Anders & Robin

Centre des Canons Anglais » Centre de What a Wonderful World / Centre de Ces pins tortueux » Emporte-le, ma Chérie » Anders & Robin

notation: +3+x
blank.png
@import url('http://scp-wiki.wdfiles.com/local--files/component%3Awilsons-theme/national-park.css');
 
/*
    Thème des Solutions Fauniques Wilson
    [2018 Wikidot Theme]
    Créé par stormbreath et DarkStuff.
    Basé sur le Thème SCP Sigma 9 créé par Aelanna et Dr Devan, et le Thème MC&D créé par Randomini.
    Le logo WWS a été créé par DarkStuff.
    Le nouveau logo a été créé par DrAnnoyingDog.
    La police National Park est sous licence SIL Open Font License et peut être trouvée ici : https://nationalparktypeface.com/
*/
 
:root {
    /* 1 Common */
    --ct_col_link: #148c14;
    --ct_col_link-visited: #036403;
    --ct_col_link-newpage: #c8e293;
 
    /* 2 Header */
    --ct_cnt_alt-header-txt: "Solutions Fauniques Wilson";
    --ct_cnt_alt-slogan-txt: "Où toutes les bêtes sont les bienvenues";
    --ct_col_header-txt: #fff;
    --ct_col_slogan-txt: #fff;
    --ct_fnt_header-txt: 'national_parkregular', sans-serif;
    --ct_fnt_slogan-txt: 'national_parkregular', sans-serif;
    --ct_shd_header-txt: 3px 3px 5px #000;
    --ct_fns_alt-header-txt: 43.8px;
    --ct_fns_alt-slogan-txt: 13.4px;
    --ct_fns_header-txt: 0;
    --ct_fns_slogan-txt: 0;
 
    /* 4 Rating-module */
    --ct_col_rate-primary: #a3c162;
    --ct_col_rate-secondary: #d1ed9a;
    --ct_col_rate-cancel: #f1fff0;
    --ct_col_rate-link-hover: #665731;
    --ct_brd_rate-primary: solid 1px #665731;
}
 
/* Couleur texte creditbox */
.credit {
    color: #665745;
}
 
/* RECOLOR THE TITLE */
h1, #page-title {
    color: #6C7F41;}
 
#page-title {
    font-weight: lighter;
    border-color: #6C7F41;
}
 
/*RECOLOR THE LINKS
#side-bar a, #side-bar a:visited {
    color: var(--ct_col_link);
}*/
 
/*HEADER IMAGES*/
div#container-wrap {
    background: url(http://fondationscp.wdfiles.com/local--files/theme%3Awilsons/body_bg.png) repeat-x;
}
 
#header {
    background: url("http://fondationscp.wdfiles.com/local--files/theme%3Awilsons/WWS_Logo_2.2_abrv.png") 15px 40px no-repeat !important;
    background-size: 6rem !important;
}
 
/* RECOLOR THE SEARCH BAR */
#search-top-box-input {
    border: solid 1px #665731;
    color: #665731 !important;
    background-color: #a3c162;
    font-family: 'national_parkregular', sans-serif;
}
 
#search-top-box-input:hover,
#search-top-box-input:focus {
    background-color: #d1ed9a;
}
 
#search-top-box-form input[type=submit] {
    border: solid 1px #665731;
    color: #ffffff;
    background: #665731;
    font-family: 'national_parkregular', sans-serif;
}
 
#search-top-box-form input[type=submit]:hover,
#search-top-box-form input[type=submit]:focus {
    border: solid 1px #665731;
    background: #c8e293;
    color: #665731;
}
 
/* LOGIN STUFF */
#login-status {
    color: #665731;
}
#login-status a {
    color: #897543;
}
#login-status ul a {
    color: #665731;
}
#account-topbutton {
    background: #ccc;
    color: #665731;
}
 
/* IMAGE BLOCK RECOLORING */
.scp-image-block {
  border: solid 1px #665731;
}
.scp-image-block .scp-image-caption {
  background-color: #d1ed9a;
  border-top: solid 1px #665731;
}
 
/* MODULE RATE RECOLOR */
.page-rate-widget-box .rate-points {
  background-color: #a3c162 !important;
  border: solid 1px #665731;
}
.page-rate-widget-box .rateup,
.page-rate-widget-box .ratedown {
  background-color: #d1ed9a;
  border-top: solid 1px #665731;
  border-bottom: solid 1px #665731;
}
 
.page-rate-widget-box .rateup a,
.page-rate-widget-box .ratedown a {
  background: transparent;
  color: #a3c162;
}
.page-rate-widget-box .rateup a:hover,
.page-rate-widget-box .ratedown a:hover {
  background: #a3c162;
  color: #665731;
}
.page-rate-widget-box .cancel {
  background: transparent !important;
  background-color: #a3c162 !important;
  border: solid 1px #665731 !important;
}
.page-rate-widget-box .cancel a {
  color: #f1fff0 !important;
}
.page-rate-widget-box .cancel a:hover {
  background: #c8e293 !important;
  color: #f1fff0 !important;
}
 
/* INFO MODULE */
.rate-box-with-credit-button .creditButton {
    background-color: #a3c162 !important;
    border-color: #665731 !important;
}
.creditButton a {
    color: #fff6f0;
}
.creditButton a:hover {
    color: #665731;
}
 
/* BEARITAGE RATING MODULE */
.heritage-rating-module {
  background-color: #a3c162;
  border: solid 2px #665731;
  box-shadow: 0px 0px 0px 2px rgb(204,192,102);
}
 
.heritage-rating-module .page-rate-widget-box .rate-points {
  border: solid 1px #a3c162;
}
.heritage-rating-module .page-rate-widget-box .rateup,
.heritage-rating-module .page-rate-widget-box .ratedown {
  border-top: solid 1px #a3c162;
  border-bottom: solid 1px #a3c162;
}
 
.heritage-rating-module .page-rate-widget-box .cancel {
  border: solid 1px #a3c162;
}
 
/* AYER'S INFO MODULE */
:root {
--barColour: #a3c162;
}
 
/* TAB RECOLORING */
.yui-navset .yui-nav,
.yui-navset .yui-navset-top .yui-nav {
    border-color:#d1ed9a; /* color between tab list and content */
}
 
.yui-navset .yui-nav a,
.yui-navset .yui-navset-top .yui-nav a {
    background-color:#a3c162! important; /* tab background */
    border-color:#665731;
    color:#665731;
    transition: 0.125s;
}
 
.yui-navset .yui-nav a em {
background-color: #fdfdfd;
box-shadow: 0px 1px 2px rgba(0,0,0,0.7);
border-color: #b7a9a9;
}
 
.yui-navset .yui-nav .selected a,
.yui-navset .yui-nav .selected a:focus,
.yui-navset .yui-nav .selected a:hover {
    background-image: none;
    background-color: #a3c162; /* selected tab background */
    color:white;
}
 
.yui-navset .yui-nav .selected a,
.yui-navset .yui-nav .selected a em {
    border-color: transparent;
    box-shadow: 0px 1px 2px rgba(90,134,50,0.5);
    background-color: #a3c162;
}
 
.yui-navset .yui-content {
    background-color: #F7F7F7; /* content background color */
}
 
.yui-navset .yui-content,
.yui-navset .yui-navset-top .yui-content {
    border-color: #b7a9a9; /* content border */
    border-top-color:#b7a9a9; /* different border color */
}
 
.yui-navset-left .yui-content {
    border-left-color: #b7a9a9; /* different border color */
}
 
/*SIDE BAR RECOLOR AND STUFF */
#side-bar {
   font-family: 'national_parkregular', sans-serif;
}
 
#side-bar .side-block {
    border: 1px solid #665731;
    box-shadow: 0 2px 6px rgba(0,51,0,.5);
}
#side-bar .heading {
    color: #665731;
    border-bottom: solid 1px #665731;
    font-size: 10pt;
}
 
#side-bar .side-block[style="background-color: #e7e5e8;"],
#side-bar .side-block[style="background-color: #e7e5e8;"] .heading p {background-color: #E5E8E5 !important; }
#side-bar .side-block[style="background-color: #fff0f0;"],
#side-bar .side-block[style="background-color: #fff0f0;"] .heading p { background-color: #FFF6DD !important; }
#side-bar .side-block[style="background-color: #e5e5ff;"],
#side-bar .side-block[style="background-color: #e5e5ff;"] .heading p { background-color: #D2E2C5 !important; }
 
.side-block .menu-item > .image {
    filter: hue-rotate(70deg);
}
 
/* TOP BAR RECOLORING*/
#top-bar {
   font-family: 'national_parkregular', sans-serif;
}
 
#top-bar ul li ul {
    border: solid 1px #3d2b1f;
}
#top-bar ul li.sfhover ul li a,
#top-bar ul li:hover ul li a {
    border-top: 1px solid #665731;
}
 
#top-bar ul li.sfhover a,
#top-bar ul li:hover a {
    background: #82a016;
    color: #ffffff;
}
#top-bar ul li ul a, #top-bar a:hover {
    color: #8db600;
}
#top-bar ul li.sfhover a:hover,
#top-bar ul li:hover a:hover {
    background: #c8e293; /* top bar hover background color */
    color: #665731;
}
 
/* FOOTER STUFF */
#footer {
    background: rgb(80, 68, 37);
    color: #d1ed9a;
}
 
/* RECOLOR THE TABLES */
#page-content .wiki-content-table tr th {background-color: #a3c162; color: white; border: 1px solid #665731;}
 
/* RECOLOR THE QUOTEBLOCK */
blockquote {border-color: #dcf2b0; background-color: #dcf2b0; color:#665731;}
 
#toc{border-color: #dcf2b0; background-color: #dcf2b0; color:#665731;} 
 
/* RECOLOR THE LINE BREAKS */
hr {
    background-color: #665731;
}
 
/* SCROLLBAR */
::-webkit-scrollbar-track {
    background: #DAEAB9;
}
 
::-webkit-scrollbar-thumb {
    background: #755400;
}
 
/* MOBILE REFORMATTING */
@media (max-width: 767px) {
    #header h1 a::before {font-size: 60%;} 
}
 
@media (max-width: 767px) {
#side-bar{background-color: #d1ed9a}
 
.open-menu a {
    border: 0.2em solid #6C7F41 !important;
    background-color: #83994E !important;
    color: #665731 !important;
}
}
 
/* TRANSLATION BLOCK */
iframe.scpnet-interwiki-frame {
    filter: hue-rotate(70deg);
    -webkit-filter: hue-rotate(70deg);
}
 
/* WILSON'S DIVS */
div.wilson-border {border: 1px solid #665731;}
 
div.wilson-header {color:white; background: #a3c162; padding: 15px; font-size: 150%; font-weight: bold; text-align: center;}
 
div.wilson-subtitle {color:#665731; background: #c8e293;padding: 5px; text-align: right; font-weight: bold;}
 
div.wilson-body {color:#665731; background: #d1ed9a; padding: 15px;}

Chapitre I.VIII

Les quinze années suivantes de la vie de Tim ne donnèrent naissance qu'à peu d'histoires, bien que de nombreuses choses importantes se soient produites. En deux ans, Alice Özdemir devient Alice Wilson, et deux mois après, Anders Wilson vient au monde, le 10 avril 1984. Le 8 novembre 1986, Robin Wilson lui emboîte le pas. D'ailleurs, de façon amusante, j'ai officiellement fait mon coming out en tant que Faeowynn Wilson le 25 octobre 1995, ce qui correspond également à cette période. Je voulais vraiment porter un certain déguisement avec mes amis. Merci de m'y avoir poussée, Halloween. Mais assez parlé de moi.

Tout comme un frère peut vivre dans l'ombre des autres membres de sa fratrie, cette décennie et demie restait directement dans l'ombre d'évènements à venir. Cependant, je trouve important de la documenter d'une certaine façon et j'ai du mal à trouver des histoires de mon père qui soulignent véritablement le côté transitoire de cette période. Alors, au lieu de cela, et puisque je parlais de frères et sœurs, j'aimerais prendre ce temps pour mettre mes frères à l'honneur, bien que je les voie plutôt comme des cousins. Même si nous sommes une famille et que nous nous aimons tendrement, nous avons grandi dans des environnements radicalement différents, à la fois pour ce qui est de nos parents et de nos environs. Pour les remercier de leur soutien (à la fois émotionnel et professionnel) en cette période difficile, je vous invite à me rejoindre dans une histoire que mes frères m'ont racontée.


* * * * *


Nous nous trouvons donc un samedi matin, quelque part dans les années 1990 (ma mémoire est tellement floue).

Grâce à la magie de la maîtrise des rythmes internes, Anders et Robin ouvrirent tous deux les yeux à presque 7 heures pile. La seule raison pour laquelle ce n'était pas le cas est que leur cerveau avait été mis en marche à 6h45, comme le voulait la tradition, afin qu'ils n'aient pas à être immédiatement éveillés, laissant à la place leur esprit accepter toutes les responsabilités liées au fait d'être alerte. Ils étaient donc, dans leur chambre respective, en train de fixer l'horloge.

Dans la chambre de Robin, il était 6h58. Sa chambre était en fait le grenier, réaménagé. Non pas parce qu'il n'y avait pas d'autres chambres disponibles, mais parce que Robin l'adorait. Elle manquait d'isolation, donc il faisait très froid en hiver et très chaud en été. Les mois d'été, il dormait en sous-vêtements et sans couverture, le ventilateur vrombissant jour après jour. En hiver, il dormait près de la "cheminée" métallique, généralement chauffée par les feux que Tim allumait tard le soir (il trouvait le canapé plus confortable qu'un lit durant les mois d'hiver). Le reste de la chambre était plutôt spartiate. Hormis un coffre à jouets reconverti en armoire à vêtements, une petite étagère que Tim avait construite pour que Robin puisse y mettre quelques livres et animaux en peluche, sans oublier bien entendu le lit et la minuscule table de nuit allant avec, les seuls éléments notables de la pièce étaient la fenêtre et le fait que Robin était la seule personne assez petite pour se tenir debout à l'intérieur. C'était, bien sûr, ce que Robin préférait dans le fait de vivre dans le grenier.

Dans la chambre d'Anders, il était 6h59, du fait d'un décalage entre leurs deux horloges que personne n'avait encore remarqué. Anders était discrètement très fier d'être le premier à arriver à la table du petit-déjeuner avec à chaque fois une minute d'avance. Eh bien, il l'était discrètement la plupart du temps. Robin se montre très loquace chaque fois que quelqu'un prétend qu'Anders était "discret" sur quoi que ce soit, accusant son grand frère d'être un enfant particulièrement vantard. La chambre d'Anders était plutôt standard, si ce n'est qu'il dormait sur la couchette du haut d'un lit superposé qu'il occupait seul. La couchette du bas, auparavant occupée par le cadet, avait été transformée en bureau, qu'Anders utilisait pour faire ses devoirs et ranger sa mini-bibliothèque (il est cependant à noter que cette dernière faisait un bien mauvais travail, des piles de livres s'étalant sur le sol à chaque coin de la pièce).

Et puis il fut 7 heures.

Anders sortit de son lit, suivi environ quarante-cinq secondes plus tard par Robin, luttant pour passer de son pyjama à ses vêtements de la journée. Robin, pour sa part, portait un jean, des baskets et un tee-shirt orné d'une grosse tête de singe sur lequel on pouvait lire "THIS IS BANANAS !" Anders lui ressemblait pratiquement en tout point, sauf que sa garde-robe contenait essentiellement des petits polos à sa taille, que sa mère trouvait tout simplement adorables sur lui. Anders ne se préoccupait pas suffisamment pour protester et il devint donc un petit homme bien habillé.

Anders sortit de sa chambre et marcha dans le couloir jusqu'à la salle de bain, la trouvant déjà ouverte et abritant son petit frère.

"Hey !"

Robin interrompit le brossage de ses dents pour tirer la langue à Anders : "Ch'ai dorhi amec mes vêhments !"

"Poussin, ne parle pas avec ta brosse à dents en bouche !" Selon la légende familiale, la maison des Wilson était en fait une oreille géante reliée directement et en permanence à Alice.

Robin cracha le dentifrice, et se tourna vers Anders : "J'ai dormi avec mes vêtements."

"Tu devrais pas dormir avec tes vêtements !"

"On ne dort pas habillé, mon canard !"

"//Ok m’man ! //" cria Robin en retour, avant de tapoter l'épaule d'Anders (il n'était toujours pas assez grand pour atteindre le lavabo sans aide).

Anders rigola, puis récupéra sa propre brosse à dents et du dentifrice, passant trente secondes à se brosser les dents, puis utilisant le fil dentaire et finalement, juste au moment du rinçage au bain de bouche, Robin déclara :

"Sors de la salle de bain, je dois y aller !"

Anders ne pouvant pas parler, il se contenta de lui jeter un coup d'œil.

"Allez Andie, je dois y aller, sors de la salle de bain !"

Anders montra sa bouche pleine de bain de bouche et secoua la tête.

"Maman !"

"Andie, finis ça dans la cuisine !"

Anders foudroya Robin du regard et Robin lui rendit la pareille. Mais il écouta Alice et se précipita dans la cuisine pour y recracher son bain de bouche.

"Mais maman," dit-il, "j'ai pas passé ma tête sous l'eau !"

"Fais ça ici."

"L'évier est trop haut !"

Alice tira une chaise et aida Anders à tenir debout dessus. Une fois hissé, il passa ses cheveux sous l'eau et y fit couler du savon. Il s'essuya avec un chiffon de cuisine propre, puis le jeta dans la boîte à chiffons sales sous l'évier près de la poubelle.

"Où est papa ?" demanda Anders.

"Il est dehors en train d'aider Frank avec un de ses moutons, il a des problèmes de digestion." Alice ne cachait pas son mécontentement dans sa voix : elle pensait avoir été claire sur l'importance du petit déjeuner en famille pour elle. "Mais il vous a cuit un déjeuner, pour toi et ton frère."

"Qu'est-ce que tu prépares alors ?"

"Le dîner. C'est un plat qui doit mijoter, ça prend beaucoup de temps à cuisiner."

"Oh. Ok."

Anders s'assit à la table du salon, se plaçant devant son déjeuner.

"Ne mange pas avant que Robin soit là !"

"Je sais, m'man."

Anders balança ses jambes sous la table, affichant un sourire satisfait ; même avec la nouvelle tactique de Robin, il était arrivé le premier à la table. Comme toujours. Une victoire pour Anders.

Robin arriva un peu plus tard, et posa à Alice pratiquement les mêmes questions, obtenant les mêmes réponses, puis s'assit devant son déjeuner. Anders et Robin récitèrent tous deux leur prière, ce qui fit discrètement sourire Alice, avant de s'attaquer au plat.

Après cela, Anders et Robin se livrèrent à leurs activités matinales respectives : de la lecture pour Anders, du piano pour Robin. Ils y consacrèrent chacun une quarantaine de minutes, puis utilisèrent les cinq dernières minutes avant leur tour à vélo pour s'y préparer.

Sans y avoir été poussés par leur mère, les frères se retrouvèrent dans le garage à 7h55 précises. Sans dire un mot, ils tirèrent chacun leur casque de vélo d'une étagère remplie de bric-à-brac — marteaux, clous, tournevis, vis, rallonges, une bouteille de produit anti-moisissure, des paquets d'éponges qui auraient vraiment dû se trouver dans la cuisine, des piles de vêtements et d'accessoires qui étaient destinés à être donnés à une ONG, etc. Anders s'approcha alors de la porte du garage et appuya sur le bouton pour l'ouvrir. Alors que celle-ci s'ouvrait, Robin sortit les vélos dans la rue et Anders referma la porte du garage dès celui-ci dehors. Il sortit alors du garage, traversa le couloir et la porte pour arriver à l'extérieur, où Robin l'attendait.

Anders n'arrivait pas à contenir son excitation, enfilant son casque de vélo en se rendant sur la route et montant sur son vélo dès qu'il atteignit celle-ci et que Robin l'eut lâché. À 8 heures précises, les garçons pédalaient dans la rue, flanqués par des champs de part et d'autre, parfois pleins de maïs, parfois pleins d'arbrisseaux et parfois pleins de vaches, de cochons, de poulets, de cheveux, d'ânes, d’alpagas et de moutons. Et quand ils passèrent devant les moutons, ils crièrent : "Bonjour p'pa !

Tim leva les yeux de la gueule d'un mouton qu'il tenait ouverte et prit le temps de saluer ses fils avant de disparaître derrière une grange. Anders sourit. Même lorsque son père n'était pas au travail, il trouvait un moyen d'être avec les animaux.

"Je te parie que j'arriverai le premier !" cria Anders en pédalant en avant.

"Hé, c'est pas juste, maman a dit qu'on doit rester ensemble !"

"Eh bah tu vas devoir me rattraper !"

Robin grommela et accéléra, ce qui fit rire Anders : c'était maintenant une compétition. La course était simple, jusqu'à ce qu'ils passent là où le nombre de pins ne cessait de croître et que la route se mit à zigzaguer. Les frères luttèrent pour prendre les virages les plus serrés possibles, se penchant parfois si brusquement qu'ils semblaient par moments être à l'horizontale sur leurs vélos, un miracle uniquement explicable par leur persévérance à combattre la gravité et à rester sur leurs bolides.

Puis, ignorant les marquages au sol et incapable d'entendre le bruit d'un moteur par-dessus leurs rires et leurs cris, Anders faillit percuter un grand camion noir, dont l'avant pointait juste assez au tournant pour qu'Anders puisse l'éviter en dérapant, ne le laissant qu'avec des oreilles à moitié sourdes à cause des coups de klaxon, ce qui valait mieux qu'un corps à moitié mort à cause du pare-chocs. Anders s'arrêta brusquement sur le bord de la route, et posa une main sur son cœur battant à toute vitesse dans sa poitrine.

Robin s'arrêta devant lui, regardant son grand frère avec des yeux écarquillés, sentant soudainement le besoin de constamment garder celui-ci à portée de vue.

"Ne dis rien à maman", souffla Anders, ce à quoi Robin acquiesça.

"C'est plus si loin", fit remarquer Robin. "Marchons un peu." Anders accepta.

Ils prirent leurs vélos par les poignées, et les poussèrent tout au long du chemin vers la colline boisée. Le pollen remplissait l'air, indiquant aux garçons que c'était le printemps, peu avant la fin de leur année scolaire. Ils avaient déjà commencé à planifier ce à quoi allaient ressembler leurs semaines d'été avec Alice — pratiquement chaque heure de chaque jour de la semaine aurait une activité planifiée et minutée. Étant donné la liberté que leur procurait l'absence d'école, Robin et Anders avaient fortement suggéré de faire un tour de vélo tous les jours. En été, ils voulaient commencer à explorer la région dans ses moindres recoins. Une fois cela fait, ils pourraient dire à tout le monde où se trouvait quoi que ce soit, que ce soit quelque chose de banal ou d'ésotérique. C'était une capacité que leur mère exerçait sur l'ensemble du comté de Clackamas. Alors, bien sûr, leur objectif était l'ensemble de l'Oregon, uniquement pour être à un cran au-dessus d'elle. Mais cet été, ils allaient commencer doucement. Une ville comme Boring semblait être un monde à part entière pour des enfants de leur âge.

Ils passèrent vite devant la souche d'arbre brûlée sur le bord de la route, leur indiquant qu'ils approchaient de leur destination. Les garçons se regardèrent l'un l'autre, sourirent et commencèrent à marcher plus vite. Ensuite, il y eut la branche tombée, le bébé arbre, et enfin, le sentier. Non balisé.

Les sentiers non balisés sont des choses magiques. Ils n'étaient reconnaissables comme tels qu'en raison de l'aspect rugueux de la terre, de l'absence de plantes le long du chemin et de la teinte plus claire du sol. Ils soulèvent toujours des questions ; s'ils ne sont pas sur les cartes, qui sait qu'ils sont là ? Qui les parcourt ? Et pourquoi tracer un sentier ici et pas ailleurs ? Est-ce qu'ils mènent à un beau coin tranquille pour se baigner ? À une clairière, un bosquet ? Une cabane ? Autant de raisons faisant que les frères aimaient dénicher des sentiers non balisés. Celui-ci était juste assez loin pour que lorsqu'ils le trouvèrent pour la première fois dimanche dernier, ils durent immédiatement faire demi-tour afin de rentrer à temps. Mais les samedis comme celui-ci, ils avaient une heure et demie de temps libre en plus à leur disposition. Un peu plus de quarante-cinq minutes aller-retour, puisque le trajet de retour était plus court à vélo.

"Est-ce qu'on y va à pied ?"

"Papa dit de ne pas aller sur les nouveaux sentiers à vélo."

"Ok."

Ils trouvèrent des buissons derrière lesquels cacher leurs vélos, entendant dans leur tête les avertissements qu'Alice leur avait donnés à propos des voleurs de vélos, et se mirent à descendre le sentier.

Le climat des bois était doux, le sol de la forêt était obscurci par les arbres qui bloquaient toute la lumière du matin. Une odeur de pin passa sous le nez des garçons. Ce parfum, ainsi que l'odeur du fumier de leur quartier, étaient ce qui allait définir leur foyer, les renvoyant à un endroit paisible où qu'ils soient dans le monde. Mais pour l'instant, forcément, c'était tout ce qu'ils connaissaient, et ils y prêtaient autant d'attention qu'à la langue qu'ils parlaient. Les sons de leurs pas assurés se mêlaient parfois à ceux d'un écureuil grimpant, d'un oiseau s'éveillant ou d'un lézard fuyant. Le sentier était plat, une montée à leur gauche et une descente à leur droite.

Robin surveillait l'heure sur la montre qu'il avait reçue pour Noël, Anders sur celle qu'il avait reçue pour son anniversaire. Ils n'avaient pas encore développé les compétences nécessaires pour apprécier la nature comme quelque chose de plus que le simple état des choses. Ils observaient les alentours non pas comme des passants dans une galerie d'art, mais comme des habitants dans leur foyer. Les arbres étaient des montants de lit, la terre et la poussière des draps doux, les animaux leurs compagnons et les souches des tables. La seule excitation dans leur cœur venait de l'idée qu'ils pouvaient découvrir quelque chose de spécial au bout du chemin.

"Pew !"

"Quoi ?"

Anders se retourna et vit que Robin le pointait du doigt avec ses deux mains, les pouces levés pour imiter des pistolets. "Pew !" cria-t-il à nouveau, et cette fois, Anders esquiva.

La partie avait commencé.

Soudain, Anders et Robin se réfugièrent entre les arbres, roulant à l'abri l'un de l'autre, et tirant dès qu'ils en avaient l'occasion. Personne ne comptait le nombre de fois que l'un ou l'autre s'était fait toucher, ils se contentaient de crier "aïe !" et de feindre une blessure pendant quelques secondes avant de reprendre le combat. (Enfin, peut-être que Robin avait compté, mais il n'a jamais rien dit.) En un instant, les rôles étaient attribués — Anders devint soudain Li'l Bill, la crapule fouineuse qui avait volé à Robin — ou devrais-je dire Robin des bois — sa dulcinée, une femme du nom de Maggie Belle, parfois incarnée par leur amie Olivia lorsqu'elle venait leur rendre visite.

"Tu l'auras jamais, Bill ! Pew ! Pew !"

"Elle a fait son choix ! Pew !"

"Ouah ! Je suis touché !"

Et ainsi de suite, le jeu continua, jusqu'à ce que Robin finisse par attraper Anders au bord d'une grosse pierre, représentant à cet instant une falaise vertigineuse. "Elle ne sera jamais à toi, Bill ! Une dernière parole ?"

"Ouais… tu ne m'aurais jamais vivant !"

Anders se jeta du haut du rocher, plongeant dans la terre et le lit d'aiguilles de pin mortes, dévalant alors la colline sans s'arrêter.

"Tu ne t'échapperas pas si facilement !"

Robin se lança à sa poursuite, riant alors qu'il dévalait délibérément la colline en roulant sur lui-même. Mais avant qu'il n'atteigne le bas—

"Aïe !"

"Je t'ai pas tiré dessus."

"Aïe !"

L'inertie arrêta finalement l'élan de Robin et il se leva au pied de la colline. Alors qu'il essuyait la terre de son pantalon et de son t-shirt, il se tourna vers la voix d'Anders et aperçut la cause de sa douleur : une statue.

Cela ressemblait à un raton laveur, à l'exception d'un détail important : il lui manquait sa queue. La pose de la statue lui donnait un air effrayé. Ses yeux étaient larges, une de ses pattes avant décollait du sol, l'angle de ses pattes avant et arrière faisait que son corps avait une subtile forme de U, avec sa tête tournée vers la colline.

Anders était étalé sur le sol, se frottant la tête là où il avait violemment heurté la pierre, n'étant plus Li'l Bill, mais de nouveau un enfant. Robin, cependant, se rapprocha de la statue, intrigué par sa présence.

"Est-ce qu'il y a une maison pas loin ?" demanda Robin.

"Qu'est-ce que j'en sais ?" lâcha Anders, qui se frottait toujours la tête. Et puis : "Désolé."

"C'est bon. J'ai laissé ma boîte à sparadraps sur mon vélo. Je peux courir la chercher."

"Ça ira."

Robin fit le tour de la statue. Ses détails étaient inimaginables : chaque poil semblait avoir été sculpté dans la pierre, chaque trace de poussière et de saleté accumulée dans la nature était présente sur son pelage. Jamais auparavant Robin n'avait vu une œuvre d'art aussi complexe. Cela le fascinait.

"T'entends ça ?" demanda Anders alors qu'il finissait de se relever.

"Entendre quoi ?"

"On dirait un oiseau."

Robin gloussa. "Bah non."

"Si, c'est vraiment tout près."

Sortant de sa transe artistique, Robin commença à l'entendre également. Un gazouillis, venant de la statue.

"Regarde !"

Robin tourna autour de là où se trouvait Anders, attiré par la bouche légèrement ouverte de la sculpture, et à mesure qu'il s'approchait, le gazouillis devint de plus en plus fort. Une fois arrivé à côté d'Anders, il se pencha et regarda à l'intérieur. Bien évidemment, le vague contour d'un merlebleu devint apparent, se tortillant à l'intérieur de la mâchoire en pierre.

"Il a l'air blessé !" remarqua Anders.

"Comment est-ce qu'il a atterri là-dedans ?"

"J'en sais rien ! On doit l'aider."

"Comment ?"

Les garçons mijotèrent là-dessus une seconde. Ils n'avaient rien d'assez lourd pour ouvrir la statue — et devraient-ils le faire ? Robin était vraiment contrarié à l'idée de devoir la casser, mais Anders semblait trouver que cela n'avait pas beaucoup d'importance. Robin essaya de lui rappeler que c'était probablement la propriété de quelqu'un, mais Anders ne semblait rien vouloir entendre.

"Papa", conclut Anders.

"Papa", acquiesça Robin.

Ils s’élancèrent sur le sentier, remontèrent celui-ci, sortirent leurs vélos hors des buissons, enfilèrent leurs casques, se mirent en selle sur le bord de la route et filèrent sur la chaussée en direction du travail de leur père.


* * * * *


Le magasin de fournitures agricoles n'était jamais vraiment bondé, mais étant donné que c'était dans leur ville, ce n'était jamais tout à fait calme non plus. Un flot continu de clients entrait et sortait chaque jour, venant acheter du fourrage, de nouveaux poulets, remplacer un râteau, une pelle ou n'importe quel outil indispensable. Tim connaissait pratiquement tous ceux qui y venaient, donc il n'était pas souvent surpris lorsque quelqu'un passait le pas de la porte, mais les deux personnes qu'il s'attendait le moins à voir était ses deux garçons, couverts de la tête aux pieds de terre et de sueur, entrant en courant comme si le diable était à leurs trousses.

"Qu'est-ce qui se passe, les garçons ?"

"Il y a un oiseau blessé !!"

"Hein ?"

Les garçons parlèrent en même temps :

"Il est coincé—" "—dirait qu'il a vraiment mal—" "—nouveau chemin qu'on a trouvé—" "—tombé en roulant en bas d'une colline—" "—trouvé une statue—" "—Andie s'est tapé la tête—" "—bouche légèrement ouverte—"

"Les enfants ! Du calme ! Maintenant expliquez-moi un à la fois."

Ils révélèrent tous deux l'affaire en détail et insistèrent sur l'urgence du destin de l'oiseau.

"On sait pas à quel point il est blessé, Papa," dirent-ils. "On doit aller le sauver."

Tim eut toutes les peines du monde à retenir la vague de fierté qu'il ressentait en entendant ses fils décrire avec tant de ferveur la détresse d'un merlebleu, mais elle s'immisça sur son visage sous la forme d'un sourire radieux et chaleureux s'étalant d'une oreille à l'autre jusqu'à en faire plisser ses yeux.

"Comment peux-tu sourire à un moment pareil !?" gronda Anders.

Tim couvrit sa bouche, l'embarras l'aidant à faire disparaître le sourire. Une fois prêt, il leur dit : "Je ne peux pas quitter le magasin avant au moins huit heures, je suis désolé. Peut-être que vous devriez rentrer à la maison et demander à votre mère ? Si vous le sauvez et que vous le ramenez à la maison, je pourrai probablement l'aider quand je rentrerai du boulot, OK ?"

Les garçons froncèrent les sourcils en entendant cela et répétèrent inlassablement à Tim que c'était plus important que son travail, mais Tim ne voulait pas céder en insistant qu'il se devait de rester là. Après tout, c'était à ce moment le seul employé dans le bâtiment. S'il partait, il devrait fermer boutique, et il devrait expliquer cela à son patron.

Anders et Robin ne voulaient pas céder, ne pouvaient pas céder et ne faisaient que geindre de plus en plus, insistant de plus en plus et parlant de plus en plus fort jusqu'à ce que tout le monde dans le magasin les entende demander, implorer, supplier Tim de quitter son bureau et de venir avec eux sur le sentier. Et juste au moment où la balance dans l'esprit de Tim commençait à pencher en faveur de l'abandon de son poste pour abreuver ce trait naissant de ses garçons, quelqu'un sortit de derrière une étagère de fourrage. Quelqu'un avec une longue barbe de montagnard, qu'il ne taillait pas mais qui n'en était pas pour autant disgrâcieuse, et un crâne bronzé qui se déplumait.

"Al !" le salua Tim. "As-tu déjà rencontré mes garçons ? Anders, Robin, voici Al."

Al leur fit un sourire chaleureux, mais Anders lui répondit juste d'un signe de la main, et Robin accorda à peine un regard à l'étranger.

"Salut les garçons," dit Al d'une voix de baryton profonde et sonore. "J'ai entendu que vous aviez trouvé un oiseau blessé ?"

"Ouais !"

"Un merlebleu !"

"Il est coincé dans la bouche d'une statue !"

"Je sais, je sais. Je l'ai entendu de l'autre côté du magasin, ahaheh. Et si j'y allais à ta place, Tim, hein ? Je n'ai pas besoin de rentrer tout de suite à la maison, j'ai des outils dans mon pick-up, nous pourrions aller essayer de la casser et de libérer cet oiseau."

"Oh !" laissa échapper Tim. "Oui, ça me semble parfait !"

"Qu'est-ce que vous en dites, les garçons ?"

Les garçons grommelèrent en réponse, ce qui fit simplement rire Albert. "Je prends ça pour un oui. Allons-y, nous irons plus vite si nous y allons tous dans mon pick-up."


* * * * *


"On, on vous jure qu'il était là !"

Anders se tenait à un endroit, fixant là où le raton-laveur se trouvait auparavant, tandis que Robin se tenait exactement là la statue se trouvait auparavant, en train de voir s'il pouvait l'invoquer en cette réalité en occupant le même espace.

"C'était une statue de raton-laveur sans queue ! Je le jure !"

"Je n'en doute pas," dit Al. "Mais on dirait que quelqu'un l'a emportée."

"Noon ! Noon !" Robin commença à faire une crise. Il tapait le sol du pied, donnait des coups de pieds dans les cailloux et jetait des branches.

"Woh woh woh, Poussin. Pas besoin de s'énerver."

"C'est pas juste ! Elle était juste là !!"

Albert n'était pas tout à fait sûr de comment calmer Robin, donc il resta simplement là à surveiller l'enfant presque en âge d'aller au collège qui faisait les cent pas et fulminait autour de l'endroit où se trouvait cette supposée statue. Il baissa les yeux sur Anders, l'enfant plus calme, alors qu'il restait debout et qu'il regardait son frère s'acharner. Alors Albert haussa les épaules et se dit en son for intérieur : J'imagine qu'on n'a qu'à attendre que ça passe. Il ne fait de mal à personne, de toute façon.

Alors Al trouva un arbre robuste et droit et s'appuya dessus, fermant les yeux et appréciant les quelques doux rayons de soleil qui n'étaient pas bloqués par les branches. La fureur de Robin devint un bruit blanc, comme des bruits de chantier, fort mais pas très perturbant. Et en ce bruit, Albert trouva un zen, et s'y accorda.

Quelques bonnes minutes passèrent avant qu'Al ne remarque que la forêt était redevenue calme, et il souleva une paupière pour voir Robin, assis et vaincu par terre, ayant constaté que ses cris n'avaient rien accompli, et rien fait pour que la statue ne réapparaisse.

"Ça y est, calmé, fiston ?"

Robin renifla.

Albert se redressa, prit une profonde inspiration, et dit : "Bien bien bien. On ferait mieux de vous ramener à la maison, pas vrai ?"

Anders se tourna vers Al et dit, en cachant (mais seulement en partie) l'inquiétude de sa voix : "Nous sommes vraiment très en retard pour rentrer à la maison. Maman va être inquiète."

"Ah oui ?" Al se tourna vers Robin. "T'entends ça ? Faut qu'on y aille, la Mama attend."

Robin renifla à nouveau.

"Tu viendrais avec nous si je te portais sur mon dos ?"

Robin leva la tête pour croiser son regard et hocha solennellement la tête.

"OK gamin, c'est parti."

Al souleva Robin, qui était petit, même pour son âge, et ramena les garçons au pick-up. À ce jour, mes frères jurent toujours qu'ils ont tous deux vu cette statue, et qu'ils peuvent emmener n'importe qui à l'endroit où elle était. Encore aujourd'hui, ils racontent avec ardeur ce jour où ils l'ont trouvée, et où ils ont essayé de sauver le merlebleu. Maintenant, ils en rient, de cette chose ô combien étrange trouvée lorsqu'ils étaient enfants, un phénomène inexpliqué, que personne n'avait alors vraiment cru.

Ce qui est étrange, c'est que tout le monde y croit désormais.




« Alice Özdemir | Histoires que mon père m'a racontées | Refuge Faunique Wilson »

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License