La Cité Vrombissante d'Avalon
notation: +14+x
blank.png
flag

FICHIER DE RÉFÉRENCE INTERNE

ACCÈS RESTREINT AUX AUTORISATIONS R/SSS OU SUPÉRIEURES

GLOIRE À JALAKÅRA MAÎTRE DE L'IMPÉNÉTRABLE, HÔTE ET BIENFAITEUR DE L'HUMANITÉ, QUE JAMAIS NE SE DÉFILE L'INFINI TISSAGE

VOUS ÊTES OBSERVÉS • VOUS ÊTES PROTÉGÉS • VOUS ÊTES AIMÉS

Informations générales

Nom de la région : Cité-État d'Avalon

Gentilé : Avalois

Localisation : Corbénic, Mer de Chitine

Premier contact : 27 mars 768 apr. 2GR (expédition diplomatique rencontrée dans les bois de Vertefeuille par le 76ème Bataillon d'Exploration des CDH ☽☽)

Population : Moins de 6 millions

Espèce dominante : Sidhe

Langue dominante : Morganois, semble décliné du celtique

Capitale : N/A

Dirigeant(s) : Sororité des Neuf

Type de gouvernement : Matriarcat druidique

Religion dominante : Christianisme celtique

Principale divinité corbénicienne : Le Baron de bois

Monnaie : Arthur d'Or

Taux de change avec le lunari des Trois Lunes : Actuellement inconnu. Estimation évaluée à 1 ᚖ = 3 435,65 lunari


Grille d'évalutation des risques


Indice de technologie militaire : [SPÉCIAL] [Gates] [Ford] [Stephenson] [Ludd] [PRÉ-1700]

Indice de thaumaturgie militaire : [SPÉCIAL] [Prométhée] [Merlin] [Puck] [Hawthorne] [N/A]

Indice d'esclavage : [URGENCE] [Sisyphe] [Yokébed] [Locke] [DuBois] [IDÉAL]

Indice d'équité économique : [URGENCE] [Fourmilière] [Hobbes] [Kropotkine] [Éden] [IDÉAL]

Indice de torture : [URGENCE] [Dózsa] [Golgotha] [Brutus] [Robespierre] [IDÉAL]

Indice d'opinion ☽☽☽ : [EN GUERRE] [Anathème] [Froid] [Méfiant] [Courtois] [IDÉAL]

Indice de sectarisme : [URGENCE] [Amalek] [Verden] [Wallace] [Cyrus] [IDÉAL]


Rapport d'observation

DEPUIS LA PLANQUE N0STRA, RÉDIGÉ SUR PAPIER
LIAISON DE SURVEILLANCE POUR LA RÉGION-7303CE4 "CITÉ VROMBISSANTE D'AVALON"
GLOIRE À JALAKÅRA
ATTN: COLONEL GUSTAF FERRA
RAPPORT D'OBSERVATION MENSUEL

Fin du troisième mois d'infiltration. Malgré tous mes efforts, il me faut me rendre à l'évidence : Il sera impossible d'intégrer un quelconque organisme gouvernemental. Tout à Avalon est dirigé par la Sororité, et les habitants, humains comme sidhes, semblent avoir pleine confiance en elles.

La vie ici est… étonnamment paisible. Les membres du comité urbain usent d'un artifice magique pour remplacer le ciel verdâtre de Corbénic par un dôme luisant répliquant le cycle jour-nuit. Je n'avais jamais réalisé à quel point les étoiles me manquaient. J'officie toujours au sein de la garde, mais nous nous contentons simplement de patrouiller en planeur autour des murailles pour signaler les montées inhabituelles de la mer de Chitine. Les Grandes-Pattes ne représentent pas une menace dans cette région reculée et les litiges entre habitants sont réglés par médiation. La force de frappe avaloise a beau être redoutable, je ne crois pas qu'elle ait jamais été destinée à être utilisée. Les chevaliers n'existent probablement qu'en tant que mesure dissuasive à l'égard des autres colonies de Corbénic, et notamment l'Initiative.

La raison exacte de leur mépris envers nous reste floue à mes yeux. Il m'est difficile d'obtenir des informations sur le sujet sans mettre en danger ma couverture, mais les quelques sources que j'ai pu trouver semblent indiquer qu'au delà de nos nombreux désaccords idéologiques, à la racine du conflit se trouve notre vénération de JALAKÅRA — louée soit Son œuvre.

Avalon se veut vraisemblablement laïc. Aucun dogme religieux ne semble imposé aux habitants, mais de part ses origines, le christianisme celtique est prévalent chez la grande majorité des habitants. Certains locaux, principalement des sidhes, semblent également vouer un culte à l'entité du Bois de Vertefeuille nommée "Le Baron des Bois", le considérant comme un avatar de l'esprit de la nature au sein de Corbénic.

Nous aurions probablement beaucoup à gagner d'une alliance avec Avalon. Leurs thaumaturges ont développé une méthode pour donner vie à la matière inerte. Les immenses tours de chrome au centre de la cité continuent à grandir d'elles-mêmes, tel des arbres. Les aéronefs ne sont pas pilotés, mais dressés et dirigés par leur cavalier. La ville toute entière s'étend peu à peu sur la mer de chitine comme un organisme indépendant, obéissant à la volonté de Dame Morgane.

Ma recommandation serait donc de rouvrir la discussion entre Avalon et l'Initiative. Une cohabitation pacifique est tout à fait envisageable. Le plus important serait de mettre en lumière la raison de leur dédain envers le Maître de l'Impénétrable. Une rencontre au sommet pourrait peut-être nous éviter une guerre infertile.

Gloire à JALAKÅRA,
Capt. Amanda Palmers, 78ème Bataillon de Reconnaissance CDH ☽☽☽

Markus reposa le dossier sur le bureau de son supérieur.

"Et donc ?"

L'échange avait été minimal depuis que le mage était entré dans la pièce. Salutations, courtoisies de circonstances, dossier tendu et attente dans le silence.

Le colonel Ferra était un homme peu loquace. Peu de mots, c'était sa procédure habituelle. Mais Markus Weiss travaillait sous ses ordres depuis plus de deux-cents ans. Iel savait différencier le silence de routine du silence préoccupé.

"Je sais que nos relations avec eux sont tendues, mais on arrive à maintenir le rythme de la course à l'armement non ? Ces matriarches sont butées mais pas folles. Tant que chacun reste dans son coin, il n'y a pas de raison que la situation évolue.

- Le problème, c'est qu'elle a déjà évolué, lâcha finalement Ferra, le rapport que vous venez de lire date d'il y a sept mois. C'est la dernière communication que nous avons reçue du capitaine Palmers, et c'était notre seule agente sur place. Avalon est rentrée en confinement total il y a six mois : plus personne ne rentre et plus personne ne sort."

Il laissa au — relativement parlant — jeune agent le temps de digérer l'information avant de reprendre.

"La technologie d'Avalon rivalise largement avec la nôtre et nous empêche de recourir à des moyens subtils de récupération. Téléportation via trou de ver, déploiement des Escouades Transparentes ou drone passe-muraille… Ils ont des contre-mesures à toutes nos solutions technologiques.

- Donc vous voulez vous tourner vers une solution thaumaturgique."

Le colonel acquiesça.

"Ils ont des sorciers, des druides et toutes sortes de manipulateurs de réalité mineurs, mais ils ne peuvent pas se défendre face à toutes nos méthodes, et il y en a une qui nous garantirait que vous puissiez revenir."

Un frémissement imperceptible remonta jusqu'à la nuque de Markus. Iel connaissait en effet un moyen, mais personne d'autre que lui n'était censé disposer de ce savoir. Ferra ne le quittait pas des yeux, guettant une réaction. De toute évidence, ils pensaient à la même chose.

Le silence s'installa de nouveaux entre les deux individus, mais cette fois-ci, le colonel fut celui qui le brisa.

"Plus de cent-millions d'années d'Histoires alternatives. C'est ce que le service des archives doit traiter pour nous maintenir au courant. Nous surveillons au quotidien plusieurs milliers de Terres différentes, chacune avec des petites exceptions. Il est incroyablement difficile de trouver toutes les informations que nous cherchons, même avec nos moyens. Mais l'Initiative des Trois Lunes regroupe les ressources documentées de trois versions des plus puissants organismes paranormaux de l'Histoire terrestre. Vous deviez vous douter qu'on finirait par trouver ces documents un jour ou l'autre."

Joignant le geste à la parole, il posa sur le bureau un vieil ouvrage poussiéreux, sorti de son tiroir à dossiers. Il était évident qu'il avait préparé son effet, mais cela fit mouche. Markus le reconnut immédiatement, bien entendu. Le Tome des Sorts Interdis. L'unique exemplaire. Il n'était pas nécessaire que le mage le lise, iel connaissait déjà bien son contenu puisqu'iel l'avait lui-même rédigé, il y a de ça quelques centaines d'années.

Iel savait aussi pourquoi le colonel Ferra l'avait trouvé si intéressant. De toutes les formules décrites dans cet ouvrage, il en existait une seule qui lui permettrait d'entrer et de sortir d'Avalon.

"Le Creuset d'Âmes. Vous voulez que je me serve du Creuset d'Âmes.

- L'Académie des Mages a développé des sortilèges dévastateurs au fil des siècles, mais jamais rien d'aussi pervers que celui-ci, n'est ce pas ?

- Ce sort est conçu pour la sauvegarde du magicien en situation d'urgence. Nous sommes en Corbénic, l'âme et le corps ne font plus qu'un ici. Les conséquences que pourrait avoir l'utilisation d'un tel sort sont inimaginables !

- Et bien si des conséquences malheureuses devaient vous frapper, elles seraient considérées comme votre sentence," répondit Ferra, sortant un nouveau dossier de son tiroir.

Signé par l'intégralité des membres de la Cabale Centrale, par le Président Éternel ainsi que par JALAKÅRA lui-même, ce document marquait sa fin.

L'ancien membre de l'Académie réalisa trop tard que le piège venait de se refermer sur lui. Iel s'était cru protégé par la lenteur administrative des Trois Lunes, mais si les archivistes du Consortium des Vies Terrestres avaient découvert sa véritable identité, il ne lui restait plus aucune issue.

En absence de réponse, le colonel reprit :

"L'Initiative n'est pas une organisation où vous pouvez garder ce genre de secret. Dissimuler sa véritable identité pour s'absoudre de ses crimes passés est une offense majeure, Archimage."

Markus Weiss — ou plutôt, l'Archimage Von Brüner — considéra ses options. Il aurait été très simple de transformer le colonel Ferra en limace de mer. Iel aurait même pu effacer son existence de la mémoire de tous ceux qui l'ont connu avec une dizaine de minutes. Mais ce genre de sortilège, surtout utilisé de façon précipitée, laisse toujours des traces, et l'Initiative finirait inéluctablement par remonter jusqu'à lui. Et même si iel parvenait à tromper la Cabale Centrale, iel ne pourrait jamais affecter la mémoire de JALAKÅRA.

Von Brüner avait vécu de nombreuses vies. Ayant développé le Creuset, iel s'attendait à en vivre encore beaucoup d'autres. Ce sort lui avait permis de prolonger son existence sans recourir aux pratiques nécromantiques bannies par l'Académie. Iel avait toujours pris soin de ne s'en servir qu'en dernier recours, justement en raison du coût qu'iel appréhendait de devoir payer si, malgré ses efforts, la mort venait un jour réclamer son dû. C'était un individu pragmatique et iel savait bien qu'il était impossible de repousser l'inévitable et qu'un jour ou l'autre, lui aussi passerait le seuil.

Iel ne s'était certainement pas attendu à ce que la Terre toute entière vienne avec lui. Lorsqu'iel avait ouvert les yeux après l'apocalypse, ça n'était ni l'enfer, ni le paradis, ni même les limbes qui l'attendaient, mais un monde sans étoiles peuplé de défunts devenus immortels et de primates géants.

Sa Terre était devenue une troisième lune dans le ciel de Corbénic, et de la Troisième Guerre des Récoltes qui s'ensuivit, l'Initiative des Trois Lunes se releva victorieuse.

Corbénic était très différente de tous les aux-delà théorisés par les philosophes du Magistère. Les lois qui la régissaient étaient absurdes.

La vision de la justice de l'Initiative l'était encore plus.

Malheureusement, en raison du soutien du Dieu Araignée, l'Initiative des Trois Lunes était plus puissante que nul autre en ces terres. Devenir leur ennemi serait insensé.

"Même si ça venait à marcher, il me faudrait un corps d'ancrage au sein d'Avalon. Ça ne peut pas être n'importe qui, j'ai besoin d'un profil physique complet. Et il m'en faudrait un autre ici pour revenir. Après la création du Rubis d'Éternité, il a été nécessaire de créer des restrictions au sortilège, afin de ne plus dupliquer la conscience. Le corps de départ est invariablement consommé.

- Je sais. J'ai déjà lu vos erratas."

Ferra posa une nouvelle feuille sur le bureau. Le dossier médical complet de Jeff Bezos.

"On a déjà sept versions de lui dans les Oubliettes Caustiques. C'est une perte acceptable."

L'Archimage ravala un frisson de dégoût.

"Et pour Avalon ?"

Dernière feuille sur le bureau. Encore un dossier médical.

"Mes félicitations pour votre promotion, capitaine Palmers."

séparateur1.png

Le capitaine Palmers était attachée. Enchaînée, pour être plus exact, à un fauteuil au centre d'une salle circulaire dont les murs de métal étaient gravés de runes lumineuses. Au-dessus de sa tête, quatre ouvertures laissaient entrer la lumière du jour, lui permettant de profiter de la vision du ciel, même pendant son emprisonnement.

En terme de prison, la militaire avait certainement connu plus désagréable.

Le problème, c'est que cela faisait maintenant six mois et deux jours qu'elle était enfermée dans cette salle.

Les prisons corbéniciennes ne demandaient pas beaucoup d'effort de la part des geôliers. Les détenus étant immortels, il n'y avait qu'à les enfermer dans une boîte et attendre. Le confort de la boîte ne dépendait que de l'intérêt du gouvernement pour la santé mentale de sa population carcérale.

Six mois passés à regarder les nuages passer sans la moindre distraction avaient rendu Amanda Palmers désagréable.

Les runes gravées dans les murs étouffaient tous les bruits qu'elle produisait, il lui était donc impossible de se défouler en hurlant des insanités à l'égard de ses ravisseurs. Elle n'avait eu qu'une seule visite, lorsque Dame Mazœ était venue placer un parchemin sur son front. Amanda avait tenté de l'en déloger, mais ses mouvements restreints l'empêchaient de faire quoi que ça soit d'autre que changer la position de sa tête.

Soudainement, la lumière dans la pièce diminua légèrement. C'était presque imperceptible, mais Amanda s'était tant habituée à la monotonie de son environnement que chaque changement lui sautait aux yeux. Elle mit un instant cependant à comprendre ce qui venait de se passer. Les runes aux murs s'étaient éteintes.

"…du coup ?"

Entendre le son de sa propre voix lui coupa le souffle pendant quelques secondes, suites auxquelles elle lâcha un hurlement victorieux. Elle faillit ne pas remarquer les pas dans le couloir derrière la porte.

Cette dernière s'ouvrit pour faire entrer la femme qui l'avait enfermée ici, Mazœ. Suivie de ses sœurs. Moronœ. Tyronœ. Morgane… Une à une, les maîtresses d'Avalon entrèrent dans sa cellule.

Amanda Palmers faisait face à la Sororité des Neuf.

Elle ouvrit la bouche, prête à décocher une des furieuses répliques sur lesquelles elle travaillait depuis des mois.

Mais elle n'en eut jamais l'occasion.

Brusquement, sans un son, Amanda Palmers cessa d'exister.

Le capitaine resta la tête fixée vers le sol durant quelques secondes, le temps de s'accoutumer au déluge de sensations qui envahissait son être. Ignorant la douleur sourde qui résonnait dans son crâne, iel leva enfin les yeux pour prendre pleine mesure de son environnement.

"Bienvenue, baron Von Brüner, à la Cité Vrombissante d'Avalon."

séparateur2.png

C'est une chose de réaliser qu'on a été piégé.

C'en est une autre de découvrir que les personnes qui nous ont piégé l'ont fait pour requérir notre aide.

Von Brüner traversait la cité aux côtés de la sororité. Iel n'était pas prisonnier. Au contraire, sa position était celle d'un invité d'honneur. Sitôt avait-il pris le contrôle du corps du capitaine Palmers, Glitonea — la sœur chargée de l'entraînement des chevaliers — l'avait détaché. Mazœ — la responsable des conflits — s'était penchée pour ramasser un petit parchemin inscrit d'une rune brillante qui était tombé de son front. La situation échappait complètement à l'archimage, mais iel ne se sentait pas en danger.

L'aînée des sœurs, Morgane, s'approcha de lui.

"Je suis sûr que vous avez beaucoup de questions, mais je crains que le temps ne presse. Je vais essayer d'être concise : où pensez-vous que nous sommes ?

- Dans les prisons d'Avalon ?

- Je parle de Corbénic. Pensez-vous réellement que cet endroit est l'au-delà ?

- Eh bien, je… Je ne suis pas sûr que le doute me soit réellement permis. Je suis mort et je suis arrivé ici. Ce n'est certainement pas ce que j'imaginais, mais en près de deux-cents ans passés ici, je pense pouvoir affirmer que je suis probablement bien mort.

- Savez-vous combien de personnes habitent en Corbénic ? reprit Morgane.

- Je l'ignore. Probablement plusieurs milliers de milliards ? Tous les êtres humains ayant vécu sur plusieurs milliers d'itérations différentes de la Terre. Impossible de dire exactement combien de gens cela représente.

- C'est juste. Et pourtant, ce plan ne comporte que cent-milliards d'âmes."

Von Brüner considéra la révélation durant un instant.

"Si c'est vrai, quelle serait votre explication ?

- Tout simplement que Corbénic n'est pas un plan post-mortem. C'est une toile tissée dont nous sommes les insectes. Et l'Initiative des Trois Lunes agit comme une lumière menant les papillons droits dans le piège. Depuis la Première Guerre des Récoltes, la quantité de nouveaux arrivants en ces terres est en constante hausse. C'est parce que le plan s'aligne avec les réalités que vous lui désignez. En cherchant des Terres à observer, vous les offrez en pâture à Jalakåra.

- Vous avez des preuves de ce que vous avancez ?

- Les esprits. Notre peuple a toujours été capable de communiquer avec eux. Chez les sidhes, la mort n'est qu'une extension de la vie. Quelle que soit la forme de l'au-delà, il devrait être possible de contacter un sidhe défunt. C'est pourtant impossible ici, dans les deux sens. Cet endroit n'est qu'un piège posé par votre faux dieu. Il est trop tard pour nous, mais avec votre aide, nous pourrons faire en sorte que cela s'arrête ici."

Ils s'étaient arrêtés de marcher et avaient atteint l'immense tour centrale. L'éclat de la lune illusoire rayonnait sur ses courbes chromées.

"La Tour Caliburn, le cœur de notre cité. Vous n'êtes pas ici par hasard, Archimage. Tyronœ a pu prédire votre venue dans ses transes. Nous avions besoin d'un thaumaturge de votre calibre pour apposer le dernier sceau."

Morgane s'avança dans la pièce et désigna une lame plantée dans le sol, au centre d'un pentacle des plus complexe.

"Cette lame, une fois armée, sera capable de trancher les fils de la toile. Corbénic sera renvoyée au fin fond du multivers et ne pourra plus intercepter les âmes. Nous resterons prisonniers ici, mais au moins sauverons-nous les Terres surveillées par l'Initiative de ce fléau."

Avant que Von Brüner ne puisse faire un choix, Morgan se désagrégea sous ses yeux, en une avalanche de petites araignées noires.

"C'était… donc… ici. C'est tout… ce que… je voulais savoir… Vous… avez… accompli votre… rôle."

Les maîtresses de la Cité Vrombissante s'évanouissaient en petites pluies d'araignées les unes après les autres, sans un son, une terreur profonde marquant leur visage.

"C'est impossible… Mes visions, je ne…"

Un rire rauque et lent retentit d'entre les murs.

"Qui… crois-tu… t'avoir donné… ces visions, petite… sotte ?"

Et à son tour, Tyronœ disparut en une gerbe d'arachnides.

Il n'en fallait pas plus à Von Brüner pour comprendre l'ampleur de la trahison. Les avalois avaient raison, mais ils ignoraient à quel point.

Alors que son corps se dissolvait en une nouvelle nuée d'araignées, la dernière pensée de l'archimage fut des plus positives.

Au moins, iel n'aurait jamais à utiliser le corps de Jeff Bezos.

séparateur1.png

Mises à jour nécessaires pour le dossier de surveillance de la région-7303CE4 "Cité Vrombissante d'Avalon"


À la date du 5 Juillet 3041 apr. 3GR, la Cité-État d'Avalon a été intégralement éradiquée. Ne reste plus sur l'île que les ruines de la civilisation avaloise. Il est prévu que ces dernières sombrent dans la mer de Chitine d'ici cinq ans.

Aucune mesure n'est à prévoir.

La cause de l'incident semble être l'échec d'une manipulation thaumaturgique à but militaire. L'unique perte pour l'Initiative est le Capitaine Amanda Palmers, présente sur place pour une mission d'infiltration.

Un Croissant de Lune d'Honneur lui a été remis à titre posthume.

La Cabale Centrale a déclaré l'incident clos.



GLOIRE À JALAKÅRA MAÎTRE DE L'IMPÉNÉTRABLE, HÔTE ET BIENFAITEUR DE L'HUMANITÉ, QUE JAMAIS NE SE DÉFILE L'INFINI TISSAGE

VOUS ÊTES OBSERVÉS • VOUS ÊTES PROTÉGÉS • VOUS ÊTES AIMÉS
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License