Une Pomme par jour...
:root {
    --bg: #111111;
    --bg-medium: #292929;
 
    --fg: #efefef;
    --fg-muted: #666;
 
    --fg-accent-light: hsla(28, 85%, 58%, 1);
    --fg-accent: #e47412;
    --fg-accent-dark: hsla(28, 85%, 38%, 1);
 
    --fg-accent-2-light: hsl(285, 65%, 58%);
    --fg-accent-2: hsla(285, 65%, 48%, 1);
    --fg-accent-2-dark: hsla(285, 65%, 38%, 1);
 
    /* 4 Rating-module */
    --ct_col_rate-primary: var(--fg-accent-2-dark);
    --ct_col_rate-secondary: #fff;
    --ct_col_rate-cancel: #fff;
    --ct_col_rate-link-hover: #e9c9f3;
    --ct_brd_rate-primary: solid 1px var(--fg-accent-2-dark);
}
 
/* Couleur texte creditbox */
.credit {
    color: #000;
}
 
div#container-wrap:before {
    content: "";
 
    display: block;
    width: 100%;
    height: 38px;
 
    position: absolute;
 
    border-bottom: 8px solid var(--fg-accent-dark);
 
    background: var(--fg-accent);
}
 
body, div#container-wrap {
    background: linear-gradient(var(--bg-medium), var(--bg)) repeat-x, var(--bg);
    background-size: 1px 180px;
    color: var(--fg);
}
 
div#content-wrap {
    margin-top: 3em;
}
 
h1, h2, h3, h4, h5, h6,
div#page-title {
    color: var(--fg-accent);
}
 
a, #side-bar a {
    color: var(--fg-accent);
    transition: 0.2s;
}
 
#side-bar a {
    color: var(--fg-accent-2)
}
 
a:visited, #side-bar a:visited {
    color: var(--fg-accent-dark);    
}
 
#side-bar a:visited {
    color: var(--fg-accent-2-dark)
}
 
a:hover, #side-bar a:hover,
a:focus, #side-bar a:focus {
    color: var(--fg-accent-light);
}
 
#side-bar a:hover,
#side-bar a:focus {
    color: var(--fg-accent-2-light);
}
 
del {
    color: #660000;
}
 
ins {
    color: #006600;
}
 
/* header */
 
#header {
    background: none;
    padding-top: 40px;
}
 
#header h1, #header h2 {
    margin-left: 0;
}
 
#header h1 {
    background: url(/local--files/theme:halloween/scp-halloween-fr.png) no-repeat top left;
    background-size: contain;
 
    display: block;
 
    height: 130px;
    max-height: 130px;
 
    width: 100%;
    max-width: 550px;
 
    font-size: 0;
    position: relative;
    top: 32px;
}
 
#header h1 a {
    display: block;
 
    margin: 0;
    padding: 0;
 
    height: 130px;
    max-height: 130px;
 
    width: 100%;
    max-width: 550px;
}
 
#header h2 {
    display: none;
}
 
/* top bar */
 
#top-bar {
    margin-top: 60px;
    border-bottom: 1px solid var(--fg-muted);
 
    padding-top: 4px;
    padding-bottom: 4px;
}
 
#top-bar a {
    transition: unset;
}
 
#top-bar ul li ul {
   border-color: var(--fg-accent-dark);
}
 
#top-bar ul li.sfhover ul li a, #top-bar ul li:hover ul li a {
    border-top-color: var(--fg-accent-dark);
    border-color: var(--fg-accent-dark);
}
 
#top-bar ul li ul a, #top-bar a:hover {
    color: var(--fg-accent);
}
 
#top-bar ul li.sfhover a, #top-bar ul li:hover a {
    border-color: var(--fg-accent-dark);
 
    color: var(--fg-accent);
    background-color: var(--bg-medium);
}
 
#top-bar ul li.sfhover a:hover, #top-bar ul li:hover a:hover {
    border-color: var(--bg-medium);
 
    color: var(--bg);
    background-color: var(--fg-accent);
}
 
/* side bar */
 
#side-bar .side-block {
    background-color: transparent !important;
 
    border: 1px solid var(--fg-accent-2-light);
 
    box-shadow: 0 2px 6px var(--fg-accent-2-dark);
}
 
#side-bar .heading {
    color: var(--fg-accent-2-light);
    border-bottom: 1px solid var(--fg-accent-2-light);
}
 
#side-bar .menu-item img {
    display: none;
}
 
#side-bar .menu-item.home p::before,
#side-bar .menu-item.main p::before,
#side-bar .menu-item.help p::before,
#side-bar .menu-item.series p::before,
#side-bar .menu-item.forum p::before,
#side-bar .menu-item.default p::before {
    content: "> ";
    background-image: none;
    display: inline;
    position: relative;
    font-size: 10px;
    color: var(--fg-accent-2-dark);
}
 
/* side bar: social media links workaround */
 
#side-bar .side-block[style="background-color: #e5e5ff;"] .menu-item::before {
    content: "";
}
 
#side-bar .side-block[style="background-color: #e5e5ff;"] img {
    display: inline;
}
 
/* side bar: user resources workaround */
 
#side-bar .side-block[style="background-color: #fff0f0;"] div:nth-child(2) {
    display: none;
}
 
/* rating module */
 
.page-rate-widget-box .rateup a:hover,
.page-rate-widget-box .ratedown a:hover,
.page-rate-widget-box .cancel a:hover {
    background-color: var(--fg-accent-2-light);
    color: white;
}
 
/* footnote hovers */
 
.hovertip {
    width: 20em;
    padding: 0.5em;
 
    border: 1px solid var(--fg-accent-2-light) !important;
    border-radius: 0.5em;
 
    background-color: #000000ee !important;
    box-shadow: 0 0 6px 1px #000000aa;
    z-index: 100;
}
 
.hovertip .f-heading {
    color: var(--fg-accent-2-light);
}
 
/* inputs */
 
input.text, input.button,
#search-top-box-input,
#search-top-box-form input[type=submit],
div.buttons input, input.button, button, file, a.button {
    background: transparent;
    color: var(--fg);
    border: 1px solid var(--fg-accent-2-dark);
    border-radius: 0;
    font-size: 1em;
    outline: 0;
}
 
div.buttons input:hover, div.buttons input:focus,
input.button:hover, input.button:focus,
button:hover, button:focus,
file:hover, file:focus,
a.button:hover, a.button:focus {
    border-color: var(--fg-accent-2-light);
    background: transparent;
    color: var(--fg);
}
 
input.text:hover, input.button:hover,
input.text:focus, input.button:focus,
#search-top-box-input:hover,
#search-top-box-input:focus,
#search-top-box-form input[type=submit]:hover,
#search-top-box-form input[type=submit]:focus {
    color: var(--fg);
    background: transparent;
    border: 1px solid var(--fg-accent-2-light);
    outline: 0;
}
 
/* wikidot page elements */
 
#page-title {
    border-color: var(--fg-muted);
}
 
table.wiki-content-table th,
table.wiki-content-table td,
#toc,
blockquote,
.scp-image-block .scp-image-caption {
    border-color: var(--fg-muted);
    background-color: transparent;
}
 
table.wiki-content-table th {
    background-color: var(--bg-medium);
}
 
hr {
    background-color: var(--fg-muted);
}
 
.code {
    border: 1px dashed var(--fg-muted);
    background-color: transparent;
 
    font-family: "Consolas", "Courier New", "Roboto Mono", monospace;
    font-size: 14px;
}
 
/* user login */
 
#login-status {
    color: var(--bg);
}
 
#login-status a {
    border: 0;
    color: var(--bg);
}
 
/* footer */
 
#footer, #license-area {
    background: var(--fg-accent);
    color: #111;
}
 
#license-area {
    background: var(--fg-accent-dark);
}
 
#footer a, #license-area a {
    color: #fff;
}
 
/* code highlighter stuff */
 
.hl-identifier, .hl-code, .hl-brackets {
    color: var(--fg);
}
 
.hl-var {
    color: #21ff00;
}
 
.hl-special {
    color: #ffff00;
}
 
.hl-reserved {
    color: #00b2ff;
}
 
.hl-number, .hl-string {
    color: #ff0020;
}
 
/* tabs */
 
.yui-navset .yui-nav a,
.yui-navset .yui-nav a em {
    border-color: var(--bg-medium);
    transition: unset;
}
 
.yui-navset .yui-nav .selected a,
.yui-navset .yui-nav .selected a em {
    border-color: var(--fg-accent);
}
 
.yui-navset .yui-nav a,
.yui-navset .yui-nav a:focus,
.yui-navset .yui-nav a:hover {
    color: var(--fg);
    background: var(--bg);
}
 
.yui-navset .yui-nav .selected a,
.yui-navset .yui-nav .selected a:focus,
.yui-navset .yui-nav .selected a:hover {
    background: var(--bg);
}
 
.yui-navset .yui-nav,
.yui-navset .yui-navset-top .yui-nav {
    border: 0;
}
 
.yui-navset .yui-content,
.yui-navset .yui-navset-top .yui-content {
    background-color: var(--bg);
    border-color: var(--fg-accent);
}
 
/* popups */
 
.owindow {
    background-color: var(--bg);
    border-color: var(--fg-accent);
}
 
.title.modal-header {
    background-color: var(--bg);
}
 
.owindow .button-bar a {
    background-color: transparent;
    border-color: var(--fg-accent);
}
 
.owindow .button-bar a:hover, .owindow .button-bar a:focus {
    background-color: transparent;
    border-color: var(--fg-accent-light);
}
 
/* editor */
 
textarea {
    font-family: "Verdana", sans-serif;
    padding: 2px;
    font-size: 100%;
    border: 1px solid var(--fg-accent-2);
    background-color: var(--bg);
    color: var(--fg);
    outline: 0;
}
 
textarea:hover, textarea:focus {
    border-color: var(--fg-accent-2-light);
}
 
.change-textarea-size a {
    background: transparent;
    color: var(--fg);
    border-color: var(--fg-accent-2)
}
 
.change-textarea-size a:hover, .change-textarea-size a:focus {
    border-color: var(--fg-accent-2-light);
    text-decoration: none;
}
 
.edit-help-34 a {
    color: var(--fg-accent-2);
}
 
.edit-help-34 a:visited {
    color: var(--fg-accent-2-dark);
}
 
.edit-help-34 a:hover,
.edit-help-34 a:visited:hover {
    color: var(--fg-accent-2-light);
}
 
input.text, input.button,
#search-top-box-input,
#search-top-box-form input[type=submit],
div.buttons input, input.button, button, file, a.button {
    background: transparent;
    color: var(--fg);
    border: 1px solid var(--fg-accent-2-dark);
    border-radius: 0;
    font-size: 1em;
    outline: 0;
}
 
div.buttons input:hover, div.buttons input:focus {
    border-color: var(--fg-accent-2-light);
    background: transparent;
    color: var(--fg);
}
 
#lock-info {
    background: transparent;
    border: 0;
}
 
#lock-info #lock-timer {
    color: var(--fg-accent-2-light);
}
 
/* home page elements */
 
.content-panel, .content-panel .panel-body,
.international-entry:nth-child(even),
.alternate:nth-child(even) {
    box-shadow: unset;
    background: #141414;
    color: var(--fg);
}
 
.news-block .news-title > p,
.news-block .news-content > p,
.feature-block .feature-title > p,
.feature-block .feature-subtitle > p {
    color: var(--fg);
}
 
iframe.scpnet-interwiki-frame {
    filter: invert(1) hue-rotate(85deg) saturate(13) brightness(80%);
}
 
iframe.html-block-iframe {
    filter: invert(1);
}
 
div[style="text-align: center; color: #600;"] {
    color: var(--fg-accent) !important;
}
 
/* mobile rules */
 
@media (max-width: 767px) {
 
#side-bar, #side-bar:target {
    border: 0;
    background: var(--bg);
}
 
#search-top-box {
    top: 174px;
}
 
}
notation: +2+x
blank.png

Onze ans plus tôt

Une jeune femme s'assit dans une cellule hermétique, un grand sourire sur le visage. Sa peau sombre était couverte d'une couche de maquillage pâle avec du mascara noir et du noir à lèvres, faisant de son visage un mélange étrange entre une gothique et un clown monochrome. Ce qui ruinait l'effet était sa tentative d'avoir l'air intimidante en faisant de grand sourires vers la vitre.

De l'autre côté du verre, le Dr Veijo Saarijärvi se pinça l'arête du nez d'une main et tendit un dossier à Simon Glass de l'autre.

"SCP-353. Keter ?" Glass fronça les sourcils. "Elle est juste assise dans une cellule."

"Continue à lire."

La réalisation s'afficha dans les yeux de Glass alors qu'il arriva au deuxième paragraphe. "Elle peut manipuler les bactéries ?"

"Et elle a commencé à montrer la capacité à les contrôler en dehors de son corps." Il regarda la ligne rouge au sol face à eux. "Vingt mètres de rayon d'exclusion. On garde le niveau d'oxygène dans sa cellule faible pour la garder docile."

"Les combinaisons Hazmats ne font rien ?" Glass se mordit la lèvre.

"C'est difficile pour une combinaison Hazmat de faire quoique ce soit si elle peut faire muter ta flore intestinale au point où elle commence à manger tes intestins." Saarijärvi soupira. "C'est un cas désespéré.

"Ne dis pas ça." Glass ajusta ses lunettes. "Où est l'interphone ?"

"Là-bas. Tu vas peut-être devoir crier."

Glass se déplaça vers un poteau sur lequel se trouvait un interphone et appuya deux fois sur le bouton. La personne dans la cellule leva les yeux au plafond. "Vous m'entendez ?"

"Un autre gardien venu voir son toutou ?" La personne ricana. "Vous espérez me contrôler ? Me forcer à obéir à vos caprices ?"

"Non. Je souhaite vous aider. Comment vous appelez-vous ?"

"Mon nom est Vecteur." Il y eut un sifflement à travers le haut-parleur. "Et vous allez vous prosterner devant moi."


Zone de Quarantaine de Harkness dans le Maryland
31 octobre 2019

Audrey McGrath s'installa dans son fauteuil et gémit alors que l'aiguille fut retirée. "Tu ne vas pas faire de commentaire sur le look ?" demanda-t-elle en clignant des yeux couverts de mascara.

"J'en ai presque fait une attaque de te voir dans ton vieux… comment dire ?" Le Dr Veijo Saarijärvi pencha la tête. "Ta vieille tenue." Son rire était étouffé par la tenue Hazmat qu'il portait alors qu'il déposait l'échantillon de sang qu'il avait récupéré sur la femme dans une boîte sur laquelle était marqué "Danger Biologique Niveau 4". "Comment se passent les consultations ?"

"Le Dr Palmer a bien pris le relais de ce pauvre Glass." Audrey haussa les épaules, se frottant l'intérieur de son coude après que la compresse ait été appliqué. "Il dit que ça ne le dérange pas que je me maquille et me teigne les cheveux à nouveau, mais… eh bien ça fait bizarre."

"Le style gothique ne fonctionne pas aussi bien quand on a trente-sept ans." Veijo ferma la boîte et la tendit à un assistant. "Mais au moins le noir à lèvre te va bien."

Audrey laissa échapper un "meh" en se levant. "Vous espérez développer quoi depuis cet échantillon ?"

"Le Zika est encore revenu et on est en manque de vaccins." Veijo amena Audrey à la porte. "Merci d'être venue aussi vite, 3—" Il s'arrêta. "Je veux dire, Audrey. Désolé. Les habitudes ont la peau dure."

Audrey remonta ses manches, révélant un tatouage sur son bras gauche sur lequel était écrit "SCP-353". "Je suis techniquement encore en confinement. Y'a pas de mal."

Suite à cela, elle sortit du Centre de Test Pharmaceutique Salk & Cooper, plus connu en interne comme le Site-52. Il était autrefois appelé Samson & Cooper mais Jonas Salk avait aidé lors du confinement initial de Harkness et lorsqu'un O5 a eut un rare moment sentimental ils ont décidé de renommer cette partie.

Harkness était, comme toujours, couverte de miasmes. C'était le seul mot pour la décrire— une brume dense, maladivement verte ayant envahi la ville depuis plus de trente ans. La lumière du soleil était rare, mais heureusement la brume était confinée dans le Nexus donc aucune bourrasque ne la soufflerait sur les routes proches— si trente kilomètres pouvaient être considéré comme proche.


Dix ans plus tôt

Pour la première fois depuis très longtemps, la porte de la cellule de SCP-353 s'ouvrit. SCP-353 leva les yeux du livre qu'elle lisait— Journal de l'année de la peste. On ne pouvait pas dire que Vecteur n'était pas fidèle à son thème.

Le Dr Glass savait que les combinaisons Hazmats n'aideraient pas. Il ne prenait même pas la peine d'en porter une. Il pouvait presque voir le miasme autour d'elle et aurait juré qu'il l'entendait chuchoter. "Vecteur ?" demanda-t-il.

La femme fut sortie de ses pensées. "… Cette voix. Vous êtes Glass."

"C'est notre première fois face à face." Il haussa les épaules. "Je me suis dit que si vous deviez me tuer vous l'auriez fait à l'instant où j'ai mis les pieds dans la zone d'exclusion."

"Grave erreur." Vecteur se leva avec un air maniaque dans les yeux et s'approcha de lui. À mi-chemin de son geôlier, elle s'arrêta et écarquilla les yeux en reculant. "C'est quoi cette merde en vous ?"

"Vous avez remarqué." Glass regarda ses mains. "Pendant une brèche de confinement j'ai été exposé à un agent contagieux anormal. On s'attend à ce qu'il m'emporte d'ici cinq ans."

"Et vous êtes venu ici pour trouver un vaccin ?" Vector ricana. "C'est… juste triste." Elle s'approcha tout de même de lui. "Et qu'est-ce qu'il fait ?"

"Est-ce que c'est important ?" Glass s'assit sur le sol de la cellule. "Je n'ai plus peur de mourir donc si vous allez me tuer, tuez-moi. Si vous allez parler, alors parlez."

Vecteur fronça les sourcils. Les organismes dans son corps, peu importe leur nature, ne répondaient pas à son Contrôle. Elle ne pouvait pas discerner ce qu'ils feraient à son corps, comment ils le tueraient, ou même s'ils étaient une bactérie, un virus ou des archées. Ils étaient une curiosité et sa mort aurait coupé l'accès à ces derniers.

Elle s'assit à côté du Dr Glass. "Et vous voulez quoi, Freud ?"

"Alors elle a vraiment un sens de l'humour." Glass sortit son téléphone. "SCP-353 Session 1, début de l'enregistrement."


Ce jour-là, le miasme était éclairé par des dizaines de sourires en plastique appartenant aux fausses citrouilles-lanternes résistantes à la dégradation offertes par la Fondation. Des fournitures de chasse aux bonbons furent aussi offertes. Les costumes étaient… un problème plus complexe à cause de la physiologie unique de certains habitants.

"Heyyy, Audrey !"

Elle reconnut la voix d'Alan Plum avant de le voir. L'homme avait un Trouble de Déplacement Vocal Chronologique— sa voix sortait avant que sa bouche ne s'ouvre. "Hé, Al."

Alan sortit du miasme en portant un costume créé à partir de Bane de la trilogie de Nolan. Heureusement cela voulait dire que sa bouche était couverte, faisant en sorte que ses mots et ses lèvres n'étaient pas désynchronisés. "Tu viens de donner du sang ?"

"Ouais, ouais." Elle roula des épaules. "Tu vas à la soirée d'Halloween, ce soir ?"

"Peut-être. Mais c'est une si belle journée dehors que je pense la passer à l'extérieur et pas dans le solarium. Me dorer un peu la pilule."

"Ton humeur est en avance sur ton temps." Audrey s'étira. Passer vingt minutes attachée à une chaise tend à tirer sur les muscles du dos. "J'espère qu'ils trouveront quelque chose d'utile."

Ils s'éloignèrent dans la brume. En plus de la soirée d'Halloween chez Leena, une petite foire était installée sur la rue principale— si on pouvait appeler une douzaine de stands de nourriture, un carrousel, un Tilt-a-whirl et un stand de peinture faciale une foire. Mais l'odeur de la nourriture frite fit penser à Audrey que c'en était une.

"Je serais partante pour une oreille d'éléphant, là." Audrey grogna. Même si la pensée de la nourriture frite lui donnait mal au ventre. Avoir la souche de chaque virus et bactéries connus de l'humanité dans son système ne l'empêchait pas d'avoir des reflux gastriques, même à Harkness.

"Mange quelque chose d'équilibré à la place." Alan l'emmena à un stand vendant des pommes d'amour et de la barbapapa. "Enfin. "Équilibré"."

Audrey jeta un œil au menu, son sourcil se levant à la vue d'un produit nommé "Pomme Dorée" pour 20 jetons de réquisition. Elle attendit d'être à l'avant de la file et remarqua qu'Alex Whittlesey, une femme touchée par le Syndrome du Corps Fractal, tenait le stand.

"Hey, Aud." Elle sourit avec l'une de ses cinq bouches. "Qu'est-ce qui te ferait plaisir ?"

"Qu'est-ce qu'une pomme dorée ?"

"Nous avons reçu une variété spéciale de pommes du Wisconsin. Je sais pas comment mais les tremper dans du caramel les transforme en or." Elle pointa d'un menton la caisse de pommes à côté de sa fenêtre. "Tu veux en tester une ?"

"Pourquoi pas ?" Audrey sortit sa carte de réquisition et la tendit à Alex. "Dieu sait que ça me donnera moins de reflux."

Une minute plus tard, Audrey s'éloignait du comptoir, inspectant sa pomme dorée. Elle n'avait jamais vu de caramel aussi brillant— même à travers le miasme elle se voyait dedans. "Ça fait une paye que je n'en ai pas mangé."

Alan parla avant et pendant qu'il avait la bouche remplie de barbapapa. "Tu vas te reluquer dedans ou tu vas la manger ?"

En levant les yeux au ciel, Audrey croqua la pomme. Le caramel était sucré et fondant, la pomme était acidulée et croquante, elle était parfaite.


Neuf ans plus tôt

"SCP-353, Session 48, début de l'enregistrement." Le Dr Glass s'assit à table face à Vecteur. "Vous ne portez pas votre maquillage aujourd'hui."

"Ce n'était pas vraiment du maquillage." Vecteur secoua la tête. "Je n'y ai pas eut droit. J'ai juste utilisé quelques bactéries avec des chromatophores pour me colorer le visage et la peau."

"Hmm." Le Dr Glass regarda son magnétophone. "Lors de la dernière session je vous ai présenté le projet Boîte De Pandore. Seriez-vous un minimum—"

"Non." Vecteur frappa la table du poing. "Non, putain. Si je dois devenir une arme biologique ce sera selon mes propres termes."

"D'accord, d'accord." Glass fit un geste d'apaisement. "Maintenant que ce sujet fâcheux est écarté… vous tenez bien votre journal ?"

"Je n'ai pas grand-chose à tenir." Audrey sortit un bloc-note de sous la table. "Mais ouais. Ne vous inquiétez pas, il a été stérilisé."

Glass regarda le journal et le feuilleta. Il soupira alors qu'il vit que la majorité des notes ont été effacées. "Vecteur, je comprends que vous vouliez rester privée sur votre vie, mais nous faisons ça depuis plus de deux ans, maintenant. Je ne sais toujours rien de vous."

"Il y a quoi à savoir ?" Vecteur roula des épaules. "Je peux manger les pathogènes et les muter en moi. Vous avez vraiment besoin de plus que ça pour une arme biologique vivante ?"

Glass se frotta le visage. Elle régressait dans un état d'esprit de bande dessinée alors il devait la suivre. "Eh bien les meilleurs méchants ont de bonnes histoires, non ? Gueule d'Argile était un acteur avant de devenir horriblement défiguré, Mr. Freeze essayait juste de sauver sa femme, Thanos était amoureux de Lady Death… alors qu'elle est la tienne ?"

Vecteur baissa les yeux vers la table. "Vous n'en aviez rien à faire avant."

"Eh bien j'en ai quelque chose à faire maintenant." Glass soupira. "Donnez-moi juste un indice, Vecteur, s'il vous plaît."

Vecteur leva les yeux vers lui.

"Je suis née à Tuskegee en Alabama."

Et ce tout ce qu'elle dit pour le reste de la session.


Audrey marchait aux côtés d'Alan alors en mangeant la pomme. Le miasme était presque joli avec toutes les citrouilles-lanternes perçant au travers. Presque. Ça ressemblait au moins à Halloween.

"On se fait un marathon de Mystery Science Theater au Centre Communautaire. Tu viens ?" demanda Alan d'un air enjoué.

"Mike ou Joel ?"

Alan grogna. "Oh mince, tu es ce genre de personne."

"Ils ont tous les deux du mérite ! Mais la série n'est pas pareil après que Joel soit parti." Elle croqua la pomme dans un grand crunch. "Les deux me vont, sinon."

"On commence avec Monster a Go-Go dans une demi-heure." Alan leva son masque pour avaler un morceau de la barbapapa qu'il avait commandé. "On doit juste couvrir le sol avec du plomb. La famille Parker vient avec ses enfants."

"Oui, ils ont le, heu…" Audrey claqua des doigts à répétition, le nom de la maladie des Parkers lui ayant échappé.

"Syndrome épidermique spectral. La maladie de la peau fantôme. Ils peuvent passer à travers tout ce qui n'est pas du plomb." Alan secoua la tête. "Kitty Pryde n'a jamais eu de soucis avec ça. C'est que des conneries, X-Men."

Audrey ria. "Et comment, Gaëtan."

Ils se séparèrent. Audrey ne semblait pas se rendre compte que la pomme ne rétrécissait pas peu importe la quantité qu'elle mangeait.


Huit ans plus tôt

"SCP-353, Session 105." Le Dr Glass se racla la gorge. "Vous ne m'avez toujours pas dit votre vrai nom."

"Vecteur est mon vrai nom." Vecteur cracha. "Je m'attends à ce que vous respectiez ça."

"Très bien, très bien." Glass fit un geste d'apaisement. "Ce sera Vecteur, alors. Mais pourquoi ce nom ?"

"Il avait l'air cool." Vecteur haussa les épaules. "C'est tout."

Glass n'y croyait pas. Il feuilletait ses notes. "Vous êtes née à Tuskegee en… 1982, 83 ?"

"J'aurais pas dû vous dire ça." Vecteur grogna. "Quoi, vous avez trouvé mes parents, les avez interrogé, leurs avez dit que leur fille est un monstre ?" Elle rit légèrement. "Mais ouais. 83."

"C'est jute que j'ai trouvé un album photo d'une école élémentaire pour les costumes d'Halloween. CM2." Il sortit la photo d'une petite fille à la peau sombre, portant un ordinateur en carton sur la tête, une cape sur les épaules, un grand "V" dans un carré sur le torse et un sourire manquant quelques dents de lait. "C'est plutôt mignon. "L'Incroyable Vecteur-Girl". J'aurais aimé en voir un film Marvel."

Le visage de Vecteur passa de la confusion, au choc, à la colère, puis à la tristesse en moins d'une seconde. "… Vous avez vraiment fait des recherches sur moi." Elle renifla. "Incroyable, putain. Sortez."

"Vecteur."

Elle se retourna, prête à le frapper afin de faire muter le vaccin bénin de la polio dans son sang en quelque chose qui aurait fait passer le Poumon d'Acier pour de la clémence, mais elle réalisa quelque chose. Il aurait pu l'appeler par son ancien nom. Mais il ne l'avait pas fait.

"J'essaye juste de comprendre qui vous étiez pour que l'on sache qui vous êtes. Parce que de ce que j'ai vu, vous n'étiez pas le genre de fille qui voyage dans le monde pour collecter Ebola et la variole et la polio et Marburg et Dieu sait quoi d'autre parce que vous le pouviez." Il fit un trait sur la table avec ses deux doigts qu'il laissa aux extrémités. "J'essaye de comprendre comment vous êtes passé du point A-" Il tapota la photographie— "au point B." Il hocha la tête dans sa direction.

Vecteur s'arrêta. "Pas grand-chose à dire."

"Dites toujours."

"Je suis beaucoup tombée malade étant gosse et un jour, je ne devenais plus malade." Elle regarda le mur derrière lui. "On a terminé ?"

"Si c'est ce que vous souhaitez." Glass se leva. "À dans une semaine, Vecteur."

"C'est ça." Elle détourna le regard, désintéressée.


Audrey McGrath cherchait à tâtons l'interrupteur de son appartement. Elle avait réussi à manger la pomme jusqu'au bâton après dix bonnes minutes de consommation. Il y avait un téléphone d'urgence sur le mur de sa cuisine pour rapporter les anomalies et elle comptait l'utiliser— aussitôt qu'elle se serait nettoyée.

Souhaitant désespérément pouvoir se souvenir de la bactérie remplie de chromatophores lui donnant une mine horrible étant jeune, elle se dirigea vers la salle de bain et ouvrit le robinet d'eau chaude, se frottant une lingette démaquillante sur les lèvres. Une partie du caramel autour de sa bouche s'accrochait à la lingette en faisant un long fil— un fil coloré d'une drôle de nuance de rouge. Il s'arracha et emporta un morceau fétide de peau, laissant un trou sanglant sur son visage.

"C'est quoi cette me—" Le juron d'Audrey fut interrompu par une puissante toux grasse, aspergeant du sang sur son miroir. Elle sentit son nez se remplir de mucus épai et vert qui coula mélangé avec son sang, son maquillage créant une combinaison de couleurs dégoûtante.

Elle eut à peine le temps de courir jusqu'aux toilettes avant que la pomme et la majorité de sa nourriture de la veille, surgissent de sa bouche jusqu'à la cuvette. Quelque chose allait vraiment vraiment mal. Elle ne tombait jamais malade à part en cas d'intoxication ou de brûlures d'estomac. Et ce n'était ni l'un ni l'autre.

En crachant un caillot de sang, elle courut vers le téléphone. Elle n'avait pas besoin de parler, juste de décrocher. Cela activerait une alarme qui amènerait des agents de la Fondation chez elle en moins de cinq minutes.

Son bras droit se contorsionna en pince et elle utilisa la douleur pour arracher le plastique fin et attraper l'appareil alors qu'elle chutait, le visage déformé par la souffrance. Elle eut à peine le temps de se coucher sur le côté pour ne pas se noyer dans son propre sang et son vomi, puis sa voix se transforma en un cri.


Sept ans plus tôt

Simon Glass était debout face à une pierre tombale.

Elle était petite, classique. L'héritage des gens enterrés ici ne pouvait pas acheter beaucoup. Simplement une plaque avec trois noms dessus— nom de famille, nom du mari et nom de la femme. Martin et Edna s'avéraient être les noms des parents de Vecteur.

SCP-353 n'était plus sous sa responsabilité. Le Dr Palmer avait pris le relai après que la Fondation ait senti qu'il était devenu "trop impliqué". Il le savait. Mais il savait aussi qu'il lui restait moins d'une année à vivre. Cela ne lui paraissait pas correct d'avoir l'affaire la plus ardue de sa carrière non résolue.

Martin était mort d'une syphilis non-traitée à la fin des années 80. Il avait été confiné dans un institut psychiatrique à l'époque à cause de la maladie lui dévorant le cerveau. Sa meilleure hypothèse était qu'il avait été infecté au moment que SCP-353 avait été conçu.

Pendant l'une de leurs dernières rencontres, SCP-353 avait dit qu'elle "tombait malade" étant enfant, avant d'acquérir son immunité anormale. La source de cela devenait évidente— sa mère était pharmacienne, son nom était préfixé d'un "Dr" sur la pierre. Les registres montraient que sa pharmacie— une boutique familiale— avait commencé à commander une grande quantité d'antibiotiques, antiviraux et même quelques antiviraux très nouveaux sur le marché en 1983.

Elle a évolué d’immunodéprimée à immuno-immaculée. Il y avait quelque chose de spécial avec ce cocktail particulier de drogues, son code génétique, son exposition à la maladie lors de la grossesse, une combinaison des trois ?

Il contempla ses notes et les plaça sur la tombe, avant d'en approcher son briquet. La dernière chose dont le monde avait besoin était que la Fondation essaye de créer une autre Vecteur.


"Mais, il lui est arrivé quoi ?"

De l'autre côté de la vitre de huit centimètres, le Dr Saarijärvi était bouché bée face à la chose face à lui. SCP-353, Audrey, quelqu'un étant devenu son ami au cours des dix dernières années, gisait sur un lit, son corps déformé par la douleur, couvert de sang, de pus et de plaies suintantes. Ils avaient essayé de lui donner des sédatifs mais elle était si déshydratée qu'ils ne faisaient pas effet.

Un médecin vint à côté de lui. "Son appartement était un risque biologique. Ebola, polio, variole, tout était dans cette pièce, comme si ça avait fuit d'elle. Comme si ça s'était échappé. On a dû mettre en quarantaine l'équipe envoyée." Il tendit une boîte en plastique sur laquelle était marqué "RISQUE BIOLOGIQUE" en lettres noires sur une étiquette orange. À l'intérieur était posé une pomme au caramel à moitié mangée. "On pense que c'en est la cause."

"Helvetti. Est-ce que c'est une pomme de Sloth's Pit ?" Viejo se mis la tête dans les mains.

"On les a détecté en ville il y a quelques semaines. On pense qu'un chargement a réussi à être infiltré dans un stand de la foire. Elle a été fermée." Le médecin soupira. "Dr Saarijärvi… dire que le pronostic est tragique serait compréhensible. Sa teneur en eau est plus basse que ce qu'on ait jamais vu, les drogues intraveineuses ne fonctionnent pas, son corps perd du sang plus vite qu'on ne puisse en donner…" Il secoua la tête. "J'ai été chez les Chapeliers Maz pendant plus de dix ans, monsieur. Je n'ai jamais vu quelque chose comme ça."

"Appelez-moi. Quelqu'un. N'importe qui. Organisez-moi une putain de séance pour communiquer avec les fantômes d'Edward Jenner, Jonas Salk et Anna Williams. Utilisez Andrew Wakefield pour un genre de rite sacrificiel, faites quelque chose !" Veijo frappa la vitre de la fenêtre d'observation si fort qu'elle trembla dans son cadre.

"Monsieur. Elle est un SCP."

Veijo se tourna et jeta un regard noir sur le médecin. "Elle m'a. Sauvé. La vie."


Six ans plus tôt

«Brèche de Confinement dans l'Aile Biologique. Brèche de Confinement dans l'Aile Biologique. Brèche de Confinement dans l'Aile Biologique.»

La voix dans les haut-parleurs était grave, modulée et intimidante. Et dans le noir, sous les lumières clignotantes, Vecteur marchait pour la première fois depuis des années.

Et elle était terrifiée.

Autour d'elle les gens mourraient. La chose s'étant échappé était un genre de— pas vraiment un virus. Un prion. Elle ne savait pas si elle pouvait s'occuper des prions, mais par le fait qu'elle n'était pas au sol, succombant lentement à la maladie qui résultait en une mort en moins de quarante-huit heures, lui donnait une bonne impression.

"P-perkele…" Une voix derrière elle toussa, une fraction de seconde avant que le pistolet tira. La balle ricocha contre le mur, frappa une lampe et plongea le couloir dans le noir.

Malgré cela, Vecteur pouvait voir. Elle pouvait voir les crânes autour d'elle être dévoré par un prion qui semblait juste… incorrect. Et elle reconnut la forme du cerveau de l'homme qui avait essayé de lui tirer dessus, de l'époque où il faillit mourir d'une méningite trois ans plus tôt.

"Veijo." Elle s'agenouilla à côté de lui. Elle voulait jubiler, s'en attribuer le mérite. Lui étaler son échec sur le visage et que Vecteur s'échapperait. Mais elle ne le pouvait pas. Elle ne pouvait même pas forcer un sourire.

"Sale pute." Il toussa. "Nous laisser c-" Une forte toux rauque s'échappa de sa bouche. "Crever pendant que tu te casses par la porte, dehors, pour répandre ta peste ? Comment tu te sens, Trois cent cinquante-trois ?" Il cracha le numéro comme si cela allait lui sauver la vie.

Vecteur s'assit à côté de lui. "C'est presque le moment où je vous offre une cigarette, si j'en avais une. Je…" Elle déglutit. "Je dois être honnête. Je n'ai jamais vraiment rien fait."

"De quoi—" Veijo toussa. "De quoi tu parles ?"

"Avec les trucs dans mon corps." Elle regarda ses mains. "Je… j'étais tellement énervée quand vous m'aviez attrapé. Je ne me souviens plus pourquoi. J'ai juste pensé à stocker les maladies et les garder ici en les mélangeant en un genre d'Omega Virus, le relâcher dans une foule et causer le chaos." Ses mots sortaient rapidement et se mélangeaient presque. "Mais… à chaque essai quelque chose m'en empêchait." Ses lèvres tremblaient. "I-il y avait un gosse qui jouait avec sa mère, ou un couple qui réalisait qu'ils s'aimaient vraiment pour la première fois, ou un homme qui jouait la plus belle des musiques au coin de la rue pendant que des passants jetaient des pièces dans son étui, ou un jour ensoleillé trop beau pour être gâché— ou quelque chose qui— qui— qui me faisait…"

"Stop." Veijo leva les mains. "Épargne-moi les larmes de crocodile. Laisse-moi crever sans avoir de la pitié pour toi."

Vecteur posa la main sur son épaule. Il était mourant. Son cerveau se faisait dévorer. Et tout ce qu'il ressentait pour elle était le mépris, la peur, la haine.

Elle avait eu son vœu.

Elle était la méchante.

Mais elle n'avait pas à l'être.

Vecteur saisit la main de Veijo et la serra dans la sienne. Elle n'avait jamais essayé son Contrôle sur un prion. Si elle réussissait, il serait vivant et la haïrait. Si elle échouait…

"Lâche-moi, sale—" Les yeux de Viejo devinrent vitreux. La chose lui mangeant le cerveau se reformaient sous l'influence de Vecteur. Les chaînes d'acides aminés se déployaient comme un drap sur un balcon, avant de se reformer en des chaînes de protéines bénignes, qui se brisèrent, s'écartèrent laissant leurs molécules sortir immédiatement du corps sans retour. Juste au travers de la barrière hémato-encéphalique et…

Veijo éternua violemment, le mucus noir s'éclatant contre le mur face à lui. Au moment où il reprit ses esprits, Vecteur s'était déjà occupée de trois personnes, la main sur le front d'une femme aux cheveux noirs, les yeux fermés, concentrée. Bientôt, elle éternua à son tour et Vecteur changea de personne.

C'était la première brèche de SCP-008 qui se termina sans aucune perte.


Audrey McGrath ne connaissait que la douleur et la solitude.

Pendant des décennies, elle savait qu'il y avait des choses en elle qui lui tiendrait toujours compagnie. Certains avaient déjà des noms, comme la variole ; elle en avait nommé d'autre, comme Souche Alpha 9. Elle les connaissait tous et tous étaient sortis de son corps en un souffle de douleur.

Elle entendit des voix se regrouper autour d'elle, plantant de nouvelles poches de transfusion, trouvant avec difficulté une veine où la placer. Sa vision devint blanche, puis noire, puis à nouveau blanche. Après un instant, c'était comme si elle essayait de voir à travers des yeux fermés.

Audrey McGrath, Vecteur, SCP-353, mourait à petit feu dans la douleur.


Cinq ans plus tôt

"C'est un bon rétablissement que voilà." Veijo s'avança vers Simon Glass pour lui serrer la main. "J'étais là sur le point de me débarrasser de Man in the Mirror pour la sonnerie de ton numéro. Je suppose que personne ne gagne la liste noire maintenant."

"C'est macabre." Simon s'assit face à Veijo. "Mais c'est plutôt repousser l'inévitable. Le coma et la cryostase pourrait me faire gagner peut-être… encore quatre ans. Cinq, tout au plus." Il soupira. "Comment va-t-elle ?"

"Vecteur est… dans une position unique." Veijo siffla entre ses dents. "Elle a reconsidéré ta proposition d'il y a quelques années. Pour rejoindre une force d'intervention. Je lui ai dit que la Boîte de Pandore était morte et que c'était de la folie de la ressusciter. Mettre autant d'anomalies dans une seule équipe…"

"Un mot : Samsara."

Veijo leva le doigt, s'apprêtant à parler, avant de le baisser avec un air renfrogné. "Je ne peux pas te contredire là-dessus."

Glass joints ses mains en prière. "J'ai… entendu les enregistrements de l'incident. Elle a grandi en tant que personne."

"Elle est un atout de valeur et elle a aidé. Ce n'est pas vraiment l'alternative à SCP-500 qu'on espérait. Elle veut aider, par contre." Il aspira de l'air entre les dents. "Elle… n'a pas les connaissances d'un chercheur et ne peut pas passer huit ans sur un programme doctoral. Agent semble être la bonne position pour son— entraînement limité."

"Et par rapport à la Beta-7 ? Les Chapeliers Maz ?" Simon montra un fichier sur son téléphone. "Dieu sait s'ils ont besoin de plus d'infectiologues."

"Je lui en parlerai."


L'appel atterrit dans la boîte vocale. Bien sûr qu'il allait y atterrir— l'homme qu'il essayait d'appeler était mort.

«Vous êtes sur la boîte vocale du Dr Simon Glass. Si vous appelez pour une rendez-vous, appelez mon numéro professionnel. Clef, si vous écoutez ça, je n'approuverai pas un autre voyage en Amérique du Sud. Arrêtez de demander.»

"Simon." Le Dr Saarijärvi posa sa main libre sur son visage. "Je sais que ta boîte vocale est probablement pleine à craquer mais c'est— c'est Vecteur. Elle est mourante et je… j'ai juste besoin de t'en parler, pour formuler les idées, quelque chose. On est dans un endroit où les maladies s'évaporent au contact de l'air et elle meure d'absolument tout d'un adénovirus à la grippe A en passant par Zika. Je la connais depuis aussi longtemps que toi tu la connais et maintenant j'ai peur qu'elle disparaisse et—

Les divagations au téléphone continuèrent pendant un moment. Il n'entendit même pas l'alarme indiquant un arrêt cardio-vasculaire.


Quatre ans plus tôt

"Vous êtes sûr de ça ?" Vecteur regarda la femme sur un banc à l'autre bout du parc. "Je veux dire ; je suis toujours confinée. Donc—"

"Vous êtes aussi un agent de cette organisation." Simon Glass lui tendit un permi de conduire. "Le nom que vous avez demandé. Sans indiscrétion ; pourquoi Audrey ?

Audrey McGrath regarda sa nouvelle identité civile. "Audrey Hepburn. Je suis née le 4 mai, le même jour qu'elle. L'un de mes plus anciens souvenir est celui de ma mère me montrant My Fairy Lady." Elle regarda à nouveau la femme. "Comment l'avez-vous trouvée ? Je ne savais pas que j'avais une sœur…"

"Demi-sœur. Votre mère l'avait fait adopter après son premier mariage." Il soupira. "Je suis désolé, V— Audrey."

"Donc elle ne sait rien de moi ? Elle ne sait pas que j'existe ?"

"Pas avant que j'arrange ce rendez-vous il y a une semaine." Il agita le bras vers l'autre bout du parc. "Allez-y. Soyez humaine, pour une fois. Dieu sait que cela fait trop longtemps."

Audrey acquiesça et traversa la pelouse. Les deux sœurs se saluèrent, se levèrent, et se prirent dans les bras.

Ce fut l'une des dernières fois où Simon Glass voyait sa patiente heureuse.


Le téléphone de Veijo Saarijärvi était un poids dans sa poche. Il n'avait jamais raccroché. Il n'avait aucune expérience sur la rhumatologie, mais son cœur se brisa lorsqu'il vit son équipe tenter de soulever le bras d'Audrey afin de poser le défibrillateur sur son torse.

Il ne pouvait pas s'en empêcher. Ce n'était pas une série médicale. Il aurait presque souhaité qu c'en soit une— peut-être un miracle arriverait. Des révélations qui la sauveraient.

Il n'y eut aucun miracle ici. Il n'y avait qu'un téléphone dans sa poche dont l'appel se termina avec un message disant que la boîte vocale de l'autre côté était pleine.


Trois ans plus tôt

"La peste, Glass ! Elle a attrapé la putain de peste noire !"

Simon Glass esquiva de peu la copie de DSM-V qu'Audrey lui avait lancé au visage en entrant dans son bureau. "Quoi ?"

"Ma sœur, Bella. Elle a failli crever en attrapant la peste venant du fait que je vive avec elle ! Vous disiez que je pouvais être à proximité des gens !"

"Je— Je pensais que c'était le cas." Glass regarda ses mains. Il grogna. Les Chapeliers Maz, lui, Veijo… Tous ceux ayant été autour de SCP-353 pendant les huit dernières années avaient maintenant plus de vaccins dans leur sang que d'hémoglobines, juste en ayant travaillé avec elle. "Merde."

"Je peux pas être à proximité de qui que ce soit ! Cinq de mes voisins ont chopé le Zika ! J'ai dû retirer la putain de polio d'un gamin de cinq mois ! Je…" Elle attrapa ses cheveux. "Tout ça, toute cette putain d'idée, c'était une erreur."

"C'en était une. Je suis désolé, Cin— V- Au—" Sa tête le faisait souffrir. "Je suis désolé."

"Être désolé ne paie pas les putains de médocs." Elle marcha vers lui à grands pas. "J'ai littéralement dû me mettre à genoux et supplier l'administration de laisser l'assurance de la Fondation couvrir les frais de ma sœur, parce qu'elle n'est que ma demi-sœur."

"Je suis désolé." Il se colla au mur. "Y a-t-il… quoique ce soit que—"

"Administrez-lui des amnésiques et assignez-moi à une putain de colonie de lépreux quelque part. Je suis une menace pour elle et tout le monde sur Terre." Ses yeux étaient rouges de rage, elle passa devant Glass et claqua la porte de son bureau si fort que sa petite fenêtre trembla dans son cadre.


"Dr Saarijärvi ?"

C'était la troisième fois que le médecin l'appelait avant qu'il daigne se tourner pour le regarder. "Qu'y a-t-il ?"

"Votre téléphone, monsieur. Il sonne depuis deux minutes."

Il ne l'avait pas remarqué. Il était stupéfait, regardant quelqu'un qu'il avait appris à apprécier mourir derrière la vitre. La sonnerie était distincte, une qu'il n'avait pas entendu depuis des années. Les chœurs de Man in the Mirror.

La sonnerie était celle d'un homme mort. Dans sa combinaison, Veijo Saarijärvi répondit au téléphone et l'amena à son oreille. "Allo ?"

Il y avait du bruit blanc à l'autre bout du fil. Puis, sa voix. «meurt… idées… Zika… disparaît…»

La voix répéta cela trois fois avant de raccrocher. Veijo réalisa quelque chose, lui faisant se frapper le font. "L'échantillon de sang de 353 de cet après-midi. On l'a toujours ?"

"L'envoi n'est pas prévu avant dem—"

Avant que le médecin finisse sa phrase, Veijo couru derrière lui vers la zone de stockage de produits dangereux. Il ouvrit l'armoire avec tant de force que cette dernière trembla.


Deux ans plus tôt et actuellement

"Audrey."

Audrey McGrath sortit de la chambre de Simon Glass. Sa santé se dégradait subitement. Il était aux portes de la mort et était entouré d'une douzaines de personnes trop intimidées pour parler.

"Audrey, s'il vous plaît." Veijo regarda dans la pièce à côté d'elle. "Vous étiez l'une de ses patientes préférées.

"Ils ne sont pas censés avoir de favoris." Audrey jouait avec ses cheveux.

"Oui, eh bien nous ne sommes que des humains. On s'attache, on fait des erreurs. Et il…" Il regarda Simon. Il regardait droit vers Audrey. "Parlez-lui. Avant de le regretter. S'il vous plaît."

Tremblante, Audrey entra dans la pièce, prenant place à côté du Dr Glass. "Est… est-ce… que…"

"Quoi ?" demanda Audrey. "Est-ce que quoi ? Simon ?"

"Est-ce que tu le regrettes, Audrey ?"

Audrey regarda au dessus de son épaule, la pièce disparaissant autour d'elle. Un Simon Glass en parfaite santé— ou du moins quelque chose lui ressemblant— se tenait là. "Regretter quoi ?"

"De changer." Simon se mis à ses côtés. "Un thérapeute ne peut faire que ça. On ne peut pas vous forcer à faire quoique ce soit que vous ne voulez pas faire. On peut vous offrir des mots de réconfort, une tape d'encouragement sur l'épaule, mais à la fin ?" Il se gratta l'oreille. "À la fin on n'est que des gens. Il n'y a pas de mot magique pour faire disparaître la douleur." Il baissa les yeux. "La douleur que j'ai causée."

"J'en ai causé beaucoup plus." Audrey secoua la tête. "Je… je ne me souviens même pas pourquoi je voulais être Vecteur. Je voulais juste…" Elle se tira les cheveux. "Je ne voulais faire de mal à personne. Je pense pas. Je voulais être spéciale et je— j'étais une gamine stupide, colérique et effrayée, et stupide et—"

"Tu es juste humaine." Simon regarda le corps sur la table. "Et tu ne m'as jamais dit au revoir."

"Je suis désolée, Si." Elle se frotta le visage. "Est-ce que c'est ça ? Ma vie qui défile devant mes yeux ?"

"De ce que tu sais je pourrais n'être que le dernier neurone actif dans ta tête." Il soupira. "Ce n'est rien. Tu étais en colère et effrayée. Peut-être aussi un peu stupide." Il lui sourit. "Le changement prend du temps et des fois on ne fait pas un 180 complet. Mais." Simon la pointa du doigt en souriant. "Tu n'es pas arrivée loin. "Un cas désespéré" qu'ils disaient. Maintenant regarde-toi."

"En train de crever sur une table d'opération dans le putain de Maryland." Audrey renifla. "Putain de merde, Si. Je… J'aurais pu te sauver."

"Tu as essayé une ou deux fois. Je le sais." Il s'étira les bras. "Mais tu ne pouvais jamais la choper, n'est-ce pas ?"

"C'était comme si elle s'attachait à son âme. J'ai essayé de la rendre plus bénigne ; et si ça—" Sa voix devint paniquée.

"Ça n'a pas fait mal. C'était effrayant, certes. Mais c'est normal d'être effrayé et en colère." Simon posa une main sur son épaule. "Et c'est normal d'avoir des regrets."

Audrey McGrath tomba à genoux et pleura.


Il lui fallut plus de trois minutes pour trouver une veine assez hydratée pour accepter le sang. Un technicien attendait pour le massage cardiaque et une autre de Type-O pour une transfusion complète.

Veijo Saarijärvi murmura une prière en finlandais dans sa barbe et fit déverser la poche pleine de sang d'Audrey McGrath dans son bras. Il continua à prier.


5 novembre

Objet # : SCP-353

Classe : Neutralisé

Procédures de Confinement Spéciales : Plus nécessaires.

Quelqu'un frappa à la porte de Veijo Saarijärvi, interrompant sa révision du fichier. Il était à Baltimore dans son bureau éloigné de Harkness. Toute la pièce sentait le désinfectant. Cela le distrayait de tout ce qui était perdu. "Entrez."

Audrey McGrath roula à l'intérieur. La femme avait l'air d'avoir vieilli de vingt ans en une nuit. Avec assez de temps, elle s'en remettrait. Mais Veijo doutait du fait qu'elle puisse un jour utiliser à nouveau ses jambes— la déshydratation et les dégâts nerveux ont été trop intenses. Ils avaient à peine été capables de sauver son bras.

"Audrey." Veijo hocha la tête. "Je… révise ton dossier. Ton dossier SCP, bien sûr. Pas ton dossier personnel."

"Tu t'en occupes déjà." Elle agita la main. "Dix examinations plus tard. Je suis en parfaite santé." Elle soupira. "Et je dis bien parfaite."

Veijo cligna des yeux. "Tu veux dire—"

"Elles sont toutes parties. Toutes les maladies. Mes globules blancs sont si peu nombreux qu'ils ont pensé à me mettre dans une bulle. Ils sont surpris que j'ai encore une flore intestinale." Elle secoua la tête. "Je pensais que tu allais être apoplectique. À perdre une ressource de valeur."

"Oui, eh bien, menneen talven lumia." Veijo agita la main. "Si je me fais virer, je vais avoir besoin de quelqu'un pour prendre mon poste."

"…tu déconnes."

"Pourquoi pas ?" Il haussa les épaules. "Tu as plus d'expérience avec des agents infectieux que je n'ai jamais eu. Et Zika est encore en hausse." Il soupira et regarda par la fenêtre de son bureau le port de Baltimore, sur la côte, vers Harkness.

Audrey se joint à lui. "J'ai vu Glass. Quand j'étais en train de mourir."

"Je pense que moi aussi. Veijo regarda le téléphone sur son bureau. "Ou du moins, je l'ai entendu. Aucun appel entrant n'a été enregistré à ce moment."

"Virus zombie, loups-garous, fantômes…" Audrey soupira. "J'ai besoin d'un doctorat pour avoir ton boulot, non ?"

"On a un programme accéléré." Veijo posa une main sur le fauteuil roulant. "Tu veux en discuter autour d'un dîner ? Je connais un super resto de fruits de mer dans le quartier juste au sud d'ici."

Audrey regardait par la fenêtre.

"On peut rester ici un moment ? Ça fait longtemps que je n'ai pas vu la lumière du soleil qui ne passe pas à travers le miasme."

"Bien sûr."

Ils attendirent, faisaient leur deuil et se consolaient en silence. Le soleil se couchait et toute la peine allait être suspendue le temps d'un dîner entre amis autour de poisson frit.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License