Le Sang
notation: +10+x

Équipe 3 : Benji, Kaze et Lylah

Lylah

Jour 62 après la chute d'Aleph

Les sens réveillés par le froid mordant, Lylah se rendit compte très vite que quelque chose n’allait pas. Elle saisit le Dr Kaze par le col et le jeta derrière elle avec force alors qu’elle s’interposait entre les scientifiques et le portail. Sa mission première était de sauver les cerveaux.

Son instinct ne l’avait pas trompée, elle attrapa la silhouette qui se dessinait dans le portail et lui colla avec rage le canon de son arme de poing sous la gorge. Le sujet inconnu semblait être humain à première vue, homme, aux alentours de 17-18 ans, lacéré au niveau du visage, du torse et des bras.

- "T’es qui, toi ? " aboya-t-elle, autant parce que son cœur battait la chamade que pour couvrir le sifflement du vent qui s'engouffrait entres les deux bâtiments qui formaient la ruelle exiguë dans laquelle ils se trouvaient.

Le gosse tenta d’accrocher ses doigts déchiquetés au bras qui l’empoignait.

- "T’es qui, putain ?" répéta-t-elle en le secouant.

Sa bouche s’ouvrait mais aucun son ne semblait en sortir.

- "Putain, mais qu’est-ce … "

Elle glissa un doigt inquisiteur dans la bouche du jeune homme et écarta sa mâchoire. Sa langue avait disparu, où plutôt, on aurait dit un sac de viande mixée.

- "Oh non …" souffla Kaze.

Les agitements des deux scientifiques firent lever les yeux de l’agent sur le portail par lequel ils venaient d’arriver. De longues traces noirâtres sinueuses se traçaient depuis la limite du portail, comme rongeant le mur.

- "Il nous a suivi."

Les yeux verts de Lylah fusillèrent le garçon qu’elle tenait dans ses bras. Cet enfoiré était la proie de 106. Et il l’avait conduit droit sur eux.

Leur sang ne fit qu’un tour et d’un seul geste, ils prirent la fuite. Ils déboulèrent bientôt dans une large avenue déserte de toute vie. Leur course était rendue difficile à cause de l’épaisseur de la neige. Lylah sentit son bras tiré par quelque chose : Kaze lui indiquait la carcasse d’une voiture couchée sur le dos.

Kaze s’engouffra le premier par une portière déchirée.

Lylah se jeta à sa suite en rampant à travers le pare-brise en miettes.

Benji n’eut pas le temps.

Un grand fracas métallique résonna dans la rue alors qu’il s’abattait sur la voiture. Quelques gémissements lui échappèrent alors qu’il tentait de retrouver ses esprits, ou alors de rétablir ses connexions. Un deuxième fracas se fit entendre et la voiture s’écrasa un peu plus sur elle-même.

Puis vinrent les hurlements.

Le ciel blanc projetait l’ombre terrifiante du vieil homme et du bras de Benji ballottant dans le vide sur le manteau de neige. L’agent posa ses mains sur sa bouche et, alors que les larmes coulaient sur ses mains gelées, elle sentit Kaze se presser contre elle.

Après les cris, vinrent rapidement les longues plaintes qui résonnaient comme un écho fantomatique dans le crâne des deux compagnons de fortune, recroquevillés sur eux-mêmes. La carcasse rouillée de la voiture grinçait aux moindres mouvement de 106 qui semblait tourner autour de son nouveau cobaye.
Un fracas, à nouveau, suivit par un cri plus aigu et d'un gargouillis. La respiration de Benji était rauque à présent et il semblait s'étrangler à chaque inspiration.

Piégés comme des rats. Ils assistaient, impuissants, au massacre de leur ami.

La main sur son épaule se resserra et elle leva lentement les yeux vers Kaze. Un contact froid sur sa mâchoire, les doigts invisibles de son camarade, lui fit tourner la tête de l'autre côté.

Le gosse.

La proie.

Sans penser un instant à son geste, Lylah empoigna son arme, jetée sur le sol un peu plus tôt et tira sur le jeune homme. Celui-ci eu tout juste le temps de voir l’arme brandie sur lui et la balle traversa sa cuisse alors qu’il tentait de s’enfuir. Il s’effondra sur le sol dans un cri guttural horrible.

Les grincements cessèrent soudainement et la voiture se souleva un peu, alors que SCP-106 quittait l’engin. Un rire plus glaçant encore que la neige et la glace de cette rue cauchemardesque glissa lentement dans le froid. Lylah sentit Kaze se séparer d'elle en se levant. Le grand manteau disparu de son champ de vision alors que le docteur contournait la voiture vers Benji.

La jeune femme se leva aussi sec et les rejoignit. Le sang empêchait de voir si les blessures de Ben étaient graves ou non. Ils le saisirent sur leurs épaules et s’enfuirent, accompagnées par les hurlements de la proie abandonnée dans la neige.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License