Tempête de sable
notation: +10+x

« Embuscade | Tempête de sable | Hier et Aujourd'hui »

Équipe 1 : Frog, Grym, Neremsa et Deous

Neremsa

Jour 70 après la chute d'Aleph

L'alerte. Ce putain de miaulement aigu qui signifiait que l'hélico allait se crasher. C'est la troisième fois dans ma vie que je l'entendais. Le signal était assez aigu pour qu'on ne puisse pas l'ignorer dans le feu de l'action. Par pur réflexe Georgi et moi avons agrippé les commandes pour tenter de redresser l'appareil. C'est seulement après le crash sur le toit d'une bâtisse en lui-même qu'on s'est rendu compte que l'hélico avait été pulvérisé.

Pas de temps à perdre, situation d'urgence, zone de guerre. Il a suffi d'un seul regard échangé avec ce bon vieux « Frag' » pour qu'on agisse chacun de notre côté, à l'ancienne. Stoïque, sans même prendre le temps de défaire le harnais qui le retenait à son siège, il a saisi la radio et, ayant constaté qu'elle fonctionnait, a débité un message en russe à toute vitesse. Procédure standard, demande de renforts. Moi, pendant ce temps, je me suis extrait de mon siège et j'ai vérifié comment allaient Frog et Nämu. Si le premier s'en était étonnamment bien sorti, le second avait une sale blessure au bras.

Rapide réflexion. Le réservoir était situé sur l'autre moitié de l'hélico, donc on était relativement à l'abri… Sauf que ça puait quand même le kérosène à plein nez. J'ouvris le harnais de Nämu et j'ordonnai à Frog de le sortir de là. Pendant ce temps, j'inspectai ce qu'on pouvait récupérer. Oh putain, mon flingue. Mon sniper sauce 914 était là, là, dans son étui, il s'en est fallu de peu qu'on le perde. J'arrachai précipitamment la trousse de secours fixée sur la paroi et je pris l'étui de mon fusil avant de m'extraire de la carcasse. J'ai couru rejoindre Frog, Nämu et Georgi. J'ai jeté la trousse de secours à Frog et j'ai rapidement ouvert l'étui. Le fusil avait l'air intact. Malheureusement, j'allais pas avoir le temps de vérifier. 5 voitures se dirigeaient vers le lieu du crash. Fallait qu'on se planque, et en vitesse. J'abandonnai l'étui sur place et pris mon précieux fusil.

- Il faut qu'on se tire d'ici et vite.

On s'est planqué aussi loin qu'on le pouvait, c'est à dire à deux-trois bâtiments. Georgi a eu un trait de génie en effaçant les traces de sang qu'on laissait derrière nous dans le sable, sans quoi on se serait fait choper en vitesse. On s'est précipité dans un genre de bureau en préfabriqué, aucune idée de ce que ça foutait là, mais vu la poussière, on devait être les premiers à entrer ici depuis des mois. Frog s'est immédiatement occupé de la blessure de Nämu, pendant ce temps je suis monté à l'étage pour me poster à une fenêtre. Pas question de tirer, notre position n'était pas défendable. En revanche, observer les environs et tenter de se repérer, ça allait faire avancer les choses.
Le zoom de la lunette réagit tout seul à mon œil. Sur le papier, ça fait classe, mais en fait ça se révèle être très déroutant quand on en a pas l'habitude. Les pyramides étaient pas si loin. Donc les salopards qui nous avaient abattus nous y attendaient… Ils allaient payer cher ce qu'ils avaient fait, à grand renfort de projectiles de 13 mm en oxygène solide.
J'crois que Grym avait surnommé ce fusil le « Neremgun » après avoir assisté à un des tests de tirs.

Putain… Grym… Le reste de l'équipage !
Comme si cet emmerdeur avait entendu ma pensée paniquée, il nous contacta à ce moment via nos oreillettes. Je ne pus m'empêcher de sourire en entendant les noms de code qu'il nous avait trouvés. Puis, pendant que je descendais les escaliers, j'entendis Frog lui répondre avec son talkie, niquant par là-même l'utilité des noms de code. Je lui arrachai l'appareil des mains en le gratifiant d'une remarque acerbe. Il s'en suivit un rapide échange d'infos. On s'est fixé rendez-vous au point Alpha.
En premier lieu, j'avais besoin d'un lieu pour me repérer correctement. En second lieu, Georgi, Frog et Nämu avaient besoin d'armes. Nos pistolets allaient pas suffire si on devait engager des adversaire dotés, au minimum, d'un lance-missiles sol-air. En Égypte, après l'apocalypse, il n'y avait pas deux cents modèles de fusil qu'on pouvait retrouver en face de nous. Ça allait être des Kalash', à coup sûr.

- Nämu, Frog, vous nous attendez ici.

Georgi me suivit sans poser de question. Jadis, on s'était retrouvé dans la même situation, on savait exactement quoi faire. On s'est déplacé à l'opposé du site du crash et on s'est positionné là où on pouvait observer le terrain autour de nous. Les enfoirés nous attendaient au point Alpha. Complètement par hasard en plus. C'était impossible que les infos aient fuité. Je secouai la tête, pas le temps de réfléchir à ça, il fallait agir. C'est à ce moment qu'on a entendu les coups de feu. On s'est tout les deux baissés, mais on avait pas l'air d'être les cibles. Un coup de talkie plus tard, on était fixé. J'ai redirigé Grym sur le point Gamma, nous, on avait du matériel à piquer.

On a attendu sur la route avec le plus de traces qu'un de ces enfoirés en Jeep passe. Je sais pas combien de temps précisément, toujours est-il que j'ai dû laisser passer la première voiture, le mec était seul et on était pas certain de trouver assez d'armes. Le véhicule suivant, en revanche, transportait 4 mecs, tous armés. Georgi n'avait pas compris tout de suite pourquoi je la jouais solo. Normalement, les tireurs de précision vont par deux, un tireur et un observateur. L'amélioration de mon fusil par SCP-914 me permettait de me passer d'un observateur. Et ça tombait bien, parce que j'avais besoin de quelqu'un sur place pour prendre le matos directement. J'étais posté sur un genre de remblai de sable, trois ou quatre mètres de haut tout au plus. J'avais un champ de vision idéal. J'ai fait pivoter la molette qui, avant l'amélioration, servait à illuminer le réticule de la lunette en vert. Immédiatement, une série de paramètres graphiques se sont affichés, tels que le vent, la distance et la gravité. Une aide précieuse. J'ai inspiré, retenu ma respiration, puis j'ai pressé la détente. Le recul n'était pas très fort, surtout compte tenu du calibre, et le bruit était étouffé. Le projectile de 13mm en oxygène solide s'est logé droit dans le cœur du conducteur et est probablement ressorti derrière lui. Mort sur le coup, il s'est effondré sur le volant et la Jeep a fait une embardée et est aller s'éclater contre un tas de sable. Machinalement j'ai voulu réarmer, c'est en ne trouvant pas le levier que je me suis souvenu que le fusil que j'avais entre les mains était désormais semi-automatique. Vite, se concentrer sur la situation. Georgi allait certainement arriver près de l'épave. Il avait son pistolet avec lui, il était pas à poil, mais face à des AK il valait mieux minimiser les risques. Un des mecs s'extirpa de la Jeep. Il s'était à peine relevé que l'arrière de son crâne volait en éclat sous l'impact de mon second tir. Plus que deux adversaires. J'ai fait pivoter la molette dans l'autre sens cette fois. L'affichage changea pour me montrer la Jeep toute en nuances de gris. Le moteur, les pneus et les 4 hommes étaient eux affichés en des teintes plus blanches. J'alignai les deux qui bougeaient encore et je tirai à travers la taule de la Jeep à deux reprises. Plus de mouvement. Je suis repassé en vision normale et j'ai pu observer Georgi s'approcher, prendre comme convenu trois AK et le maximum de chargeurs avant de se mettre en route pour rejoindre Frog et Nämu là où on les avait laissés. Sauf qu'il n'est pas parti directement. Il a d'abord extirpé de force un des gus de la Jeep. Il devait avoir une bonne raison de ne pas s'en tenir au plan. On est rentré par des chemins différents, j'ai mis un peu plus de temps que lui car j'ai fait quelques détours, du repérage et qu'une putain de tempête de sable c'est levée. Quand je suis arrivé à notre "abri" Georgi s'essuyait les mains, l'air sombre. Le mec qu'il avait retiré de l'épave gisait contre le mur, mort dans une flaque de sang.

- Joli tir l'ami. Mais tu as raté celui-là.
- Tu l'as achevé ?
- Interrogé d'abord. Insurrection du Chaos. Pas pu en tirer grand chose, mais maintenant qu'on sait qui c'est en face…

On avait tous compris. La mission toute entière était compromise… Quoique. Georgi avait eu le temps d’appeler des renforts, mais ceux-ci allaient mettre entre 8 et 10 heures pour arriver. On avait ce temps-là pour récupérer l’artefact si ces enfoirés l'avaient trouvé. Nos oreillettes se mirent à grésiller.

- Barbu, je suis au rendez vous, vous branlez quoi ? Pique-Cigares, terminé.
- Pique-Cigares on est en route, on a été retardé par d'autres types. On en a fait parler un. C'est l'Insurrection du Chaos, donc fais gaffe. Barbu, terminé.

Bien, maintenant on avait tous une arme correcte. La fête pouvait commencer.
On s'est mis en route vers les pyramides, rapidement, en allant d'un couvert à l'autre. La tempête continuait et elle limitait fortement la vue. À intervalles réguliers je jetais un oeil aux alentours à l'aide de mon fusil. J'avais repéré le campement depuis longtemps, donc je guidais le groupe de manière à ne pas trop s'en approcher. On s'est positionné à une centaine de mètres, derrière une dune. Le sable nous fouettait le visage, mais fort heureusement le paquetage de base qu'on avait incluait des lunettes de protection. Pas de casques par contre, mais face à des 7.63 d'AK de toute façon je ne pense pas que ça aurait fait une différence.

- Pique-Cigares, où en es-tu ? Barbu, terminé.

Pas de réponse.

- Pique-Cigare, ici Barbu, réponds.

Toujours pas de réponse.

- Pique-Cigares, si t'es dans l'impossibilité de parler, envoie un bip avec ton talkie. Barbu, terminé.

Grésillements. Je fermai les yeux. Trois possibilités. Soit la tempête, ou quoi que ce soit d'autre, empêchait les communications, soit il s'était fait avoir, soit… Soit il était compromis. J'essayai de chasser cette pensée de ma tête, mais l'idée ne me lâchait pas. Dans tous les cas, il fallait partir du principe que l'ennemi avait accès à nos communications. Je coupai le talkie et enlevai mon oreillette. J'invitai les autres à faire pareil.

- Il répond pas, silence radio.
- On fait quoi ? Demanda Frog.

Il serrait son AK contre lui, mais à sa décharge il ne tremblait pas. Je ne savais pas quoi lui répondre. J'avais pas prévu que Grym se fasse choper, ou pire. Erreur stratégique. Plus inquiétant, s'il s'était fait choper : qu'est-ce qui aurait pu le foutre hors combat ? Un SCP ?
Pas le temps pour les interrogations. Ils avaient l'avantage du nombre en face. Nous, on avait comme avantage d'avoir un flingue futuriste et du renfort en chemin. Ça allait être serré.

- « Frag' » tu pars sur la droite avec Frog. Essayez de trouver le SCP avant ces enfoirés. Nämu avec moi. On tente de récupérer Grym.

Je consultai rapidement ma montre.

- Frog, « Frag' », si d'ici une heure vous n'avez plus de nouvelles, retraite au point de rendez-vous Epsilon.

Georgi sourit et dit :

- Qui les Dragons cherche…
- La mort trouve, répondis-je.

La devise de la Delta-3, notre cri de guerre. Pendant que Georgi et Frog allaient se mettre en position, je pris le talkie et lançai une phrase sur la fréquence générale, en espérant que Grym allait l'entendre.

- There ain't no grave can hold my body down…

Une chanson de Johnny Cash. Une phrase codée entre Grym et moi aussi.
Elle signifiait plus ou moins :
« Je viens te chercher, petit con. »

« Embuscade | Tempête de sable | Hier et Aujourd'hui »

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License