Une Vieille Connaissance
notation: 0+x

Équipe 3 : Benji, Kaze et Lylah

Kaze

Jour 30 après la chute d'Aleph

Si quelqu'un m'avait dit avant ça que Benji pouvait hurler comme un castrat de 8 ans à qui on avait remplacé les cordes vocales par celles d'un hamster hypertrophié, je l'aurais sans doute traité de fou. Le truc, c'est que c'est exactement ce qui est en train de se passer sous mes yeux. Lylah me rejoint en courant pendant que je jette un coup d’œil à l'ordinateur que consultait l'androïde.

"- Putain mais qu'est-ce que c'est que ça ?! me hurle-t-elle comme si c'était ma faute.

- J'y crois pas, il a attrapé 732 !"

J'en ris tellement que je m'effondre sur le clavier. Lylah m'attrape par le col et me fout une gifle monumentale.

"- Ça te fait rire putain ?! Bordel Kaze t'es vraim-

- Oh, du calme ! A quoi ça sert d'être un génie de l'informatique si je ne peux même pas retirer un virus ?

- Attends… Tu sais enlever ce truc ?"

Je lance un regard à Benji en train de faire le poirier en imitant le cri de l'âne.

" - Oui… Ça risque d'être un peu long, mais oui je peux l'enlever. Il me faut juste un câble USB et un PC qui ne soit pas infecté."

Je me dirige vers le plus proche de moi et m'assois.

" - Et qu'est-ce qu'on fait pour Benji ?

- Ah, j'oubliais ! Unité BN-J1, bonne nuit les petits.

- Qu'est-ce qu-"

Benji s'écroule au sol, coupant Lylah dans sa question. Il ferme les yeux et se met à ronfler. Je saisis un cable USB, soulève un morceau de peau à l'arrière de sa nuque et l'y branche, avant de le relier à l'ordinateur.

" - Mais qu-

- Cela fait beaucoup de questions ma chère. Je vais te la faire simple."

Je lui explique tout en travaillant.

"- Depuis que je bosse à la Fonda', quand je m'ennuie, je pirate ses serveurs. Et, bien entendu, il m'arrive de lire les dossiers personnels de mes collègues. En faisant ça, je t'assure qu'on apprend pas mal de choses croustillantes, hé hé. Hum, bref, j'ai tout d'abord découvert que Benji est un androïde. En plus de ça, son inventeur a eu la géniale idée de lui implanter un système de reconnaissance vocale. Les fichiers correspondants contenaient déjà les voix des O5 et divers hauts gradés, j'y ai juste ajoutée la mienne. Comme ça, si je prononce les bonnes paroles, il m'obéit sans même s'en rendre compte.

- Sérieusement..?

- Et bien, oui. Et pour les ronflements, c'est du fake. Ainsi que sa peau, ses cheveux, et tout ce qui lui donne un air humain."

Je remonte mes lunettes, tachant de rester concentré sur ce que je fais.

"- Kaze ?

- Oui ?

- Je sais que j'ai tendance à être assez dure, et que je suis parfois un peu trop agressive… Donc, désolée.. Voilà.

- Oh, pas de soucis, je te comprends. Je suis sans doute pas facile non plus. J'ai jamais été doué avec les formes de vie organiques. Ah, voilà ! Hop, et hop. Encore ça. Voiiiiiiiiilà… On y est ! A plus 732 ! Fuck you and see you again !"

Je débranche le câble USB, me lève de ma chaise et me penche vers mon robot préféré.

"- Et tu appelles ça un peu long ?

- Attends tu rigoles ? T'as vu le temps que j'y ai mit ? J'ai galéré !

- Ce mec est pas sérieux… C'est un SCP, et toi tu le supprime en claquant des doigts !

- De une, je l'ai pas supprimé. Il est impossible à détruire. Et de deux, je te signale que j'ai pas mal d'expérience au niveau SCP virus informatique… J'ai juste utilisé la bonne vieille méthode. Je l'ai attiré avec un appât puis je l'ai confiné dans un fichier où il restera bloqué. Du moins, ça lui prendra un peu de temps pour en sortir. Pile le temps qu'il faut pour débrancher ce cher Benji pour qu'il soit hors d'atteinte.

Je ramène mon attention sur la machine. Je débranche le câble USB avant de le réveiller.

"- Unité BN-J1. Bouge ton cul, Inception c'est pour les faibles."

Lylah me lance le regard le plus dédaigneux que j'ai jamais vu.

"- Bon, j'admets, j'ai aussi modifié les commandes vocales."

Je lâche un rire, interrompu par un énorme coup de poing dans les dents qui envoie mes lunettes valdinguer. Pas Lylah, Benji cette fois. Réflexe de survie, j'imagine. Il se redresse en regardant en tous sens et en position de combat, pendant que je m'éloigne, les mains sur la mâchoire.

"- Mais vous allez arrêtez de me frapper tout le temps !?

- Désolé, dit-il en se détendant. C'était pas volontaire. Qu'est-ce qu'il m'est arrivé ?

- Tu as chopé 732, et Kaze t'a réparé, lui explique Lylah.

- Quoi ? Réparé ? Kaze t'es au courant pour..?

- Kaze s'amuse a fouiller dans les dossiers personnels, dont le tien.

- Pardon ?! hurle-t-il. Comment tu as pu oser faire ça ?

- C'est juste un dossier, inutile de t'énerver comme ça.

- Bordel Kaze c'est ma vie ! Ma vie que t'es allé fouiller, ça te regardait pas putain !"

Lylah lui pose une main sur l'épaule.

"- Benji, je sais que ce qu'il a fait n'est pas pardonnable, mais ça lui a permit de te sauver la vie."

J'arrive pas à le croire… Lylah qui prend ma défense !

"- Ouais…je…merci."

Le talkie-walkie de Benji se met à émettre des bips sonores. Il l'empoigne et s'éloigne de quelques pas. Quant à moi, je retourne sur l'ordinateur pour localiser l'artefact. Lylah se penche pour regarder l'écran par dessus mon épaule.

"- Toutes ces lignes de chiffres… J'y comprends que dalle.

- Bof, passe quelques années à coder constamment et tu les liras aussi facilement que ta langue natale. Ah ! Et bien, il était vraiment pas bien caché… D'après ce que je lis là, il y a un coffre-fort camouflé derrière le mur à notre gauche, et l'artefact placé à l'intérieur. Faut juste que je l'ouvre… Deux secondes…

- Les enflures..!

- Un problème Benji ?

- C'était Grym, ils ont récupéré leur morceau d’artefact. Et devinez quoi, ils ont fait péter le Louvre !"

Lylah ouvre des yeux ronds. Moi, je me contente de sourire en coin, en rajoutant quelques lignes de code.

"- Quelle bande d'amateurs.

- Kaze, je ne me rappelle pas t'avoir déjà vu faire exploser quoi que ce soit. Même pas du pop-corn dans un micro-onde.

- Faut dire aussi Benji, que tu ne m'as jamais vu tout court.

- Ça change rien à ce que j'ai dit.

- Certes.

- Par contre, tu pisses le sang. Tu devrait peut-être aller nettoyer tout ça…

- C'est ta faute aussi. Tu me dois un sandwich au poulet pour mes pauvres lèvres."

Benji rit.

"- Ouais, disons qu'on est quitte!"

Je me lève et me dirige vers la porte qui conduit aux toilettes, quand Lylah commence à se foutre de ma gueule.

"- Vu d'ici, tu ressembles juste à une tache de sang qui se ballade dans les airs.

- Ha ha, très drôle ouai, lui dis-je d'un ton cassant. D'ailleurs faut que je retrouve mes lunettes.

- Hé mais… Si on te voit pas… Ça veut dire que t'es à poil ?!

- Quoi ? Mais bien sûr que non !

- Nous prend pas pour des cons, tout le monde sait que t'aime te balader à poil quad t'as l'occasion !

- Mais c'est n'importe quoi putain ! Quand il m'est arrivé… Le truc… Les habits que je portais ont obtenu la même particularité que moi, ils sont devenus invisibles. Et comme je les porte souvent, y'a des petits rigolos qui se sont amusés à dire que je me balade à poil.

- Alors ces rumeurs… Ce sont juste des rumeurs hein ?"

Je lève les yeux au ciel.

"- Enfin bref. Pour le coffre-fort, j'ai déjà tapé les lignes de code, donc appuyez juste sur Entrée et ça l'ouvre. Je vous rejoins dans deux minutes."

Je pousse la porte et m'engage dans le couloir. Les murs et le sol sont entièrement blancs. Le silence oppressant est juste troublé par le bruit de mes pas et ma respiration. Ça caille ici… Et qui a eu l'idée de faire un couloir aussi long ? Au bout d'une vingtaine de mètres, il tourne en angle droit pour déboucher sur une salle d'eau. Je m'approche d'un des lavabos et me rince le visage abondamment. Le contact de l'eau glacée me fait frissonner. Je regarde les dernières gouttes de sang se faire aspirer par le lavabo, avant de saisir une serviette et de me sécher les mains et le visage. Je me regarde dans la glace. Me voilà totalement invisible maintenant. Combien de temps cela fait que je n'ai pas vu mon visage ? Je ne sais plus… Sans doute beaucoup trop longtemps… À vrai dire, je ne me souviens même plus à quoi je ressemble. Je fais demi-tour et retourne dans le couloir, avant de stopper net. Qu'est-ce que c'est que ça ? Une sorte de tache de moisissure d'une vingtaine de centimètres de diamètre apparaît sur le sol à quelques mètres de moi, et elle s'étend… Oh, non… C'est pas possible… La tâche augmente petit à petit pour prendre toute la largeur du couloir. Je suis figé sur place. Je sens des gouttes de sueur me parcourir la colonne vertébrale, tandis que j'observe, impuissant. Et d'un coup, Il est là. D'abord, c'est le haut de son crâne qui apparaît. Puis suivent les yeux, et les dents. Tout son corps s'extirpe doucement hors du sol. Cette vue me terrifie. Il est entièrement recouvert de pus et de quelque chose que je ne cherche même pas à identifier. Et l'odeur. Vous avez beau connaitre le rapport par cœur, rien ne vous prépare à cette odeur. Un relent de putréfaction immonde qui vous saisit la gorge et vous étrangle, vous forçant à suffoquer pour trouver de l'air. Il tourne la tête vers moi et j'ai l'impression qu'il me voit. Son regard me traverse le corps et me transperce l'âme. Ses yeux sont emplis de haine et de sadisme. Il sourit. Ses crocs immondes se dévoilent, ne reflétant que le sourire d'un être malsain ayant pour seul but la chasse. Je ne peux plus bouger. Je suis terrifié. Mon cœur bat si fort que j'ai l'impression qu'il est sur le point de m'arracher les côtes pour s'enfuir. Fuir. Mes jambes sont tétanisés. Tout mon corps est devenu un fardeau. Et d'un coup, il se tourne et traverse le mur, me laissant seul avec les preuves de sa présence, comme pour me rappeler qu'il était bel et bien là. Je reste là une minute, hagard, brisé. Je n'arrive même plus à réfléchir correctement. Allez Kaze, reprends toi ! Va prévenir les autres. Je me relève et rejoins la salle en courant. Lylah et Benji se tournent vers moi.

"- Il faut qu'on parte d'ici !

- Qu'est-ce qu'il se passe Kaze ?

- J'ai vu 106 !

- Quoi ?!

- J'ai vu 106 putain !

- T'es vraiment sûr de toi ?

- Il était aussi près de moi que vous l'êtes en ce moment !"

Je tente de me calmer, reprenant une respiration normale.

"- En attendant on a un problème, l’artefact est pas là, déclare Lylah.

- Hein ?

- Les chercheurs qui travaillaient ici se sont enfuis par un portail dimensionnel et l'ont embarqué avec eux. Ils avaient laissé une note dans le coffre où ils indiquent que le portail conduit à Moscou.

- Ah bah… Ça devrait nous simplifier la tache normalement.

- Je sais pas. En tout cas faut qu'on les retrouve."

Benji poursuit.

"- J'ai trouvé où se situe le portail, et je sais comment l'activer.

- On se croirait dans Star Trek… Bon, active le, le temps que je retrouve mes lunettes, dis-je en consultant ma montre. Ah, et on doit partir avant cinq minutes.

- Pourquoi donc ?"

- Tout à l'heure, quand tu m'as dit que l'équipe 1 a explosé le Louvres, j'ai pas pu m'empêcher de déclencher le compte à rebours de ogive du Site. Donc nous on va exploser la Maison Blanche !

Je remets mes lunettes et leur fais un grand sourire, tandis qu'eux, par contre, me regardent avec des envies de meurtre.

"- Oh ça va, un peu d'humour ! J'ai juste envie de voir leur tête quand on va leur dire. Ça va leur clouer le bec !

- Et tu penses pas que tu aurait pu nous le dire plus tôt ? me demande Lylah en levant le poing.

- Mais t'inquiète, je gè-"

Un vrouf sonore me coupe, tandis qu'un portail s'ouvre dans le mur le plus proche. On aperçoit des trombes de neige de l'autre côté, et un sacré brouillard.

"- Désolé de vous interrompre vous deux, mais si l'ogive va bientôt exploser et qu'en plus 106 traine dans les parages, on ferait mieux de se grouiller. Vous reglerez ça plus tard. En plus, le portail ne reste ouvert qu'une minute, alors allez-y, maintenant !

- Activez la téléportation Monsieur Spok !

- Kaze t'es lourd…"

Lylah traverse le portail la première, suivie de Benji. Je jette un dernier regard à la pièce, et le franchis à mon tour.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License