Bolognaise ou carbonara ?
notation: +18+x

Comment je me suis retrouvé là ?

Sérieusement. C'est sûrement pas grâce à mes qualifications, qui se résument à un néant bien triste. Tous ces types, ils ont un doctorat, voire plusieurs, ou ils font partie d'une unité d'élite. J'ai pas du faire un quart de leurs études. Mais au moins, je côtoie l'élite du genre humain. Et je leur sers des pâtes.

« Bolognaise ou carbonara ? »

Mes contacts avec l'élite du genre humain se résument à ça. Ça, ou « Viande ou poisson ? ». Ils te regardent à peine. Ils rigolent entre eux, se font des blagues mystérieuses ou des private jokes bizarres. Des fois, ils rigolent des incidents de la veille. Ces types sont pas normaux. Ils te regardent à peine, mais ils sont bien contents d'avoir quelqu'un qui leur sert des pâtes.

« Putain, des pâtes ! Ça au moins, ils pourront pas le rater ! »

Et ils se foutent de ta gueule. Enfoiré en costume Armani, tu te prends pour qui ? Ils pensent que cuisiner pour un Site de la taille d'une ville, c'est facile. Surtout quand l'administration passe au peigne fin chaque dépense, pour ne pas "dépasser le budget de la cafétéria". Et avec le budget qu'on a, ils devraient être content d'avoir des pâtes. Si les cuistots comme moi se battaient pas pour un minimum de décence dans les repas, ça serait rutabaga, topinambours et rations de survie tous les jours. On est français, merde. Vous ne nous priverez pas de notre bouffe.

Certains ont l'air tellement paumés. Ce type en blouse doit avoir au moins un doctorat, mais à le voir…

« Bolognaise ou carbonara ?
- Carbonara.
- Très bien.
- Hé ! Qu'est-ce que vous faites ? Je viens de vous dire bolognaise ! »

J'aimerais croire qu'il se fout de moi. Des fois, j'ai presque de la peine pour certains chercheurs. Je les imagine hors du Site, affrontant la vraie vie. Ça serait ridicule. Mais là, ils sont dans leur élément. Et leurs expériences à la con grillent tout le budget de la cafétéria. Et ils se plaignent. Les agents, eux, je crois qu'ils me font peur. Mais bon, c'est sûrement les plus respectueux. Rigueur militaire, tout ça.

Ce qui ramène à cette question :

Comment je me suis retrouvé là ?

Je n'ai pas cette rigueur militaire, j'ai toujours détesté les sciences. Après tout, je suis peut-être très bon quand il s'agit de cuisiner des pâtes avec trois milligrammes de sauce pour un kilo de pâtes. Après tout, mon but est peut-être de cuisiner des pâtes. Je travaille au sein de la plus grand organisation secrète du monde, et je fais des pâtes.

« Michel, tu sais ce qui s'est passé avant-hier ? »

Ah oui. Avant-hier. Le toit d'un des bâtiments de recherche a sauté. Pendant une demi-heure, tout le Site était en alerte. On croyait tous qu'une des saloperies s'était échappée. Le problème, c'est que ces machins ne font pas la distinction entre les agents, les chercheurs et les cuistots. Si un s'échappe, tout le monde est logé à la même enseigne.

« Michel ?
- Ah, oui, désolé. Bah, il paraît que c'est une expérience qui a mal tourné. La routine. »

La routine, et ça va encore coûter cent mille euros à réparer. Quand je pense qu'on est qu'une quinzaine de cuistots, et que ces imbéciles se permettent de faire exploser un bâtiment "par accident" tous les mois, j'ai envie de… de… de pas grand chose, en fait. Ce dont j'ai pas envie, par contre, c'est d'être viré, ou pire. Parce qu'on a beau être les cuistots, on n'est pas dupes. Tiens, un type en costard avec une accréditation de Niveau quatre. Toi t'auras moins de viande. On se venge comme on peut.

Et voilà, il n'y plus de bolognaise. Et il reste deux-cent cinquante personnes à passer. Bon, bah ils auront pas le choix. Des fois, je rêve de plats infinis. Si nos géniaux inventeurs pouvaient plancher sur ça…

Tiens, un type viens changer un truc sur la pancarte "Jours sans incident". Tiens, ça passe de un à zéro. Des fois, je me demande si ces types ont une famille. Si ils pourraient en avoir une. « Salut chérie, aujourd'hui, j'ai fait péter un bâtiment à moi tout seul, et toi ? » C'est ridicule. « Coucou ma chérie, aujourd'hui, papa a poutré la gueule à des abominations sans nom pour pas qu'elles bouffent mes collègues. Et toi à l'école, ça va ? » La Fondation pourrait peut-être lancer un service de garderie… Qu'est-ce que je raconte, moi ? Quoi que, ça serait pas si absurde que ça. On vit tous dans une microsociété, ici. On se vante de protéger l'Humanité, mais on en fait à peine partie. Enfin, "on". « Salut chérie, aujourd'hui j'ai servi des pâtes aux plus grands cerveaux de France. » Tss.

Mais… Où est ma famille, à moi ? Je suis terriblement normal, et pourtant, je suis seul. Seul avec mes pâtes. On ne fait pas que mourir dans l'ombre pour que les autres vivent dans la lumière, on meurt seuls pour que les autres vivent leur vie.

Au moins, on est tous égaux sur un point.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License