Compte Rendu Post-Action 2272'
notation: +3+x

Le 7 novembre 2016, 0430, heure avancée de l'Est, des agents accompagnés de la Force d'Intervention Mobile Locale 352-Dalet reçurent des rapports des services de presse de la Ligue Majeure de Baseball (LMB) informant que le lanceur droitier Ellis Canastota avait été assigné à l'équipe de 40 hommes des Reds de Cincinnati. Cet événement déclencha l'envoi de notifications d'état d'alerte maximal à tous les membres du personnel assignés à SCP-2272. À 0445, heure avancée de l'Est, une seconde notification fut envoyée via les canaux de communication officiels de la LMB, annonçant que Ellis Canastota avait été amené à rejoindre l'équipe de 25 hommes des Reds de Cincinnati. Tous les membres du personnel disponibles, dont la totalité de la FIML 352-Dalet, furent alors mobilisés.

Il reposait sur le flanc et continuait à fixer les chiffres verts lumineux sur l'écran numérique du réveil sur la table de nuit. Toutes les quelques secondes, à des intervalles irréguliers, son téléphone professionnel vibrait, le flux d'emails faisant vibrer le verre d'eau à moitié vide et rapprochant subrepticement ledit téléphone du bord de la table à chaque fois. Ils l'avaient envoyé à la maison pour dormir, et c'est ce qu'il allait feindre pendant les quelques heures à venir, bon sang.

L'horloge passa soudainement à 4:29. Bzzt bzzt. Le téléphone continua de se traîner vers le bord de la table. Ils pensaient probablement faire une faveur à tout le monde en envoyant des infos déclassifiées dans tous les sens. Comme s'ils révélaient à tout le monde un grand secret. Qui n'apprécierait pas ça ? Bzzt bzzt bzzt. Il ne l'avait certainement pas apprécié. Personne n'avait rien dit à propos d'une distribution massive d'ampoules de cyanure. Il n'y avait pas de rumeurs. Il avait été béatement inconscient. Avant la semaine précédente, les publicités politiques ininterrompues à la radio dans sa voiture avaient été sa principale source de dérangement. C'était le bon temps.

L'horloge passa à 4:30. Son téléphone commença à vibrer de façon plus faible et répétée, plus insistante. La force supplémentaire des vibrations amena le téléphone jusqu'au bord, où il acheva son voyage en tombant au sol dans un choc sourd. La vibration de l'appel en attente persista, à présent étouffée par le tapis. Il se pencha et tâtonna à la recherche du téléphone, redoutant de voir ce qu'il savait déjà. Il le ramassa, la lumière de l'écran agressant ses yeux quand il le regarda.

"Appel : Directeur Régional Kate McTiriss."

Il plissa les yeux pour échapper à l'implacable lumière du téléphone, tentant en vain de faire taire les élancements dans sa tête.

"Ici Allred-Smith."

La voix de la Directrice gazouilla dans son oreille. Il se releva et s'assit sur le lit. Tant pis, plus la peine de faire semblant de dormir.

"Ils vont appeler Canastota ? Hum. Eh bien, j'imagine qu'on va avoir droit à un prime ce coup-ci. Okay, quels sont vos ordres ?"

La voix à l'autre bout du fil débita une liste interminable d'instructions et de membres du personnel disponibles. Si la Directrice était plus inquiète que d'habitude, elle ne le montrait pas. Certaines choses ne changeaient pas, supposa-t-il.

"Compris. J'irai avertir les gars clandestins de l'IT pour nettoyer tout ça. Est-ce que le bureau est ouvert en ce moment ?"

Il tenta de lisser un grand pli de sa chemise avec la paume de sa main. Le pli ne lui prêta aucune attention. De même que ses cheveux qu'il tenta d'aplatir en arrière avec ses doigts. Peu importait. Il n'avait qu'à laisser quelqu'un se plaindre qu'il ressemblait à un clochard ayant passé la nuit sur un banc public avant d'aller au boulot. Il pourrait profiter du comic relief.

"Parce que j'ai besoin de quelque chose hors d'ici. Juste au cas où."

Il enfila ses chaussures et resserra sa cravate. Il attrapa une casquette de baseball sur la commode pour couvrir ses cheveux. Il rit de lui-même.

"Hmm, non, rien. Ouais, c'est ce que je fais. Vous avez un-"

La voix le coupa. Il écouta attentivement tout en se jaugeant dans le miroir. Le dessin de poisson sur le devant de sa casquette, entourant une batte de baseball, avait l'air terriblement sérieux.

"Hum. Démantèlement ? Ça, c'est nouveau. Non, non. Pas de souci, chef, on n'hésitera pas si ça tourne au vinaigre."

La Directrice raccrocha. Il chercha ses clés de voiture. Ça allait probablement impliquer plus que les gars de l'IT avant que ce soit fini.

À 0521 heures, le programmeur officiel de la LMB posta en ligne l'annonce d'une partie qui devait être jouée à midi le même jour, entre les Reds de Cincinnati et les Cardinals de Saint Louis, au Great American Ballpark au centre de Cincinnati. Les premiers lanceurs étaient Mike Leake pour les Cardinals de Saint Louis et Ellis Canastota pour les Reds de Cincinnati.

"Qu'est-ce que vous voulez dire par 'ils jouent aujourd'hui' ? Ils viennent tout juste de finir les foutues Séries Mondiales !" Le Dr Hanaka aboya assez fort pour être entendu à l'avant du centre de commande mobile de la taille d'un bus alors qu'il fonçait vers le nord sur l'Interstate 75. "Il neige probablement là-bas ou quelque chose comme ça."

"En fait, il fait plutôt beau aujourd'hui." L'Agent Allred-Smith regarda par la fenêtre en balançant la grande valise noire sur ses genoux. "Ce qui est bien pire pour tenir les gens hors du stade."

"Merde," soupira le Dr Hanaka. "Combien de tickets ont été vendus avant qu'on efface le message ?"

Une jeune femme assise à côté d'Allred-Smith, en face d'un terminal mobile, pianota rapidement sur son clavier. "17,397 tickets au total, ma'me. C'est une bonne chose qu'on ait intercepté le communiqué à ESPN1 avant qu'ils ne le diffusent. Bonne nouvelle, un match amical juste après les Séries."

"Dix-sept mille. C'est un putain de désastre." Le Dr Hanaka se dirigea vers l'arrière du centre de commandement. "Enriquez, pénètre dans le système de communication du stade. Je veux les gars de la sécu là-bas, et si c'est possible je veux des autorisations accordées par nous-mêmes. Chaque personne dans ce parc qui n'est pas sur le terrain ou dans les gradins doit être un des nôtres."

Le jeune officier logisticien leva les yeux de son terminal et regarda le Dr Hanaka. "Vous voulez qu'on vende des hot-dogs ?"

Les yeux du Dr Hanaka étincelèrent derrière ses lunettes. Elle se dressa devant Enriquez, toujours assis. "Des hot-dogs, de la bière, de la réglisse, des nachos et des putain de churros si on peut s'en procurer !" Elle lança son bloc-notes sur le sol. "On a une anomalie non confinée avec un public payant de dix-sept mille foutues personnes. Alors fermez votre putain de grande gueule et faites ce qu'on vous dit, compris ?"

L'Agent Allred-Smith ne pouvait s'empêcher de repenser à la dernière fois qu'il avait entendu le Dr Hanaka parler, à un séminaire sur l'évaluation par les pairs quelques mois auparavant. Il se souvint de s'être frayé un chemin dans le foule pour entendre la voix douce et posée du Docteur du fond de la salle. Il toussa dans son poing quelques fois pour dissimuler son rire alors que le malheureux Enriquez s'empressait d'obtempérer, quelque peu confus.

La FIML 352-Dalet arriva au Great American Ballpark de Cincinnati à 1147, heure locale. Au vu de la quantité de civils à proximité, attendant d'assister à un match de baseball, fermer le stade était impossible. Au moment où les portes furent ouvertes aux spectateurs, 78 % du personnel de service à l'intérieur du stade était composé de membres du personnel de la Fondation ou d'individus affiliés. Les unités sur place furent chargées de surveiller les événements à venir et de déterminer de la marche à suivre.

L'Agent Dunbar pénétra dans la suite luxueuse, bourrée de câbles, d'équipement de surveillance et de terminaux informatiques, convenant à un centre de commandement improvisé. Il regarda par la fenêtre. Le terrain en contrebas était prêt à être utilisé, l'herbe fraîchement tondue, le champ intérieur parfaitement manucuré, un logo des Reds tracé à la craie derrière la plaque de but.

"Il viennent d'annoncer les postes, ma'me. Vous allez pas aimer."

Le Dr Hanaka soupira. "Comment peut-il même y avoir des postes ? On a vérifié l'emplacement de chacun, aucun des joueurs d'aucune des équipes n'est ici, ou même au courant du déroulement prochain de ce match. Qu'est-ce que ça peut bien faire ?"

L'Agent Dunbar se tortilla légèrement. "Canastota débute à chaque position."

"Génial," dit le Dr Hanaka. "Plus de lui."

"Pour les deux équipes, ma'me."

La salle resta silencieuse un instant, tous les membres de la FIML 352-Dalet levant les yeux vers le Dr Hanaka, attendant ses ordres. Elle baissa les yeux vers le match. Les encouragements fusèrent alors que ce qui ressemblait aux Reds de Cincinnati entrait sur le terrain. Elle se saisit d'une paire de jumelles de terrain et regarda à nouveau. Sans aucun doute, chaque joueur était le même jeune homme aux cheveux noirs, un grand sourire sur le visage. Sur maillot de chacun figurait le même numéro 72 au dos, le nom "Canastota" brodé au-dessus.

Elle regarda le technicien en signaux du groupe. "Les relevés ?"

Un homme plus âgé, installé en face d'un terminal spécialement équipé, lui répondit. "les relevés du sonar aérien sont négatifs. Il n'y a personne sur le terrain à part les arbitres."

"Au moins il n'arbitre pas son propre match. Ce serait peu sportif." Le Dr Hanaka baissa ses jumelles. "Équipe de filtrage ! Il me faut un raid de désinfo, une suppression des posts médiatiques et un shutdown d'Internet dans le quart d'heure. C'est un truc publicitaire. Arrangez-vous pour que ce soit perçu comme ça. Soyez prêts à le faire dégager si les choses tournent mal."

Un groupe de trois chercheurs dans un coin sortirent immédiatement téléphones et ordinateurs portables, s'empressant de se mettre au travail. Le Dr Hanaka poursuivit.

"Contrôle des foules ! Assurez-vous que tous nos vendeurs soient abondamment fournis en Classes C. Ne commencez pas la distribution avant que je ne vous en donne l'ordre."

Un homme en uniforme d'officier de police sortit de la salle, relayant déjà les informations dans le talkie-walkie qu'il tenait à la main.

"Mémétiques ! Je veux que chaque communication sortant du stade soit contrôlée, en cas d'influences anormales ! Utilisez la nouvelle IA qu'on a développée. On n'a pas le temps de rassembler des sujets humains pour tester."

Une femme à l'air éreinté, assise dans l'un des fauteuils qui faisaient face aux fenêtres, de l'inquiétude dans le regard, ouvrit la bouche. Elle leva les yeux vers le Dr Hanaka. Elle ferma la bouche et commença à pianoter sur un ordinateur portable.

"Et vous, Agent Allred-Smith." Le Dr Hanaka se dressait maintenant devant l'Agent, s'appuyant sur une chaise à côté du réfrigérateur de la suite. "Je veux vous voir au fond des gradins avec votre jouet, là."

Elle fit un signe de la tête en direction de la grande valise noire sur les genoux de l'Agent Allred-Smith. Il hocha la tête en réponse. "Votre signal?"

"Mon signal, Agent."

Grâce aux efforts de confinement maintenus et coordonnés sur place par la FIML 352-Dalet, il a été établi que les spectateurs au Great American Ballpark avaient l'impression d'assister à un match de baseball non anormal jusqu'à approximativement 1452, heure locale, au milieu de la septième manche, au milieu de la partie. À ce moment, un individu correspondant à toutes les données biométriques du joueur de baseball Pedro Borbón2 - et s'identifiant lui-même comme tel - entra sur le terrain et reçut un microphone, probablement pour l'interprétation traditionnelle de "Take Me Out to the Ballgame"3 au cours de la septième pause. Un inconfort notable quant à l'identité du détenteur dudit microphone put être constaté chez tous les spectateurs présents.

L'Agent Allred-Smith balaya le terrain à travers son objectif longue portée. Une des obligations qu'on avait quand on se chargeait de SCP-2272 était de bien connaître le baseball, et il savait reconnaître un joueur mort quand il en voyait un. Il porta la main à son oreillette.

"Ça dépasse largement son comportement connu, Docteur. J'ai votre autorisation ?"

Le Dr Hanaka lui aboya dans l'oreille. "Non, bordel ! Vous aurez l'autorisation quand je vous le dirai !"

"Vous allez attendre qu'un mec mort commence à faire… j'en sais rien, ce que font les mecs morts ?"

"Votre appareil est prêt ?"

L'Agent Allred-Smith toucha le trépied juste en face de lui. "Affirmatif, Docteur."

"Alors vous serez capable de réagir dans les cinq secondes quand je vous en donnerai l'ordre. Je pourrais bien vous expliquer qu'on a besoin d'apprendre tout ce qu'on peut, mais j'ai besoin de vous expliquer que dalle, Agent. Attendez mon signal."

"Compris, Docteur." Il se laissa aller en arrière dans son siège. L'homme mort parlait à présent, la foule dressée sur la pointe des pieds d'excitation.

Pedro Borbón, remplaçant à la longue expérience et membre décédé de l'équipe des Big Red Machine dans les années 70, leva les yeux vers le ciel en tenant le microphone.

"Le sport est un symbole magnifique de la condition humaine. Vous serez soulagés de l'entendre, il en va à peu près de même ici que dans notre société parfaite ; le sport est un loisir sacré."

La foule était silencieuse.

"Le sport dépasse la simple compétition. Le sport créé des vainqueurs et des vaincus. Le sentiment de triomphe ne peut exister sans le sacrifice des perdants. Vous comprendrez mieux après que nous en ayons véritablement parlé." L'orateur mort, ressemblant trait pour trait au fringant athlète d'il y a quelques générations, parla, le visage impassible. "Ce lieu, ce jeu, cette création. C'était un excellent endroit pour dialoguer."

L'Agent Allred-Smith balaya la foule du regard, à l'affut de la moindre activité anormale. Tous dans le stade étaient immobiles et parfaitement silencieux. Pour la première fois, l'orateur sourit.

"Nous avons entendu une histoire de votre peuple de nombreuses fois, je suis sûr que vous la connaissez. Celle d'un homme demandant à son ami, revenu à la vie, s'il y a du baseball au paradis. Laissez-moi vous le dire, mes frères et mes sœurs, il y a du baseball au paradis."

L'homme rit, un son aigu et grinçant qui ne correspondait pas du tout à l'expression sur son visage. Allred-Smith braqua son objectif sur son visage.

"Et aujourd'hui, nous pouvons tous le voir, ils ont le baseball en enfer aussi."

Alors qu'il finissait de parler, l'orgue commença à jouer, les notes familières de la chanson traditionnelle des étirements de la septième pause résonnant à travers le stade. Pedro Borbón tira son chapeau à ses spectateurs silencieux et s'effaça, disparaissant dans le néant. L'orgue poursuivit ses accords. Personne ne chanta.

Des communications par les posts médiatiques et des messages personnels de civils présents lors du match augmentèrent fortement la conscience de la présence de l'entité inconnue lors de la septième pause. La quantité de messages, combinée à leur contenu indiquant ce qui s'était passé, nécessita la mise en place de protocole de confinement renforcés. À 1459, heure locale, le Docteur Akane Hanaka autorisa l'effacement de SCP-2272' et le déploiement massif d'amnésiques.

Les agents précurseurs avaient commencé à être distribués à la fin de la troisième pause. Chaque rafraîchissement acheté dans l'enceinte du stade contenait la partie A d'un amnésique de Classe C à deux composants. Sur la base des observations sur le terrain et de leurs propres observations du match, le chimiste de la force d'intervention assura au Dr Hanaka que le taux de pénétration était supérieur à 90 %. Plus qu'assez pour assurer une altération mémorielle et une suggestibilité suffisante pour faire descendre la foule en-dessous du seuil de "masse critique". Le Dr Hanaka hocha la tête et aboya quelques mots dans combiné à proximité.

Un petit biplan qui avait effectué de lentes révolutions autour du stade tout au long de la journée, une bannière à l'effigie de "l'Exposition Hiver 2016" flottant derrière lui, s'était maintenant stoppé juste au-dessus du Great American Ballpark, semblant avoir juste assez d'altitude pour ne pas heurter les projecteurs. Un grand panache de fumée écarlate s'échappait de l'arrière de l'avion. La partie B était en train d'être diffusée. La réaction serait assez puissante pour permettre à l'équipe de couverture d'élaborer un scénario de couverture de masse visant à occulter tous les détails de ce à quoi la foule avait assisté aujourd'hui.

Alors que le biplan le survolait, l'Agent Allred-Smith ajusta son masque à gaz et son tir. La caméra sur le trépied était un instrument délicat et capricieux et la connexion satellite s'avérait peu digne de confiance. Trois différentes modalités d'observation - dont une version adaptée du sonar - étaient requises pour obtenir le point de vue nécessaire à l'oblitération de SCP-2272. La recherche semblait indiquer que capturer l'image de SCP-2272 dans un format qui lui permettrait d'être observé et non-observé à la fois le rendrait instable en tant que mèmeplexe cohérent. Ou quelque chose du genre. On ne le payait pas pour raisonner.

Le témoin vert s'alluma. Il balaya le terrain avec la caméra, s'assurant de capturer les joueurs sur le terrain, le terrain lui-même, l'homme attendant sur le banc et les abris des joueurs, tous des copies souriantes d'Ellis Canastota, numéro 72, lanceur droitier. Tous les retours visuels étaient envoyés en tandem et fonctionnaient. Il prit la photo.

À cet instant, le nuage de fumée rouge descendit sur lui, plongeant le terrain, les sièges et tout ce qui l'entourait dans l'obscurité. Il plaqua le masque sur son visage avec force pour s'assurer que pas la moindre molécule de l'air qui l'entourait ne puisse entrer. Les officiers des amnésiques seraient énervés s'ils devaient reconstituer sa mémoire.

Un vent venant du nord se leva, soufflant au-dessus de la rivière Ohio et poussant la fumée vers les gradins de droite, comme beaucoup de balles perdues par le passé. La vue commença à revenir alors que la fumée se dissipait et s'éloignait. L'Agent Allred-Smith osa un regard vers le terrain en contrebas.

Vide. Quatre arbitres sidérés étaient rassemblés autour de la base du lanceur, discutant sans aucun doute de la nécessité d'interrompre la partie, essayant de reprendre leurs esprits plongés dans une torpeur affaiblissante. Aucun joueur sur le terrain, dans la zone hors ligne de démarcation ou dans les abris des joueurs. Pas le moindre Ellis Canastota en vue.

Une image apparut sur le viseur de la caméra. Allred-Smith regarda de plus près. L'image qu'il avait capturée, l'image qui avait apparemment neutralisé ce phénomène anormal de longue date, ne représentait pas le terrain de jeu du Great American Ball Park. À la place s'affichait sur l'écran de la caméra une photo en noir et blanc d'une équipe, 25 hommes parfaitement alignés en rangs, vêtus d'uniformes qu'il reconnus comme ceux de la première équipe des Redlegs de Cincinnati. Tous les 25 hommes affichaient exactement le même sourire qu'il en était venu à connaître comme celui d'Ellis Canastota.

À l'inverse d'une photo d'équipe classique, celle-ci avait été prise de nuit, sous les étoiles. L'on apercevait neuf lunes dans le ciel. Un panneau planté devant l'escadron souriant indiquait "Le Passé, Le Futur." Tous les 25 hommes tendaient les bras devant eux. Aucun n'avait de mains.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License