Deux gros bras
notation: +4+x
blank.png

Armando rôdait à travers le désastre de la réception. Il tendit la main vers son épaule gauche et arracha le bras fait de carbure de tungstène. "Je sais qu'ils le gardent quelque part par ici," dit-il. Les bureaux de l'Unité des Incidents Inhabituels étaient presque vides pour le weekend, mais le garde qu'il croisait de temps à autre lui donnait tout de même du fil à retordre.

Il se tourna et envoya son bras gauche voler dans le couloir adjacent ; la structure de cristal condensé traversa une fontaine à eau et continua sa course pour s'écraser contre le mur extérieur. Il le suivit, en balançant le bras dans sa main gauche comme si de rien n'était, cassant des fenêtres, des classeurs, et diverses babioles de bureau fédéral qui parsemaient les meubles de rangement.

Deux agents sortirent en trombe d'un box et filèrent dans le couloir. "Bordel de merde, cours !" s'exclama un des agents, en se retournant pour faire feu vers Armando.

Armando plongea vers la droite et projeta son bras gauche reformé dans le couloir ; les gaz volatils se mélangèrent avec le polyester de la cravate de l'homme et s'enflammèrent instantanément. Les deux agents furent vaporisés en un clin d'œil. Le système de gicleurs s'activa, trempant Armando d'eau stagnante.

Armando jeta un coup d'œil rapide autour de l'ensemble de boxes qui occupait cette partie de l'étage, et se tourna pour revenir vers l'ascenseur qui l'avait amené jusqu'ici.

Les bruits des flammes et de l'eau dégoulinante n'étaient plus les seuls sons qui remplissaient l'immeuble de bureaux. À l'extérieur, des sirènes approchaient, et des hélicoptères passaient en vitesse au-dessus de l'immeuble. Il fallait qu'il sorte de cet endroit rapidement, mais il ne pouvait pas partir sans la cible. "Allez, où est-ce que t'es…"

Un agent du FBI s'abrita derrière un coin et tira à deux reprises en direction d'Armando. Celui-ci se cacha derrière le bras de tungstène dans sa main droite pendant une seconde, juste assez longtemps pour s'assurer que les balles ne le toucheraient pas. Il projeta le bras dans le couloir avec une fluidité consommée, contrôlant sa course pour qu'il prenne la forme d'un poing serré, qui entra en contact létal avec le sternum de l'agent.

Les sons des hélicoptères s'approchèrent, passant directement au-dessus de l'immeuble avant de disparaître complètement. Merde, où est ce putain de truc ? pensa Armando, tandis que le bras qu'il avait retiré était rapidement remplacé par un autre fait de plasma brûlant. Il sortit de sa poche droite le petit appareil qu'on lui avait donné et fit un tour sur lui-même en cherchant le petit bip sur le GPS.

Il suivit le signal à travers des rangées et des rangées de bureaux, et arriva enfin devant une porte où il était écrit "Stockage - U2I". Le visage d'Armando se fendit d'un léger sourire tandis qu'il tendait la main vers la poignée.

clac clac

"Bordel de merde. Fermé. Bon, on va faire ça de façon plus amusante, alors," dit-il en s'éloignant dans la rangée de bureaux, puis en se tournant et en arrachant d'un même mouvement fluide le bras de plasma brûlant de son épaule droite, qu'il envoya avec un cri à travers la rangée de bureaux en direction de la porte.

Le plasma s'écrasa dans la porte de sécurité renforcée et l'arracha à ses gonds. Armando sourit et fit le geste de tirer quelque chose à lui, ramenant le bras vers lui. Celui-ci flotta en se dirigeant vers Armando, puis ralentit.

C'est quoi ce merdier… se dit-il, en essayant d'affermir son contrôle. Il n'avait jamais eu autant de soucis pour contrôler ses membres depuis qu'il avait été drogué, mais pour une raison qu'il ignorait, il ne sentait plus la connexion avec son bras.

Une voix résonna depuis l'autre bout de l'étage de bureaux dévasté, "Vous avez fait une petite erreur, Armando."

Armando hésita un moment en voyant le bras disparaître dans le néant et en perdant toute sensation de connexion avec ce dernier. Il se retourna et fit face à la silhouette qui se tenait à l'autre bout du bureau. L'homme était de taille moyenne, un peu trapu. Il portait des robes vertes flottantes et portait un objet de forme étrange dans sa main droite, presque comme une masse. Sa main droite était tendue vers Armando et fit un lent mouvement d'attraper quelque chose.

Ruslav Diaghilev, Directeur du Département d'Alchimie, se tenait calmement dans la réception désormais rasée et marchait calmement vers Armando, son langage corporel neutre.

"Et laquelle, Monsieur…?" Le bras gauche d'Armando crût et forma un nouveau bras fait de gaz hyper-dense de bore.

"On dit Sage, en fait," gronda Ruslav avec un sourire amusé, "Vous n'avez pas consulté un alchimiste en réalisant une transmutation, évidemment. Je suis Ruslav Diaghilev, Sage Alchimiste du Septième Cercle et Directeur du Département d'Alchimie de la Fondation. Je recherche pourquoi il y a eu une perturbation aussi importante des Æthers autour des bureaux de l'U2I." Le Directeur s'avança à grands pas et s'arrêta à quelques mètres d'Armando.

Armando fit un grand sourire et envoya voler ses bras gauche et droit, l'un une masse brillante de poussières de césium en décomposition rapide, l'autre une masse de gaz de bore. Les armes tournoyaient en cercles lents vers le Sage, qui ne bougea pas.

Ruslav leva sa main droite, pour intercepter le césium en désintégration, redirigeant la radiation naissante dans un flux ténébreux inoffensif qui se dissipa dans le plafond. Sa main gauche fit le geste de griffer quelque chose, et le gaz de bore se convertit en oxygène pur. "Je vous saurais gré de ne pas faire cela. Mes collègues et moi travaillons très dur pour que notre œuvre reste opérationnelle et vos… capacités le perturbent considérablement."

Armando grogna et commença à jeter des bras de plus en plus vite, deux, puis trois, puis quatre à la fois. Des solides, des gaz, certains bras composés de créatures tortillées les unes autour des autres. Les mains d'Armando, rendues floues par la vitesse en filant vers et depuis ses épaules, remplissaient rapidement l'espace qui les séparait avec des bras.

Ruslav soupira doucement et remit sa crosse dans le porte-outil à sa ceinture. Il se déplaça, le pas sûr, tel un artiste martial, ses mains bougeant en cercles lents vers la gauche et la droite. Ses doigts s'étendirent et se rétractèrent, rendant les bras à leurs Æthers constitutifs, chacun d'eux s'évanouissant à quelques mètres de Ruslav.

"Mais comment tu fais ça, putain ?!" hurla Armando, légèrement à bout de souffle.

Ruslav changea de posture pendant un instant, attirant les Æthers Fulmineux autour de lui. Il projeta ses mains en avant, tenant sa crosse entre elles, lançant l'énergie rassemblée avec une facilité déconcertante.

Armando jeta ses bras vers la traînée de foudre qui lui arrivait dessus et parvint à en dévier une partie, mais une bonne portion de la foudre percuta son corps, l'envoyant voler dans un des bureaux proches.

Armando se remit sur ses jambes et lança des bras à Ruslav pour tenter de submerger le Sage Alchimiste. Chacun d'eux était un composite différent, les bras lourds vers le sol sous les pieds du Sage, et les plus légers en l'air pour le faire s'occuper de deux directions à la fois.

Ruslav esquiva à droite, sa crosse repoussant l'un des bras tandis que sa main gauche défaisait aisément bras après bras en ses Æthers constitutifs. Le sol aux pieds de Ruslav céda sous le poids des bras lourds qui s'y écrasaient, le forçant à reculer d'une rangée.

Armando et Ruslav se firent face, chacun tenant bon face à l'autre. Les bras volaient à toute allure dans l'espace qui les séparait. Certains étaient déchirés en leurs Æthers constitutifs, d'autres étaient repoussés par la crosse de Ruslav, certains simplement déviés par des traits de feu et de foudre. Cela continua pendant ce qui semblait être une éternité, avant que Ruslav ne prenne une inspiration profonde et tape du pied, claquant ensemble les Æthers libérés, comprimés par une coquille d'Æther Ténébreux.

La masse brillante entre eux deux était pratiquement aveuglante. Ruslav se concentra et la forca à imploser sur elle-même, la faisant détoner dans une onde de choc étourdissante qui souffla les bureaux autour d'eux. L'onde de choc projeta Armando contre le placo de l'une des cloisons intérieures qui s'effondrait rapidement. Ruslav tint bon, tandis que les Æthers s'écoulaient autour de lui en équilibre harmonieux.

Les courants Æthériques s'apaisèrent enfin, laissant Armando en train de grogner dans un tas de placo brisé. Ses bras coalescèrent en deux aciers renforcés différents.

Ruslav s'avança et fit un simple geste, ses doigts se refermant en un mouvement semblable à celui de tirer un fil. Les bras d'Armando se retransformèrent graduellement en chair humaine. Il tira dessus expérimentalement, confirmant que ses capacités étaient toujours intactes, avant de dévisager Ruslav suspicieusement et de se remettre sur pied.

"Mes excuses, mais il me fallait votre attention. Je suis un alchimiste ; Armando, vos capacités, bien qu'extraordinaires, sont de nature alchimique. Je ne sais pas comment vous les avez acquises, ni comment vous pouvez si facilement manipuler les Æthers, mais ce n'est pas vraiment la raison pour laquelle je suis là." Ruslav se tenait, calme, en face d'Armando, ses mains juste un peu levées.

Armando grogna et s'étira le dos, faisant pleuvoir des fragments de placo, "Alors pourquoi vous êtes là, précisément ? Je ne retournerai pas à la Fondation. On ne me remettra pas en cage à nouveau."

Ruslav secoua la tête et leva une main. "Je ne veux pas vous confiner. Ce n'est… pas vraiment mon domaine. Vous possédez une anomalie naturelle qui vous permet de générer des constructions transmutationnelles. Je crois avoir besoin de votre aide pour m'occuper d'une menace envers notre réalité."

Armando rit doucement pendant quelques instants, avant qu'il n'éclate d'un bon gros rire, "Et pourquoi devrais-je vous aider ?"

Ruslav hocha la tête et fouilla dans une des poches de ses robes pour en sortir une petite pièce percée d'un trou étroit où était passé un long cordon noir. "C'est bien pour ça que vous étiez venu ici, n'est-ce pas ?" Il la retourna dans sa main.

Armando se lécha les babines en examinant la pièce du regard, "Je préférerais me battre pour le récupérer que vous laisser vous en servir pour me manipuler." Il se concentra, et des flammes rouges brillantes jaillirent de son bras droit, tandis que des mottes de boue toxique se manifestaient de haut en bas sur la chair de son gauche.

"Sérieusement, je préférerais mourir ici de votre alchimie ou de je sais pas quelle autre merde, plutôt que de vous laisser—" Ruslav secoua la tête et envoya la pièce vers Armando d'une chiquenaude. Il guida sa trajectoire avec une petite rafale d'Æther Airé. Armando attrapa la pièce au vol et la frotta pensivement entre son pouce et son index. Il passa l'amulette improvisée à son cou et la laissa pendre sur sa chemise.

"Le chantage ne m'intéresse pas. Je peux faire ça moi-même. Je préférerais nettement vous emmener avec moi." dit Ruslav, le regard impénétrable.

Armando resta une bonne minute à considérer ceci, avant de laisser ses bras retomber le long de son corps. "D'accord, ça m'intéresse. À une condition."

Ruslav leva un sourcil, "Et cette condition est… ?"

Armando serra les dents un moment, "Aucun de vos types. Juste vous et moi, et celui qui nous emmène au putain d'endroit où on va."

Ruslav grogna un petit rire, "Da, c'est acceptable. Venez, notre hélico nous attend sur le toit." Sans hésiter une seule seconde, il se retourna et traversa vivement l'ensemble de boxes dévasté en direction de l'ascenseur.

Armando s'avança en retirant du placo de ses cheveux et de ses vêtements. Il rattrapa Ruslav et étudia l'homme plus âgé qui attendait l'ascenseur. Ses vêtements n'avaient même pas une trace de poussière. Mais c'est qui ce mec, bordel ? se dit Armando.

À côté de lui, Ruslav jeta un coup d'œil rapide à la destruction qu'avaient causé les bras d'Armando et sentit les énergies encore chaotiques des transmutations rapides dont il était capable. Par Luna, qu'est donc cet homme ?

Les deux machines de destruction échangèrent un sourire embarrassé alors que l'ascenseur arrivait pour les amener au toit, où l'hélicoptère de la Fondation les attendait.


Ceci fait partie du Tournoi TPO ! Mon partenaire est WerylliumWeryllium. Vous pouvez lire son entrée de concours ici !.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License