Bal-chatri
notation: +2+x

Des arcs électriques quittaient le corps de Vincent Anderson pendant qu'il marchait à travers la pluie de Trois Portlands, les éclairs volages frappant des bâtiments proches et des luminaires alors qu'il marchait vers le centre d'une rue vide. De temps en temps, il pouvait être entendu en train de se murmurer, "Tout va bien… je peux réparer ça…"

Anderson atteignit finalement le pied d'une colline proche aux abords de la cité anormale. Au sommet de la colline se tenaient les restes d'une école. Il resta immobile pendant plusieurs minutes, la pluie produisant de petits sons sur son masque alors qu'il examinait le bâtiment décrépit. Un petit droïde d'argent grimpa hors de sa poche sur son bras avant de se percher sur son épaule. L’œil unique du petit drone à l'apparence d'araignée se leva vers l'école, puis vers son maître, se secouant pour se débarrasser des gouttes de pluie.

Anderson fouilla derrière son masque, en retira une petite clé et la plaça dans le droïde.

"Prends soin de toi, Benny," dit Anderson, "Je te revois très bientôt. Sois sage."

Le petit drone le salua et s'en alla. Anderson le regarda partir, puis redirigea son attention vers l'école distante.

"Je peux réparer ça…" se dit-il à nouveau avant de continuer son ascension.


L'Académie des Arts Tristan était une école prestigieuse de Trois Portlands entre 1972 et 1998, jusqu'à ce que la mort de son fondateur Abraham Tristan et les problèmes financiers subséquents mènent l'école à fermer ses portes. Depuis, elle était abandonnée, ses fenêtres fermées par des planches et ses couloirs remplis avec pleins de déchets divers, de graffitis, et de flaques d'eau de pluie stagnante venant des nombreuses fuites dans le toit. Cependant, en ce jour de novembre, le bâtiment vint à la vie de nouveau. En tant qu'académie enseignant à la fois des pratiques mondaines et anormales, le bâtiment entier était fortifié contre la magie. C'était pour cette raison, supposait l'agent Sasha Merlo, que Phineas avait choisi l'école abandonnée pour servir de lieu à son complexe piège.

Merlo se tenait sur l'estrade de l’auditorium de l'école et consulta son téléphone. Ses cheveux bruns étaient attachés en arrière, et l'uniforme de terrain de FIM qu'elle portait donnait à l'agent normalement décontractée une apparence autoritaire. Sur l'écran apparut le même message qui se tenait là depuis deux heures :

Prêt ou pas, il arrive.

Merlo et le reste de la FIM Gamma-13 se précipitaient pour mettre en place les dernières pièces du plan de Phineas, quatorze bonnes heures en avance, et sans un Phineas.

Merlo se tourna vers le centre de l'estrade. S'y tenaient deux chaises pliables vides, chacune au-dessus d'un glyphe dessiné à la craie rouge. La zone autour de ces glyphes était couverte par un glyphe encore plus grand, les dernières touches de ce dernier étant en train d'être dessinées à la craie blanche par l'agent Daniel Navarro avec une intense concentration alors qu'il travaillait rapidement sur les nombreuses lignes et courbes dont il avait besoin.

"Combien de temps ?" demanda Merlo.

Son collègue ne leva pas les yeux et continua simplement son travail en parlant.

"Les glyphes d'entrave ne sont pas quelque chose qu'on peut précipiter," dit Navarro. "Si je dessine ça mal, ça pourrait se transformer en une malédiction de mort, ou interagir avec les cercles de téléportation sous les chaises et exploser, ce qui est l'exact opposé de ce que nous voulons. Je dois tout de même féliciter Phineas, c'est de la magie haut de gamme. Le genre que les gens vont à l'école pour apprendre. Ça va faire le boulot… en supposant que je l'ai fait correctement."

Merlo acquiesça, ouvra sa bouche pour répondre mais s'arrêta quand une série de voix s'échappa de sa radio.

"Fauconniers, ici Sentinelle 1. On a un visuel sur la cible, ETA dix minutes !"

"Fauconniers, ici Sentinelle 2. On a visuel sur la cible… il effectue un événement de type bleu… visuel perdu !"

Il y eu le son d'une explosion distante. Les lumières de l'école s’éteignirent toutes en même temps.

"Merde…" dit Navarro en éclairant la salle avec sa lampe de poche, le glyphe sur lequel il travaillait encore incomplet.

"Il est là…" répondit Merlo. "Je suppose qu'on va faire ça en direct."


L'agent Clarissa Shaw était dans le hall principal de l'école avec quatre autres agents quand l'électricité fut coupée. Habillé en uniforme de terrain de FIM, avec ses cheveux blonds attachés en arrière et de nouvelles lunettes de protection, elle et ses collègues préparèrent leurs armes. La porte principale fut arrachée de ses gonds. Une vague d'Androïdes Pèlerin se déversa à travers la brèche. L'équipe se dispersa pour éviter les shrapnels, se mettant à couvert derrière les portes des classes proches. Les force adverses commencèrent à échanger des tirs. En quelques secondes, le hall était couvert de douilles, de droïdes percés de trous, et des corps de deux agents morts.

Le reste des agents de Gamma-13 ne perdit pas de temps et lança plusieurs nébuliseurs dans le hall, remplissant rapidement la zone d'une fine poudre blanche, transformant les vagues de droïdes en approche en flaques noires glissantes. Ceux que la poudre n'avait pas détruits furent matés avec des balles. Le hall devint silencieux, à l'exception de la respiration bruyante de ceux encore en vie.

"Brèche à l'entrée principale," dit Shaw à la radio, alors que ses coéquipiers rechargeaient et se préparaient à ce qui était sûrement une autre vague de l'assaut. "Hostiles maîtrisés, Frost et Donner sont à terre."

"Reçu, un signe de la cible ?" répondit la voix de Merlo.

"Négatif, nous…"

La réponse fut coupée par le sonore crépitement et la chaleur de l'électricité, ses deux compagnons propulsés loin d'elle, dans les classes dans lesquelles ils s'étaient mis à couvert. Shaw se retourna sur place, et fut accueillie par le sourire brillant d'un masque de comédie d'argent.

Alors que Shaw essaya de tirer une cartouche de son fusil, elle sentit ses jambes être balayées sous elle, le tir s'envolant inoffensivement dans le plafond tandis qu'elle s'écrasait sur le sol de linoléum. Anderson éloigna l'arme du pied, appuyant sur son gilet avec un lourd pied tandis qu'un long fil animé se rétractait dans sa main.

"Heureux de te voir à nouveau Clarissa," dit Anderson. "Aurais-tu l’amabilité de me dire ce que vous avez fait à mes amis ?"

Elle garda sa bouche fermée pendant plusieurs secondes en regardant son adversaire avec un mépris silencieux.

"Auditorium."

Anderson poussa un soupir soulagé en réponse.

"Ta coopération est appréciée."

Le fil jaillit de la main d'Anderson à nouveau et perça le gilet pare-balle de Shaw avec un pop malsain. Il perfora son torse et fit son chemin à travers elle, entre ses organes, et s'enroula autour de sa colonne vertébrale. Elle poussa un cri de douleur et de terreur. Le fil commença à émettre de petits chocs continus qui la firent se lever involontairement. Anderson lui adressa un hochement de tête satisfait en forçant Shaw à se déplacer le long du hall en face de lui.

"Pourquoi tu ne te joindrais pas à moi ?" murmura Anderson dans son oreille.

Shaw fit de son mieux pour rester silencieuse alors qu'elle continuait sa marche forcée, des larmes sporadiques coulant sur son visage. Son corps n'était plus le sien. La courte marche jusqu'à l'auditorium avait l'air de durer une éternité pendant qu'elle attendait dans la prison de sa propre chair. Anderson lui fit pousser la porte de l'auditorium, et la paire rentra à l'intérieur.

Sur l'estrade se trouvaient deux chaises vides. Personne d'autre n'était dans la salle.

Shaw hurla à nouveau quand la bobine autour de sa colonne se resserra, l'électricité envoyant des vagues d'agonie à travers son corps.

"Dans l'auditorium ?" siffla Anderson tandis que la bobine continua de se serrer jusqu'à ce que Shaw sente un craquement, et puis plus rien sous la taille.

"Ils étaient censés être là !" cria-t-elle. "C'est vrai ! S'il vous plaît !"

"Conneries !" cria Anderson. Le fil se rétracta puis se propulsa vers l'avant. Shaw vola en l'air, par-dessus les sièges de théâtre, et s'écrasa sur l'estrade. Elle roula pendant un certain temps, puis resta immobile.

De l'électricité décrivait des arcs à partir d'Anderson pendant qu'il poussait un hurlement frustré. Le hall se remplit de l'odeur de l'ozone.

Puis du son d'un fusil en train d'être pompé.

Anderson tourna sa tête. Navarro et Merlo se tenaient du côté opposé du hall, le premier brandissant un fusil, et la deuxième un pistolet.

"Où sont-ils ?" demanda Anderson en se ressaisissant. "Ça a duré assez longtemps."

Navarro répondit en appuyant sur la gâchette, un grand éclair d'énergie bleu sortant du canon. Le cyborg tomba en arrière, la déflagration passant au-dessus de lui et frappant le mur éloigné. Anderson se remit rapidement sur pied, tirant un éclair électrique qui siffla inoffensivement dans l'air.

Navarro et Merlo étaient partis.

Avec un hurlement de rage, le cyborg courut dans le couloir, sa tête pivotant rapidement pour traquer ses cibles. Une autre déflagration bleue le manqua. Anderson poussa un autre cri et commença sa poursuite.


L'agent Shaw roula lentement sur elle-même en toussant. Les contusions et les lacérations dont elle avait souffert dans sa chute mettaient son corps en feu. Elle s'examina. Elle ne pouvait rien sentir sous sa taille, ses jambes insensibles à ses commandes, la laissant ramper sur l'estrade. Bien qu'il y avait une petite flaque de sang venant de là où le fil l'avait percée, le saignement de cette blessure semblait s'être arrêté.

Elle s'éleva en entendant des bruits de pas rapides ; l'agent Merlo courait le long d'une des allées vers elle. Deux autres agents la suivaient, chacun portant un prisonnier attaché et bâillonné. Le premier portait un mince jeune homme avec une serpillière de cheveux blonds frisés et d'épaisses lunettes qui se collaient à son visage tandis qu'il regardait autour de lui d'un air terrifié. Le deuxième était une petite femme d'âge mûr avec des cheveux bruns à hauteur d'épaule et des yeux bleus clairs, qui regardait simplement droit devant, des larmes dans les yeux. Ils étaient respectivement Jason Contos et le Dr Medea Contos, deux membres du cercle interne d'Anderson Robotics, et deux des plus proches amis de Vincent Anderson. Les agents les posèrent avec précaution sur les deux chaises pliables.

"Bordel de merde…" dit Merlo en s'agenouillant à côté de Shaw. "État des lieux ?"

"Je ne peux pas sentir mes jambes," répondit Shaw. "Où est Dan ?"

"Il gagne du temps," répondit Merlo "Clarissa, je suis tellement désolé… Phineas nous avait promis plus de temps pour mettre en place le piège, et puis toi et ton équipe avez été pris dans le feu croisé…"

"Ce ne serait pas une mission des Ratés des Lois d’Asimov si tout se passait bien…" dit Shaw, souriant à travers la douleur.

Merlo fit un sourire triste et signala à un des agents d'approcher.

"Emmène-la à Sherman, maintenant ! Que le reste de l'équipe se retrouve au point de stand-by. Le piège est prêt. Carter connaît le plan de secours."

"Oui m'dame," répondit l'agent avant de doucement ramasser Shaw.

"Abats-le…" lança Shaw à Merlo alors qu'elle était emmenée.

Merlo acquiesça en réponse. Elle jeta un coup d’œil à Jason et Medea et leur fit une moitié de salut de la main alors qu'elle dégainait son pistolet.

"À très bientôt tout le monde."


Anderson se tenait dans un vestiaire, ses yeux à la recherche d'un homme très irritant en civil qui l'a canardé à travers la moitié de l'intérieur de l'école. Le dernier tir avait touché sa jambe, le laissant légèrement boiteux alors qu'il continuait ses recherches. Il n'y avait pas d'autres sorties apparentes. Cet agent, qui que ce soit, il l'avait piégé.

"Il n'y a plus nul part où s'enfuir." siffla Anderson. "Où sont-ils ?"

"Tu as regardé dans l'auditorium ?" lança la voix de Navarro depuis quelque part dans le labyrinthe de casiers.

"Tu penses que c'est un putain de jeu ?" cria Anderson, juste pour qu'un petit rire nerveux lui réponde.

"Ouais, un peu."

Anderson fouilla dans sa poche et en sortit plusieurs globes de gelée bleue néon. Il poussa un soupir frustré, puis commença à les jeter sur chacun des groupes de casiers. Le métal tomba rapidement en poussière de rouille, laissant l'autrefois caché Navarro exposé. L'agent regarda autour de lui, puis Anderson, et leva une main ensanglantée.

"Ouais bon, c'est juste de la triche.”

L'agent ferma immédiatement son poing, envoyant une colonne de flammes depuis le sol. Anderson plongea sur le côté pour éviter d'être carbonisé. Navarro tira une autre déflagration de son fusil, la cartouche frappant Anderson en plein dans le torse et l'envoyant voler en arrière dans le mur. Navarro courut vers la porte, pour s'écraser sur le sol quand ses pieds furent attachés. Un fil animé était enroulé autour de ses jambes et le traînait vers le cyborg couvert d'étincelles.

Navarro lacéra sa main à nouveau et roula alors qu'il libérait une déflagration enflammée. Le fil le tira sèchement vers l'avant, envoyant la colonne de feu dans le plafond. Anderson poussa un hurlement féroce et se jeta vers l'avant, le fil animé protubérant de sa paume s'aiguisant en une fine pointe tandis qu'il essayait de transpercer son adversaire. Navarro avait attrapé le fil. Anderson grogna et plaça son poids dans la frappe, le fil glissant lentement en coupant les paumes de Navarro en chemin. Du sang coula de celles-ci alors qu'il sentait la lame glisser lentement.

Soudain, Navarro lâcha avec sa main droite et attrapa Anderson par le revers. La lame plongea avec force dans son épaule gauche tandis qu'il poussait un cri de douleur, suivit par un sourire grimaçant.

"Je t'ai eu," dit-il à travers ses dents serrées. De sa main surgit une explosion de flammes qui engloutit complètement le cyborg. Anderson hurla de douleur alors que Navarro éloignait son adversaire d'un coup de pied et boita jusqu'à la porte, en attrapant son fusil en chemin.

L'agent ensanglanté ne perdit pas temps et retourna à l'auditorium, ouvrant les portes d'un coup d'épaule, pour boiter le long de l'allée. Jason et Medea le fixèrent avec des yeux impassibles tandis qu'il regardait autour de lui frénétiquement.

"Sasha ?" cria-t-il. "On y va !"

CRACK

Un éclair toucha Navarro dans le dos et le jeta en avant. Un morceau de gelée orange le frappa en plein vol, et l'encastra rapidement dans un cocon orange brillant. Alors qu'il gisait incapacité, des bruits de pas lents et traînants emplirent la salle, de même que l'odeur d'ozone, et de chair brûlée.

L'agent leva les yeux et vit Anderson. Des parties de son costume avaient brûlé, exposant de la chair calcinée et en-dessous l'hybride étrange de composants organiques et mécaniques. Son masque avait disparu, laissant son visage entièrement à découvert. À la place des yeux, il avait ce qui semblait être deux petits objectifs de caméra qui brillait d'une faible lumière verte. À la place du nez, un grillage triangulaire qui sifflait rapidement au passage de l'air.

"Je t'ai eu," déclara Anderson. Il lança le câble animé vers Navarro et le laissa se frayer un chemin. Navarro hurla de douleur en voyant son bras gauche se détacher du reste de son corps à partir de son coude. Le cyborg regarda sa proie impuissante crier à l'agonie, puis leva son câble pour la tuer.

Bang.

Un coup de feu retentit. Anderson recula légèrement à cause du choc, le projectile le touchant dans le torse. Il se tourna vers sa source. Merlo se tenait dans l'entrée de l'auditorium, le pistolet levé.

"Tue-le, et tu tues Jason et Medea. Nous avons relié un agent tueur entre ses signes vitaux, les miens et les leurs. N'importe lequel d'entre nous meurt, les autres aussi."

"Tu bluffes."

"Tu veux tenter le coup ?" Merlo leva son pistolet. "Vas-y. Sinon, tes amis sont juste là. Va les chercher."

"Donc juste comme ça, c'est fini ? Tu me prends pour un lapin de trois semaines ?"

"Tu as découpé le magicien de notre équipe, et détruit la colonne vertébrale de mon second. Je n'ai que ce 9mm. L'heure des pièges est passée depuis longtemps," déclara froidement Merlo. "Tu as gagné. Récupère ton putain de prix."

Anderson et Merlo se regardèrent dans les yeux pendant un moment, puis le cyborg commença à se diriger vers la scène.

"Si tu les as blessé… Je détruirais tout ce à quoi tu tiens, Sasha."

Anderson gardait un œil sur les agents en approchant la scène. Merlo libéra rapidement Navarro de sa prison orange et le regarda cautériser son moignon avec un petit jet de flammes.

"Enfoiré mécanique…" marmonna Navarro, tremblant violemment en étant aidé pour se relever, les deux agents regardant la coquille vide et usée qu'était Anderson monter sur la scène.

"Mes amis," appela Anderson. "Mes amis, je suis tellement désolé. J'ai juré de vous protéger, et j'ai échoué."

Jason et Medea regardaient leur employeur en silence. Leurs yeux étaient injectés de sang, et leurs visages affichaient l'épuisement de ceux vivant dans la terreur.

"Cela n'arrivera plus," continua Anderson. "Je vous promets ça. Avec chaque fibre de mon corps, je vous le promets. J'espère seulement que vous trouverez la bonté de me pardonner pour cela… pour toutes mes fautes. Après tout, l'erreur est humaine…"

Anderson fit un dernier pas, puis se tourna vers Merlo.

"Apporte-les moi," aboya-t-il. "Maintenant."

Merlo acquiesça, plaçant Navarro sur un siège au premier rang puis montant sur la scène. Anderson désigna les prisonniers d'un geste plein d'attente, ses yeux fixant Merlo qui s'était agenouillée et commençait à défaire les liens de Medea.

Pendant ce temps, Navarro remarqua le fusil à pompe reposant sur le sol près de la scène. Un sourire narquois apparut sur son visage.

"Attention !" cria Navarro, se jetant sur le fusil à pompe et tirant un dernier coup de feu alors qu'Anderson se retourna et lui lança un autre morceau de gelée orange.

Ils furent tous deux touchés en plein torse. Le premier s'écrasa dans une rangée de sièges. Le second resta sans bouger, son ossature assommée. Merlo courut en avant, plaquant le cyborg. Ils atterrirent en tas entre Jason et Medea.

La pièce devint silencieuse. Anderson se tenait là sans faire de bruit, enserrant de sa main la gorge de Merlo. Elle griffa son assaillant, mais c'était inutile, sa poigne était absolue. L'agent suffoquait alors que cette dernière se renforçait.

"Et nous nous entendions si bien," dit-il avec un soupir, avant de lancer l'agent à travers la scène comme un détritus. Merlo atterrit avec un ignoble bruit sourd, son visage frottant contre la surface lisse de la scène avant de s'arrêter pour de bon.

Deux glyphes rouges commencèrent à briller sous les chaises de Jason et Medea, tandis qu'une plus large apparut sous eux deux et Anderson, rayonnant avec une intense lumière blanche. Anderson sentit son corps entier devenir rigide et fut bloqué sur place, une grande force le pressant depuis toutes les directions. Jason et Medea s'effacèrent progressivement, disparaissant avec de légers sons, les glyphes en-dessous d'eux devenant froids, laissant leurs images consumées sur la scène.

Le cyborg reconnaissait ce genre de magie. Il l'avait déjà vu auparavant, de la part d'un vieil ami.

"Bien joué, Phineas," dit faiblement Anderson. "Bien joué."


L'agent Shaw regardait attentivement le moniteur en face d'elle. On pouvait voir dessus les restes de Vincent Anderson, immobiles sur une table d'examen sécurisée dans une cellule du Site-64. À un moment entre sa capture à l'Académie Tristan à Trois Portlands et son arrivée sur le site, il s'était éteint et était entré dans une forme de stase. Des signes vitaux étaient présents, et le corps physique réparait ses composants endommagés automatiquement, mais aucun de leurs équipements ne pouvait détecter d'activité cérébrale.

Shaw poussa un profond soupir, et fit rouler son fauteuil jusqu'à la cafetière au fond de la salle d'observation. Elle se versa une tasse puis redirigea son attention vers l'écran. Ils avaient enfin capturé la baleine blanche elle-même.

La porte de la chambre s'ouvrit. L'agent Merlo entra à l'intérieur. Shaw adressa un hochement de tête amical à sa supérieure.

"Un changement ?" demanda Merlo en examinant l'écran.

"Nope," répondit Shaw en buvant une gorgée de son café. "Ils se sont mis d'accord sur un plan ?"

"Ils l'envoient à 19 demain pour la conservation longue durée," soupira Merlo. "PdI haute priorité, confinement de sécurité maximale nécessaire, ordres O5, tout ce bordel."

"Au moins on l'a eu," intervint Shaw joyeusement. "Pour une fois, on a gagné."

"C'est vrai," dit Merlo avec un petit sourire. "On l'a enfin eu."

Les deux regardèrent le moniteur pendant un certain temps, observant le corps immobile à l'écran.

"Dan et moi prévoyons d'aller au Secret Crest ce soir," Merlo brisa le silence. "Je paye. Tu veux nous rejoindre ?"

Shaw sourit mais secoua sa tête.

"Je pense que je vais passer pour cette fois. Merci quand même."

"Clarissa, j'insiste."

"Ne te fais pas ça," répondit sèchement Shaw. "Tu ne me dois absolument rien. Ce n'était pas ta faute."

Shaw se fit rouler d'avant en arrière pour insister.

"Si tu as besoin d'expiation, cherche la auprès d'Holman, ou de Navarro. En ce qui me concerne, le seul responsable de cette situation est le monstre sur cet écran."

Des larmes étaient visibles dans les yeux de Shaw.

"Juste… promets-moi que je suis encore un Gardien."

Merlo ferma les yeux. Elle n'était pas sûr de ce qu'ils allaient faire de Shaw à ce stade. Il y avait des propositions pour en faire la coordinateur QG pour les agents sur le terrain, mais les forces d'intervention mobiles devaient être mobiles avant tout. C'était tout aussi possible que Clarissa Shaw soit obligée de partir à la retraite.

Merlo fit un bref hochement de tête, et câlina son amie.

"Ils devront me passer sur le corps."


Navarro et Merlo étaient assis au comptoir du Pub du Secret Crest, une micro-brasserie située dans le Quartier des Perles de Portland. Le propriétaire, étant un ancien Directeur du Site-64, avait fait de l'endroit un refuge pour les membres du personnel de la Fondation qui avaient fini leur service. Les deux agents étaient en habits de civils, le premier avec sa manche gauche repliée pour composer avec l'absence nouvelle de main.

"Shaw ne saisit peut-être pas l'occasion," commenta Navarro en sirotant son verre, "mais soit prête à me payer des coups pour toujours."

"C'est de bonne guerre," répondit Merlo, levant ses doigts pour demander une autre tournée. Elle s'arrêta pendant plusieurs instants avant de finir par ajouter. "Mais je suis désolé, Dan. Je le suis vraiment."

"Tu peux l'être," dit Navarro avec un sourire sournois. "C'était la main que j'utilisais pour faire un doigt d'honneur aux gens. Maintenant, je ne peux plus m'exprimer normalement. Tu m'as émotionnellement amputé."

Merlo fit un petit grognement et secoua la tête, prenant une grande gorgée de sa bière.

"Quel genre de munitions t'utilisais dans ce fusil à pompe, d'ailleurs ?" demanda Merlo. "Je ne l'avais jamais vu."

"Quelque chose que j'ai récupéré lors d'une mission au Japon. Complètement non-létal."

"Le grand Daniel Navarro ; même face à un cyborg tueur, tu ne peux te résigner à tuer quelqu'un." gloussa Merlo, suivie par Navarro. Après quelques instants, ils retournèrent à leur verre en silence.

"Donc, que se passe-t-il ensuite ?" demanda Navarro après avoir fini son second verre. "Vous avez eu le gros lot. Quelle est la suite pour Gamma-13 ?"

"Nous avons eu Anderson, oui," répondit Merlo avec un soupir. "Mais l'entreprise existe encore. Phineas en a probablement pris le contrôle désormais. Coupe une tête et tu en as deux qui repoussent à sa place."

"En effet," dit une voix chaleureuse provenant de derrière les deux agents. Ils pivotèrent sur leur tabouret et se retrouvèrent nez-à-nez avec une vieille femme transportant une boîte. Elle portait un tailleur bleu foncé, et ses cheveux gris étaient rassemblés dans un chignon. Elle leur fit un sourire doux et sympathique.

Navarro et Merlo se regardèrent dans les yeux pendant un instant, et se préparèrent à parler. Ils furent interrompus lorsque la vieille femme se présenta.

"Mon nom est Mme Sacre," dit-elle. "J'étais une amie de Phineas."

"Subtil," répondit Merlo. "Phineas vous envoie pour arranger un autre accord ?"

"Phineas est mort," dit doucement Mme Sacre. "Anderson l'a massacré dans son appartement peu avant que vous le capturiez, comme il l'a fait pour tous ceux qui ont placé leurs espoirs dans ce vieil imbécile. Je suis tout ce qui reste de la joyeuse bande de gars de Phineas."

Merlo marqua une pause.

"Donc qui a pris la tête de l'entreprise ?"

"Cela reste à voir," répondit Mme Sacre. Elle plaça ensuite la boîte sur le comptoir à côté de Navarro.

"Phineas aurait voulu que vous ayez ça pour vos problèmes. Je vais travailler sur quelque chose pour votre amie Mlle Shaw pendant ce temps. Nous resterons en contact."

Mme Sacre fit un hochement de tête sec puis s'en alla, quittant le pub aussi silencieusement qu'elle y était entrée et disparaissant dans la foule à l'extérieur. Merlo et Navarro regardaient la boîte, le second l'ouvrant avec précaution. À l'intérieur se trouvait une prothèse de bras noire, marquée du logo d'Anderson Robotics. Une carte était placée dessus, disant :

Merci pour l'achat de votre nouvelle prothèse de la Série GERFAUT.


Jason et Medea Contos étaient assis à la table de la salle du conseil au sein du QG d'Anderson Robotics. Aucun des deux ne pouvait se rappeler des dernières 72 heures ; ils s'étaient réveillés dans leur domicile respectif, battus et couverts de bleus. En arrivant au travail, ils apprirent que Vincent Anderson et Phineas avaient complètement disparu, ne laissant personne pour tenir la barre de l'entreprise. S'étaient joints à leur table le Dr Jeffery Wilson et Isaac Dillard. Le premier était un homme d'âge moyen à la peau sombre. Le second était un homme musclé en costume aux cheveux soigneusement peignés en arrière. Il laissait derrière lui une légère odeur d'après-rasage. Isaac s'éclaircit la gorge, puis s'adressa à ses collègues.

"Eh bien, les gars," commença-t-il, "on savait tous que ce jour allait probablement arriver. Maintenant, nous avons besoin de prendre une décision, et vite. La stabilité de l'entreprise en dépend."

Isaac laissa échapper un soupir triste.

"Nous devons remplacer Anderson."

Tous les yeux de la pièce se tournaient les uns vers les autres, passant d'un regard fixe à un autre, avant qu'ils finissent tous par se diriger vers le sol.

"Mon vote," continua Isaac, "s'oriente vers Medea pour prendre les rênes."

"M.. moi ?" bredouilla Medea. "Pour l'amour de Dieu, pourquoi ?"

"Tu es la personne la plus proche que nous avons qui correspond au talent brut de Vincent et Phineas," répondit Isaac. "Tu connais leur vision pour nos produits et clients aussi bien qu'eux. La route ne sera pas facile, mais nous serons là pour t'aider à chaque étape. Malheureusement, quelqu'un doit prendre la place, et je crains que cela soit ton tour."

Medea baissa nerveusement les yeux vers la table.

"Je… je ne saurais même pas par où commencer… Isaac, je ne peux pas être lancé à la dérive comme ça…" murmura Medea. "Je… je ne sais pas quoi faire…"

"Tu n'en as pas besoin," dit une voix dans l'entrée de la pièce.

Les quatre têtes autour de la table se tournèrent vers l'entrée de la salle du conseil. Se tenait là un homme bronzé dans une chemise bleue, avec une veste en argent et un pantalon assorti. Il avait de longs cheveux noirs rassemblés dans une queue de cheval et des yeux verts perçants. Un masque de comédie en argent était serré dans sa main gauche alors qu'il avançait vers la table. Bien qu'elle n'était plus métallique, les quatre membres du conseil reconnurent la voix.

"Vince ?" demanda Wilson. "Qu'est-ce… qu'est ce qui t'es arrivé ?"

"J'ai bien peur d'avoir été pris à parti par la Fondation," répondit Vincent avec un sourire joyeux. "J'ai utilisé une des technologies créées par Myra Rider. Tu te souviens d'elle, n'est-ce pas ? Une adorable et prometteuse membre de l'équipe R&D. Bref, pour le moment, j'opérerai à distance via Sacre-101 ici présent."

Anderson se montra par un geste.

"Pas mal, qu'en pensez-vous ?"

"Si ton corps physique est dans les mains de la Fondation…" demanda lentement Jason, "N'est-ce pas potentiellement un brèche de sécurité massive pour nous ?"

"Absolument," dit chaleureusement Anderson, "Ils me tiennent par les couilles. S'ils trafiquent mon corps je pourrais mourir, et je ne peux pas utiliser de la magie dans cette condition. Mais pour le moment, c'est la meilleure option que j'ai. Je vais juste revenir vers eux de temps en temps. Leur jeter un os."

La pièce plongea dans le silence. Les yeux des membres du conseil fixaient la table. Leur corps semblaient minuscules sous le poids du regard perçant d'Anderson et de son sourire monumental.

"J'ai aussi une surprise pour vous…" intervint Anderson en se tournant vers la porte de la salle du conseil. "Regardez qui est revenu ?"

Anderson ouvrit les portes en grand, et une unité Sacre sans peau entra, habillé entièrement en noir à l'exception d'une cravate rouge.

"Bonjour tout le monde," dit l’androïde avec la voix de Phineas, avant de faire un petit sourire. "Je m'excuse pour mon absence. Ça fait du bien d'être de retour."

Les membres du conseil regardaient le Sacre avec des yeux écarquillés. Des coups d’œil sur le côté se rencontraient, et un sentiment de terreur grimpa doucement autour de la table.

"Bref," dit Anderson avec un grand sourire en plaçant son masque de comédie sur son visage. "Phineas et moi avons beaucoup de travail à rattraper du mois dernier. Il faut maintenir la cadence. Il faut toujours que le prototype de la série Taita soit reconstruit. Prenez soin de vous."

Anderson et "Phineas" quittèrent la pièce, la porte se fermant derrière eux.

Pendant plusieurs minutes, la pièce resta silencieuse. Isaac organisa plusieurs feuilles devant lui, et rencontra le regard horrifié de chacun des autres membres de la pièce l'un après l'autre.

"Eh bien, les gars," dit-il doucement, "on savait tous que ce jour allait probablement arriver…"


Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License