Aveugles à la grande surprise
@import url(http://fondationscp.wdfiles.com/local--files/theme%3A3law/station-font.css);
 
/*
    Third Law Canon Theme
    [2016 Wikidot Theme]
    Created by GreenWolf, with technical assistance from Randomini and aesthetic assistance from Dr Kens and tawny.
    Based on SCP Sigma 9 Theme created by Aelanna and Dr Devan.
    The Station font was created by Nick Matavka and is licensed under the SIL Open Font License.
    The Prometheus Labs/Third Law Flame Logo was created by GreenWolf and is licensed under CC-BY-SA 3.0.
     Revised by stormbreath.
*/
 
:root {
    /* 2 Header */
    --ct_bg_header-image: url('http://fondationscp.wdfiles.com/local--files/theme%3A3law/body_bg_7.png');
    --ct_bg_header-logo: url('http://fondationscp.wdfiles.com/local--files/theme%3A3law/PL_3Law_Logo_2.png');
 
    /* 4 Rating-module */
    --ct_col_rate-primary: #222e59;
    --ct_col_rate-secondary: #404d7e;
    --ct_col_rate-cancel: #e9ebf0;
    --ct_col_rate-link-hover: #c1bccd;
    --ct_brd_rate-primary: solid 1px #312259;
}
 
/* COMMON */
h1, #page-title {
    color: #315B7D;
}
 
#page-title {
    border-color: #315B7D;
}
 
/* links */
a {
    color: #4682B4;
}
 
a.newpage {
    color: #86bbd8;
}
 
a:visited {
    color: #054a91;
}
 
body {
    background-color: #E3E7EA;
    color: #000000;
}
 
/* HEADER */
#search-top-box-input {
    border: solid 1px #0c1121;
    color: #e9ebf0;
    background-color: #222e59;
}
 
#search-top-box-input:hover,
#search-top-box-input:focus {
    border: solid 1px #bfc3d4;
    color: #e9ebf0;
    background-color: #404d7e;
}
 
#search-top-box-form input[type=submit] {
    border: solid 1px #0c1121;
    color: #e9ebf0;
    background-color: #222e59;
    background: linear-gradient(to bottom, #263464,#1e284e);
}
 
#search-top-box-form input[type=submit]:hover,
#search-top-box-form input[type=submit]:focus {
    border: solid 1px #bfc3d4;
    color: #e9ebf0;
    background-color: #222e59;
    background: linear-gradient(to bottom, #1e284e,#263464);
}
 
#login-status {
    color: #e9ebf0;
}
 
#login-status a {
    color: #e9ebf0;
}
 
#login-status ul a {
    color: #4057a7;
}
 
#account-topbutton {
    background: #CCCCCC;
    color: #4057a7;
}
 
#header h1 a {
    color: transparent;
    font-family: 'stationmedium', Arial, sans-serif;
    font-size: 180%;
    text-shadow: none;
}
 
#header h1 a::before {
    content: "Troisieme Loi ";
    color: #e9ebf0;
    text-shadow: 3px 3px 5px #000000;
}
 
#header h2 span {
    color: transparent;
    text-shadow: none;
}
 
#header h2 span::before {
    content: 'Scientia potentia est ';
    color: #F1F1F1;
    font-style: italic;
    text-shadow: 1px 1px 1px rgba(0,0,0,.8);
}
 
/* TOP MENU */
#top-bar a {
    color: #e9ebf0;
}
 
#top-bar ul li ul {
    border: solid 1px #4B4194;
}
 
#top-bar ul li.sfhover a,
#top-bar ul li:hover a {
    background: #E3E7EA;
    color: #4682B4;
}
 
#top-bar ul li.sfhover ul li a,
#top-bar ul li:hover ul li a {
    border-top: 1px solid #6A7194;
}
 
#top-bar ul li.sfhover a:hover,
#top-bar ul li:hover a:hover {
    background: #E2E4E7;
}
 
#top-bar ul li ul a, #top-bar a:hover {
    color: #4682B4;
}
 
/* SIDE-MENU */
 
#side-bar a:visited {
   color: #4682B4;
}
 
.side-block .menu-item > .image {
    filter: hue-rotate(210deg);
    -webkit-filter: hue-rotate(210deg);
}
 
#side-bar .side-block {
    border: 1px solid #315B7D;
    background: #E2E4E7;
    box-shadow: none;
}
 
#side-bar .side-block.media,
#side-bar .side-block.resources {
    background: #E2E4E7;
}
 
.scpnet-interwiki-frame {
     filter: hue-rotate(200deg) saturate(180%) brightness(90%) opacity(75%)
}
 
#side-bar .heading {
    color: #315B7D;
    border-bottom: solid 1px #315B7D;
}
 
#side-bar div.menu-item.inactive a {
    color: #315B7D;
}
#side-bar div.menu-item .sub-text {
    font-size: 80%;
    color: #315B7D;
}
 
#side-bar .collapsible-block-unfolded-link {
    border-bottom: solid 1px #315B7D;
}
 
#side-bar .collapsible-block-unfolded-link .collapsible-block-link {
    color: #315B7D;
}
 
#side-bar .collapsible-block-unfolded-link .collapsible-block-link:hover {
    color: #4682B4;
}
 
/* YUI-TABS */
.yui-navset .yui-content{
    background-color: #E2E4E7;
    padding-left: 2em;
    padding-right: 2em;
}
.yui-navset .yui-nav a,
.yui-navset .yui-navset-top .yui-nav a {
    background-color: #36648B;
}
.yui-navset .yui-nav .selected a,
.yui-navset .yui-nav .selected a:focus, /* no focus effect for selected */
.yui-navset .yui-nav .selected a:hover { /* no hover effect for selected */
    background: #36648B; /* selected tab background */
    color: #eeeeee;
}
.yui-navset .yui-nav a:hover,
.yui-navset .yui-nav a:focus {
    background: #bfc3d4;
}
.yui-navset .yui-nav,
.yui-navset .yui-navset-top .yui-nav {
    border-color: #36648B;
}
 
/* FOOTER */
#footer {
    background: #7F7C94;
    color: #C1BCE0;
}
 
#footer a {
    color: #E0E0E0;
}
 
/* SOME NICE BOXES */
div.sexy-box {
    background: #E0E0E0;
    border: 1px solid #C1BCE0;
}
 
div.sexy-box div.image-container img {
    border: 1px solid #E0E0E0;
}
 
.content-panel {
    background-color: #1F1F1F;
    margin: 10px 0 15px;
}
 
.content-panel.standalone {
    background: #E0E0E0;
}
 
.content-panel .panel-heading {
    color: #E0E0E0;
}
 
.content-panel .panel-body {
    background: #E0E0E0;
}
 
.content-panel .panel-footer {
    color: #E0E0E0;
}
.content-panel .panel-footer a {
    color: #E0E0E0;
}
 
.content-panel .content-toc {
    background-color: #E0E0E0;
}
 
/* Standard Image Block */
.scp-image-block {
    border: solid 1px #4B4194;
}
 
.scp-image-block .scp-image-caption {
    background-color: #E0E0E0;
    border-top: solid 1px #4B4194;
}
 
@media (min-width: 767px) {
     #header {
             background-position: 10px 20px;
     }
}
 
@media (max-width: 767px) {
    #side-bar {
        background-color: rgb(54, 100, 139);
    }
}
notation: +4+x
blank.png

DÉBUT : Quand des situations dégénèrent

"Gwen ! Je vais me planquer," cria Iris en ouvrant la porte de sa chambre à la volée. Sa colocataire, Gwenhwyfar Thistlebranch—onzième dans l'ordre de succession du trône Sidhe, héritière de la fortune de Thistlebranch Publishing, et présidente en exil du corps estudiantin de Deer—hurla, et tira les couvertures sur sa poitrine.

"Il y avait une chaussette sur la porte ! Tu ne peux pas débarquer comme ça," cria Gwen en retour. Elle n'était visiblement pas seule sous la couverture.

"Je peux si c'est une urgence. Hey, Morty."

"La progéniture des feux de l'enfer te salue, mortelle," Mordecai Diabolus—Antéchrist potentiel, président à vie du corps estudiantin de Deer, et c'est-compliqué de Gwen—grogna de quelque part au niveau de la taille de Gwen. Sa voix résonnait comme une centaine d'âmes tourmentées criant à l'unisson, comme le toit d'une église s'effondrant sur une foule assemblée, comme un politicien niant des crimes de guerre et des génocides. Il s'éclaircit la gorge, et essaya de nouveau. "Euh, désolé, hey, Iris. Je viens de là-dessous, mais je, euh."

Iris soupira. "Je veux pas le savoir. Mettez entre parenthèse la saloperie coquine que vous lanciez là-dessous car, comme je le disais, je vais me planquer."

"Pourquoi est-ce que tu vas te planquer ?" Gwen était aussi sous les couvertures maintenant, bidouillant les menottes ou les cordes ou les fers qui se cachaient dessous. "Est-ce que tu as fait quelque chose d'embarrassant à l'after ? Est-ce que tu as fait quelqu'un d'embarrassant à l'after ?"

"Nan, je ne plaisante pas, c'est sérieux." Iris attrapa un sac de sport de sous son lit et commença à y jeter des habits à l'intérieur. "Je crois que quelqu'un vient juste d'essayer de me kidnapper. Et j'ai dû faire quelques cascades en roller particulièrement illégales pour m'échapper. Donc je suis probablement en cavale discrète devant la loi ? C'est tout un truc."

"Attends, ok, qui a essayé de te kidnapper ?" Morty avait été libéré, et était à présent assis, les couvertures couvrant à peine sa modestie. Il portait toujours un collier. "Parce que—et je dis ça de la manière la plus gentille possible—tu es personne."

"Je sais !" Il y avait peut-être suffisamment d'habits—une demi-douzaine de t-shirts noirs, quelques jeans noirs, un tas de chaussettes noires et de sous-vêtements noirs. Elle se dirigea vers la bibliothèque. "J'allais prendre le raccourci derrière Sizzle Pie, et bam, il y avait une limousine garée juste de l'autre côté de la Voie, et un genre d'anglais arrogant en sort, tout 'Oooooh, Mlle Black, je vous attendais', et il avait de ces gorilles gardes du corps flippants…" Elle brandit deux grimoires pour inspection. "Tu crois que j'aurai besoin de l'un d'eux ?"

"Euuuuuuh. Probablement pas le Clavicula, tu ne fais jamais ces conneries cérémonielles, et si t'en as vraiment besoin tu peux trouver la traduction de Mathers en ligne." Gwen avait enfilé un t-shirt, et s'asseyait à côté de Morty, débouclant son collier. "Mais Thaumatologie Moderne est un classique, et il a ce DRM qui te file des furoncles si tu essaies de le scanner. Prends celui-là. Est-ce que tu as un nom ?"

"Ouais, 'Chrysophilus Marshall, mais mes amis m'appellent Rampant'. Il avait un ami aussi, un français dans une Rolls Royce rose brillante." Elle lança quelques livres supplémentaires dans le sac. Son kit de réactifs et son labo portable étaient trop fragiles, ils devraient aller dans le sac à dos, mais son bâton se séparait aisément en trois segments, qu'elle glissa sous ses habits. "Et en ce qui concerne mes sous-vêtements pour m'envoyer en l'air ? Tu crois que j'en aurai besoin en cavale ?"

"Est-ce que… est-ce que le français portait, je dirais, un bob et un survêt de sport ?" Morty avait l'air plus pâle que d'habitude, une prouesse pour un homme dont le teint normal était comparable à celui d'un cadavre noyé.

Iris se figea en plein dans le pliage de son ensemble soutien-gorge et culotte le plus sexy. "Oui. Comment tu sais ça ?"

"Je crois que je les connais. Plus de réputation que personnellement. Leurs familles font affaire avec mon père."

"Quoi, comme…" Iris fit un geste vague vers le bas.

"Non. Enfin, peut-être. Mais je parle de l'humain. C'est… un spécialiste import-export."

"Un contrebandier."

"Oui, merci Gwen, j'adore quand tu répands les secrets mortels de ma famille partout. Tu n'as pas signé l'AND à Thanksgiving ? Peu importe, ça ne fait rien. Le français est Alphonse Cartier. Lié aux Carters. Comme dans Marshall, Carter et Dark." Iris et Gwen le fixèrent bêtement. "Oh, bien, non, vous ne les connaissez pas, pas vrai. Iris est une pauvre-" Gwen lui fit un brusque coup de coude. "Euh, ouvrière ? De status socio-économique bas ? Pas putain de pleine aux as ? Et Gwen, tu es le mauvais genre de noblesse et le mauvais genre de fortunée, t'as, genre, de la morale et autres conneries."

"Tu vas venir au fait à un moment ?" Devrait aussi bien prendre les sous-vêtements sexy. Juste au cas où elle rencontrait un quelconque agent bouillant de l'U2I joué par un jeune Gillian Anderson et devait le séduire pour s'évader.

"Marshall, Carter et Dark sont… un club pour hommes, je suppose. Euh, pas comme un strip club. Comme un endroit où un tas de vieux mecs vont fumer des cigares et boire du whisky et cracher sur leurs femmes. Où ils l'étaient, au bon vieux temps, mais maintenant c'est aussi un hôtel des ventes, et une maison de courtage, et un intermédiaire pour tout type de merde flippante. Beaucoup d'argent, beaucoup de pouvoir, beaucoup de relations."

"Eh bien, merde." Réserve de beuh, check. (C'était une copie évidée de La révolte d'Atlas, le cadeau-gag de noël de l'année dernière de la part de Gwen.) Hormone, check. (Oestrogène, progesterone, spironolactone. Elle les prenait à la Clinique Libre Maxwelliste sur Turing Street depuis le lycée.) "Qu'est-ce qu'ils me veulent ? Rampant, le type de Marshall, disait qu'il avait une 'opportunité d'affaire' pour moi, mais j'ai supposé que c'était juste qu'il essayait de me faire entrer dans la voiture."

"Ouais, probablement. Oh, voilà ton chargeur de portable, j'ai dû l'emprunter, le mien a un peu explosé." Gwen le lui lança. "Donc tu sais où tu vas aller ? Si tu veux rester à la maison de mes parents je pourrais appeler la Garde Royale, leur dire d'ouvrir l'œil."

"Gwen, j'apprécie l'offre, mais je ne sais pas vraiment ce qu'un groupe de lutins montés sur des corgis armés de hallebardes de cérémonie—"

"Des glaives ! Pas des hallebardes !"

"Armés de glaives de cérémonie pourra faire contre des gens qui peuvent apparemment engager les mercenaires privés de leur choix." Iris enfonça un dernier livre de poche élimé dans son sac de sport et remonta la fermeture éclair. "Et Morty, avant que tu proposes, je préférerais me planquer dans un endroit qui ne soit par tartare, abyssal, infernal, ou autrement diabolique."

"En fait, j'allais dire—"

"Le new Jersey compte comme 'autrement diabolique'."

"Même Atlantic City ?"

"Surtout Atlantic City. Nan, je crois que je vais demander de l'aide à Alliott."

"Alliott Chao ?" Gwen avait l'air perplexe. "La styliste ? Capitaine de la pire équipe de derby de la ville ?"

"Attends, pause, je connais une Alliott Chao, mais c'est…" Morty s'arrêta, essayant sans y parvenir de trouver un euphémisme. "Ok, c'est une trafiquante d'armes. Et une styliste, mais je crois que c'est une couverture, à moins que ce ne soit l'inverse."

"Ouaip, la même femme." Une dernière vérification dans la pièce fit apparaître le chargeur de ses écouteurs et son passeport américain, qui était généralement moins utile que le britannique mais qu'elle devrait sans doute prendre juste au cas où. "Elle a des couches."

"Comme un—"

"Morty, je le jure devant Lugh, si tu cites Shrek au pieu je vais te menotter à la tête de lit et…" Gwen bafouilla, jetant un regard maladroit à Iris. "Désolée, désolée. Trop d'informations."

"Et sur cette note, je vais m'en aller. Faites-moi savoir si vous entendez quelque chose d'utile." Iris s'arrêta, à mi-chemin de la porte. "Hey, donc, est-ce que tout le truc présidentiel est un machin sexuel pour vous ? Celui qui gagne est au-dessus ? 'Oh, M. le président, j'ai été une méchante séditieuse et je dois être punie' ?"

Gween vira rouge betterave, mais Mordecai sourit juste. "Ne soit pas ridicule, Iris. Je me fais attacher seulement quand je suis président."


L'emplacement du Kemonomimi Zaibatsu de Trois Portlands était une superbe boutique à côté de Prometheus Plaza, remplie de la dernière cybermode transhumaniste. C'était soigneusement transparent, les geeks locaux adoraient ça, et Alliot Chao ne se retrouverait pas morte à distance de crachat. Normalement, quand elle était à Portlands, Alliott préférait trainer à Kallisti, le club qu'elle possédait probablement quand vous considériez son nom et son affiliation religieuse ; mais on était vendredi aujourd'hui, donc il n'y avait qu'un seul endroit où elle pouvait être.

"COMMANDEMENT TROIS ! Un Discordien Doit lors de son Illumination précoce Partir Seul et Partager Joyeusement un hot-dog un Vendredi !"

Le meilleur chariot à hot-dog de Trois Portlands appartenait à un islandais d'âge moyen qui s'appelait Harry (diminutif de Haraldr).

"Cette Cérémonie Dévotive est là pour Protester contre les Paganismes populaires du Jour !"

Il vendait des hot-dogs depuis près de vingt années à présent, et avait été assailli par des foules toujours plus importantes de discordiens depuis 17 d'entre elles.

"Pour le Judaïsme, pas de viande de Porc ! Pour l'Hindouisme, pas de viande de Bœuf !"

Techniquement, les hot-dogs de Harry étaient à 100% du mouton ; ils étaient certifiés à la fois casher et halal, et étaient populaires parmi les portlandiens de nombreuses confessions.

"Pour la Chrétienté Catholique, pas de viande le Vendredi ! Pour le Boudhisme, pas de Viande d'animal !"

Il avait aussi des tofu-dogs. Tous les vendredis, il essayait d'expliquer tout ceci au cinglé qui prononçait ce discours, mais ils n'écoutaient jamais.

"Et pour le Discordianisme ! Ne pas manger de pains à hot-dog !"

Cependant, ils le touchaient là. Ils ne donnerait jamais un hot-dog sans pain à quiconque. Sans gluten, bio, fermier, peu importe le genre de pain dont vous aviez besoin, il vous le donnerait. Mais pas un hot-dog nu. C'était juste obscène.

"COMMANDEMENT QUATRE ! Un Discordien ne doit Partager Aucun Pain à Hot-Dog, car Tel fut le Réconfort de Notre Déesse quand Elle fut Confrontée à La Rebuffade Originelle !"

Alliott était sa favorite des prêcheurs du vendredi. Elle pouvait vraiment faire entendre les lettres majuscules. Le gamin de Deer, celui avec le chapeau de pape, il en oubliait toujours quelques-unes.

"ET COMMANDEMENT CINQ ! Il est Défendu à un Discordien de Croire ce qu'il lit."

Et les pourboires ! Bon dieux, Alliott laissait de bons pourboires. Ce n'était pas toujours facile de le dépenser—des cryptomonnaies qui n'avaient pas encore été lancées, de l'or krugerrand, une reconnaissance de dette de Dean du CEITU—mais il y en avait toujours beaucoup. Il était quasiment sûr que les études supérieures de ses enfants avaient été financés exclusivement sur les pourboires de cette femme.

"AINSI EST-CE ÉCRIT ! AINSI SOIT-IL. HAIL DISCORDIA ! LES PROCUREURS SERONT TRASGRESSICUTÉS."

Une dernière acclamation de "Hail Eris !" de la foule, et tout le monde se tut alors qu'ils se plongeaient dans leur hot-dog. Après en avoir vendu quelques-uns de plus à des retardataires, Hary démarra son petit moteur électrique et partit ; il y avait un soirée étudiante au CEITU ce soir, et il voulait s'installer sur le gazon avant que les choses partent en vrille.

"Hey, Alliott ?" Iris avait garé son vélo contre un arbre, son sac toujours à l'arrière. Il pourrait se débrouiller seul. "T'as une minute ?"

"Hey ! Iris !" La bouche d'Alliott était à moitié pleine de hot-dog ; elle en avait un autre dans chaque main. "Tu en veux un ? Je crois que Harry vient de partir, mais il m'en a donné un en rab aujourd'hui."

"Oh, euh, merci, bien sûr." Iris prit une bouchée de la saucisse offerte. C'était vraiment un putain de bon hot-dog. "C'est vraiment un putain de bon hot-dog."

"Harry mérite une putain d'étoile Michelin, je te jure." Son hot-dog s'arrêta à mi-chemin de sa bouche. "Hey ! Je reconnais ce t-shirt ! Bien joué, Stella est sexy comme c'est pas permis."

Iris fixa le poing offert. "Euh." La compréhension naquit, lentement mais sûrement. "Oh ! Euh. Non. Je l'ai piqué à un ventilateur de plafond ce matin. Et elle n'est pas mon type. Elle a cette énergie ‘super-mari-mais-mal-à-marier’. Beaucoup de tapage de clavier et de deux-points trois et de selfies en colliers bon marché."

"Hmm. Tu as probablement raison." Alliott finit son cinquième dog, et jeta le petit bateau en papier dans une poubelle. "Donc… pourquoi es-tu venue au Vendredi Hot-Dog ? Quelque chose s'est passé à l'after que je dois savoir ?"

"Oh ! Bien. Non. Ce n'est pas un truc de derby." Iris jeta un regard aux alentours nerveusement, et décida que la foule de discordiens était probablement, en moyenne, trop défoncée pour s'intéresser. "J'ai besoin d'un endroit où me cacher pour… un moment ? Quelqu'un a essayé de me kidnapper."

Alliott passa de la gourou discordienne tranquille à la criminelle impassible botteuse de cul en un rien de temps. C'était à la fois terrifiant et excitant. Enfin, si Iris était honnête avec elle-même, c'était plus genre trois quarts excitants pour un quart terrifiant. "Qui ?"

"Euh. Morty, euh, Mordecai Diabolus, Rejeton du Ténébreux, président à vie du corps estudiantin de Deer—"

"Okay, si un autre Deerien a essayé de te kidnapper, tu devrais pas plutôt aller voir les flics du campus ? Je veux dire, si tu ne veux pas faire ça, je vais t'aider, mais la Sécurité Publique de Deer, me fout les jetons, je ne peux pas croire qu'ils ont un problème avec un petit antéchrist de troisième zone."

"Non, non, tu ne m'as pas laissé finir. Morty, qui est le… petit copain de ma coloc ? Plus qu'un plan cul, mais ils gardent leur relation secrète parce que ce serait un scandale politique de je dirais, trois ou quatre façons, donc je ne devrais pas te l'avoir dit, et c'est clairement un truc du genre domi-soumis mais je ne sais pas si c'est juste qu'ils aiment coucher ensemble ou s'ils—"

"Iris. Reste avec moi. Respire profondément."

"Désolé. Journée stressante." Elle se concentra sur sa respiration quelques secondes, et poursuivit. "Morty a dit que c'était probablement Marshall, Carter et Dark."

"Oh. Ouais." Alliott n'avait pas l'air surprise, ni particulièrement inquiète. Cela, en lui-même, était plutôt surprenant et inquiétant. "Ça… explique beaucoup de choses en fait."

"Putain de merde."

"Je t'expliquerai tout chez moi. Viens, attrape ton vélo, j'ai un raccourci."


Pendant ce temps, un univers plus haut et à trois heures au nord-est, deux jeunes hommes se tenaient devant une vieille porte en chêne. Celle-ci n'avait pas d'attaches runiques, pas de canaux pour le sang sacrificiel, pas de serrures forgées à partir de fer météoritique par des hommes sages d'une époque lointaine ; mais pour ces deux jeunes hommes, ce qui se cachait derrière cette porte était plus effrayant que tout ce qui pouvait rôder derrière l'autre porte, six étages sous leurs pieds.

"Je ne parviens pas à croire que tu l'aies laissée s'échapper," dit le premier. Il était grand et dégingandé, et portait un costume à carreaux vert et or ; sa cravate portait l'imprimé d'une femme cartoon anatomiquement improbable, ses yeux roulant en arrière et sa bouche ouverte d'extase sexuelle.

Le second était petit et gros ; son survêtement était de camouflage rose, et son bob proclamait qu'il était la meilleure grand-mère du monde. Avec un soupçon d'accent français, il dit, "Je ne suis pas celui qui l'avait à sa merci et a tout fait foirer."

"Elle a changé son bras en une épée enflammée ! Comment étais-je supposé réagir à ça ?" Le petit passa une main dans ses cheveux recouverts de gel, et jeta un coup d'œil à son compagnon. "Je pensais qu'elle était sensée être une étudiante universitaire normale, pas un genre de ninja à rollers."

"As-tu fait des recherches ? Deer est une université de sorciers. C'est comme le CEITU, mais pour les personnes qui savent ce qu'est le postmodernisme."

"Peu importe. Finissons-en, d'accord ?"

"Oui1."

Ils s'avancèrent, et chacun actionna une des poignées de laiton poli. Les portes s'ouvrirent en grinçant, révélant un bureau bien aménagé ; les regards des hommes se croisèrent, mais avant qu'ils puissent acquiescer dramatiquement l'un à l'autre, la voix d'un vieil homme résonna de l'intérieur.

"Nous n'avons pas toute la journée. Entrez, déjà."

Les jeunes hommes se précipitèrent à l'intérieur, et s'assirent chacun dans une chaise en métal hideusement chère, créée spécifiquement pour ce bureau par un créateur finnois chauve avec trois doctorats et une femmes de vingt ans sa cadette. (Les chaises étaient incroyablement inconfortables ; c'était une fonction, pas un défaut.) Les chaises étaient positionnées devant deux bureaux massifs, qui avaient été faits quelques siècles plus tôt dans un atelier à Istanbul dirigé par des eunuques aveugles ; chacun était monogrammé, celui de gauche avec un "M" et celui de droite avec un "C". Derrière les bureaux, bien sûr, étaient assis Marshall et Carter, le premier gros et rouge, le dernier pâle et maigre.

Une fois que les visiteurs se furent assis, Carter parla, du venin dans sa voix. "Je veux savoir exactement ce qui s'est mal passé dans votre extraction de la fille Black. N'omettez rien." Comme personne ne répondit, il dit, "Chrysophilus. Toi d'abord."

Rampant Marshall ajusta sa cravate animée insipide nerveusement. "Eh bien, euh, nous vous avons envoyé un mail avec—"

Il fut interrompu par le vieux Marshall. "Oui, nous avons lu le mail, gamin ! Et nous vous demandons de répéter ce qu'il y avait dans le mail ! Qu'est-ce qui est si difficile à comprendre là-dedans ?"

"Bien ! Bien ! Alors, elle - euh, Iris Black - est sortie de la Voie exactement là où notre informateur avait dit qu'elle serait…"


"… Et le gamin Cartier a écrasé sa machine hideuse dans une remorque, et ils l'ont perdu." Amos Marshall essuya la sueur de son front avec un mouchoir. "Votre petite-fille est pas n'importe qui, Percival. Je suis presque dépité pour les garçons qui devront la, ah, désassembler."

Percival Dark leva un sourcil. "En effet, c'est quelqu'un." Un petit sourire rampa sur ses lèvres, où il resta perché sans changer le reste de son visage. "Je suis sûr que je vais adorer être elle, quand le temps sera venu."

"Vous avez tout à fait raison, mon cher, tout à fait raison." Rupert Carter jeta un regard nerveux à Marshall. Ils avaient tiré au sort avant d'entrer. Il ne voulait pas poser la question. "Ah, ce sera un agréable changement, après tant de millénaires. Hum."

"Bertie, je sais que vous voulez me demander quelque chose. Crachez le morceau."

"Eh bien. Vous voyez." Carter fixa ses propres pieds, sentant une émotion qu'il n'avait pas ressentie depuis qu'il avait été appelé dans le bureau du directeur pour avoir observé le rugby en école primaire. "Je ne suis juste pas sûr… comment ils vont…" Il soupira. "Nous devons vous couper les couilles, Percy, c'est dans le rituel. Ils ne peuvent utiliser simplement les ovaires à la place."

Du sourire de Percival Dark goutta du venin. "Vous savez que je ne peux pas vous mentir, donc croyez moi quand je dis qu'elle remplit les exigences. Et, si je puis faire une suggestion ? Vivez avec votre temps." Il s'arrêta juste assez pour que Carter ouvre sa bouche. "Ce sera tout."

"Mais—"

La pièce vira au noir. "J'ai dit que ce sera tout."

"Bien ! Oui. Nous vous tiendrons au courant." Marshall et Carter se précipitèrent pour sortir ; et alors qu'ils le couraient, le sourire de Dark atteignit enfin ses yeux.

« Ils apposèrent la loi || Aveugles à la grande surprise || Dernier modèle de Jeep de fuite »

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License