouvelle Procédure Sacrée ; la prochaine fois, administrez l'alcool après m'avoir réveillé. Que quelqu'un écrive ça."

"J'en serais honoré, Seigneur", dit le Treizième.

"Et dites, les mecs, vous n'avez pas encore eu un genre de renaissance, de réformation ou d'éveil scientifique ? On est en quelle année, cette fois ?"

"On est en l'an 698 Après la Brèche, Seigneur."

Le Seigneur Bright soupira à nouveau en regardant les hommes assemblés autour de lui. "J'aurais cru que vous auriez réinventé le pantalon entre temps. Enfin bref, j'en ai marre de cet endroit, et marre de vous. Garde, soyez gentil et étranglez moi, que je puisse reprendre ma sieste."

"Pardonnez-nous, Seigneur Bright", dit le Deuxième, "mais nous requerrons un peu plus longtemps Votre indulgence. Une grande… difficulté est apparue, qui menace de détruire notre Sainte Fondation, et nous n'avons trouvé personne qui soit mieux placé que Vous pour y faire face."

"Bon sang", dit le Seigneur Bright, "Il va vraiment falloir que vous commenciez à penser par vous mêmes. D'accord, quel est le problème. Brèche de Confinement ? Rébellion des classe D ? La Main du Serpent est de retour ?"

"Non, Seigneur Bright", répondit le Deuxième. "Il s'agit… d'un problème de théologie. D'une grande importance, et que ce Conseil n'a pas pu résoudre."

Bright grogna. "'Reconstruisez la Fondation sous la forme d'une église', a dit Clef. 'Ça aidera une plèbe sans éducation scientifique à rebâtir la société', a dit Clef. Bon, quel est le problème ?"

"Il semblerait que les Sites et les Zones des territoires de l'est", commença le Deuxième, "aient commencé à enseigner une interprétation du Gospel Selon Everett il y a quelques années, qui est assez différente de celle qui a été maintenue ici, dans le centre. Cette… interprétation", dit-il de manière à ne pas agacer certains de ses collègues, "s'est répandue jusqu'à la Surveillance elle-même, et un grand nombre de dissensions sont apparues au sein de plusieurs de nos églises et avant-postes, pour savoir quelle interprétation et quelle croyance sont les bonnes. Nous craignons qu'une guerre n'éclate, et nous avons résolu de voter afin de déterminer la bonne interprétation. Malheureusement, nous sommes dans une impasse, cinq contre cinq."

"C'est pour ça qu'il est censé y avoir treize O5", dit le Seigneur Bright. "Vous m'avez réveillé juste pour que je vous rappelle que ces chaises ne sont pas censées être vides ?"

"Elles n'ont pas été vidées délibérément, Seigneur Bright", coupa le Dixième. "Le Premier et le Huitième ont succombé à la peste pendant ce long hiver, et le Cinquième est actuellement dans le sud, à la tête des Légions Mobiles, pour mener notre croisade contre l'Insurrection du Chaos. Étant donné que nous sommes bloqués par ce problème, nous n'avons pas pu leur nommer de remplaçant."

"Bien sûr. Alors, d'où vient ce profond désaccord ?"

Le Deuxième fit un signe du menton en direction de deux gros livres sur le bureau. "Il s'agit d'un conflit de traduction du chapitre 37, verset 25."

"C'est-à-dire ?"

"Est-ce que l'enfant que Vous même et St Agatha avez conçu la veille de la Grande Brèche est créé par Votre esprit, ou est-il issu de Votre esprit ?"

—-

"Et c'est ainsi", dit le vieil homme, "qu'un seul mot porta le monde au bord de la guerre - et c'est ainsi que le Seigneur Bright arrangea tout."

"Mais qu'est-ce que le Seigneur Bright a répondu ?" demanda le garçon à deux têtes assis aux pieds de son grand père.

"Ouais !" cria la fille assise à côté de lui. "Qu'est-ce qu'Il leur a dit ?"

"Qu'est-ce que vous en pensez ?" demande le grand-père.

"Je pense qu'elle était issue de l'esprit de Bright", dit le garçon.

"Meuh non !" dit la fille. "St Emile a été créée par l'esprit de Bright !"

Le vieil homme éclata de rire. "On dirait qu'on a un schisme sur les bras, maintenant."

"Eh bien ?" demanda le garçon. "Lequel de nous deux a raison ?"

"Et dis-le en imitant la voix de Bright !"

Le vieil homme froça les sourcils, et fit sa meilleure imitation de Bright pour dire la fin de l'histoire :

"Pour la dernière fois… Rights et moi n'avons pas eu d'enfant."

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License